AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ♜ Lorgol - Les Mille Tours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Test de rang
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 20/11/2016

Feuille de personnage
je réside:
J'ai fait allégeance à:
Test de rang
Message Sujet: ♜ Lorgol - Les Mille Tours   Jeu 24 Nov - 15:06



PV proposé par (Aura·)

Philippe
Jedidiah

ft. Ioan Gruffudd

« Le pont sous mes pieds, le gouvernail sous mes mains : et au fond du cœur, l'océan. Jusqu'à la fin des temps. »

loyal – obstiné – droit – jaloux – intelligent – caractériel – passionné – susceptible



© Insuline
Philippe est un homme droit à l'honneur implacable. La trahison lui est insupportable et aucun pirate n'a encore osé quitter son bord sans le lui demander... ou sans en payer les conséquences.



© Harbek
Âge : 44 ans
Date et lieu de naissance : 18 novembre 957, sur le pont de l’Audacia
Statut/profession : Pirate, capitaine de l’Audacia
Allégeance : Le Pavillon Noir


Philippe descend en droite ligne des rois des flots, héritier d'un sang mêlé de sel qui ne reconnaît de loi que celle de la liberté. Rejeton d'une branche cadette d'une très ancienne famille, il porte en lui l'Audacia où il a vu le jour. C'est un noble, oui - élevé dans les préceptes et principes de la noblesse, mais le sabre à la main et le vent dans les voiles. Pirate jusqu'au bout des ongles, ses parents l'étaient aussi l'un et l'autre : son père était le maître cartographe du navire, et sa mère était la seconde du capitaine, en charge du pont des femmes. Il fut d'abord mousse à bord, puis maître stratège, puis second – et lorsque le capitaine décida de prendre retraite dans les îles au large de Lorgol, Philippe fut choisi par l'équipage pour lui succéder. Il avait trente ans, parfaitement équilibré entre la fougue inconsciente de la jeunesse, et les prémices de la maturité des marins d'expérience.

Cela faisait déjà quelques années qu'il entretenait une relation passionnée avec une des pirates de bord, Freyja ; et Freyja tomba enceinte cette année-là. Lou-Ann naquit d'abord, puis Lena deux ans plus tard, suivie de Lucy cinq années après encore. Puis plus rien, pendant six ans – et contre toute attente, alors que Philippe, atteignait son quarante-deuxième anniversaire, Freyja tomba enceinte une quatrième fois, et mit au monde un fils cette fois, le petit Leo. Devenue mère de famille, sa compagne partage son temps entre la navigation sur les océans et la taverne qu'elle possède à Lorgol, mais Philippe, lui, ne fait que de brèves escales à terre, tant les flots l'appellent. Brave et intelligent, bien que fort caractériel et maladivement jaloux, Philippe a su perpétrer la légende de l'Audacia et la mettre au service de la gloire du Pavillon Noir.

Renommé parmi les loups des mers, capitaine du seul bâtiment à accepter traditionnellement les femmes à son bord en leur accordant le même statut de boucanières sans pitié qu’à leurs homologues masculins, Philippe est le héraut d'une nation libre qui ne se connaît comme seul maître que l'horizon, enfant chéri du vent et de l'océan.  
Pendant le livre I : Le Capitaine de l’Audacia a vu sa tête mise à prix par la marine belliférienne, suite au coup de canon qui a salué le départ du navire d’Hacheclair. Il n’en a pas grand chose à faire, ceci dit. Il s’apprête à être père pour la cinquième fois avec celle qui partage son lit et son pont, Freyja de Brunante.




Freyja de BrunanteClaudia Black
Passion. C'est le maître mot de leur relation : un amour profond, sincère, qui les lie l'un à l'autre depuis plus d'une décennie. Pas d'union officielle, point de mariage, juste cette vérité toute simple à la mode des pirates : Freyja est à Philippe, Philippe est à Freyja. Leurs quatre enfants font d'eux des parents épanouis et sereins, et même si Freyja tolère assez mal d'être abandonnée à terre quelques mois avant ses accouchements, leurs retrouvailles n'en sont que plus intenses. La très noble famille de Freyja l'a reniée il y a des années, mais elle ne troquerait sa vie contre aucune autre.
Ilse TonneventJennifer Morrison
Elle est taciturne, Ilse : Philippe la connaît depuis longtemps, depuis qu'elle est devenue mousse sur le navire quelques années après lui. Discrète et observatrice, c'est un excellent élément et il apprécie ses talents à leur juste valeur. Elle assiste Freyja dans la gestion du pont des femmes, et l'assume à elle seule lorsque la compagne du capitaine est à terre. Dénuée d'ambition, elle se satisfait de son poste, et n'a jamais posé aucun souci à ses officiers. Ses avis, lorsqu'elle estime nécessaire de les exprimer, trouvent toujours une oreille attentive de la part de Philippe.
Alaric de Bohémont & Bertin d’AnsemerIan Somerhalder & Michiel Huisman
L'Audacia, c'est l'ennemi juré d'Alaric, depuis ce jour il y a vingt ans où l'Audacia a rapiné Bohémont, ravageant le port et décimant la garde du domaine. C'est après le départ du navire, les cales pleines de butin, que l'on trouva les deux frères aînés d'Alaric occis dans le manoir – et depuis, il n'a de cesse de traquer le navire pour le perdre dans ses tempêtes. Le jeune mage a entraîné son ami de toujours dans sa vindicte, encourageant le prince d’Ansemer a prendre des mesures fermes à l’encontre des pirates. Un soutien aisé à obtenir puisque Bertin ne supporte pas les pirates qui pillent régulièrement les côtes ansemariennes et dégradent la réputation des fiers marins d’Ansemer. Jusqu'ici, l'Audacia a tenu bon, protégé par sa propre magie et la science de son capitaine, mais Philippe commence à perdre patience devant l'acharnement stérile des deux mages. Quelque mésaventure désagréable pourrait bien leur arriver...
Charles l'EspadonToby Stephens
Charles et Philippe sont très différents, mais fondamentalement complémentaires. Ils forment l’un et l’autre une équipe solide et efficace, et l’Audacia parvient à rester un endroit chaleureux et convivial tout en étant extrêmement bien tenu. Ils savent pouvoir compter l’un sur l’autre en toutes circonstances, et le capitaine est rassuré de savoir qu’un tel second assure ses arrières. Charles, de son côté, réalise pleinement combien il a dû être difficile de faire confiance à un transfuge de Bellifère jadis, et se trouve très reconnaissant envers Philippe, devenu capitaine entre-temps, qui lui accorde une telle confiance.
Sicq QoraïchNorman Reedus
Un cartographe ? Jamais plus ! Du moins, c’est ce que Philippe avait en tête après les déboires encourus à cause du précédent. Mais voilà, le petit Sicq – qui a quelques années de plus que lui – semble avoir la tête sur les épaules. De plus, il abhorre l’alcool ! Philippe lui a donc laissé sa chance, mais le surveille étroitement, pour être certain que cette nouvelle recrue ne leur réserve pas de fâcheuse surprise.



Code:
<center><div class="PV_background">
<table><tr><td width="50%"><div class="PV_infos1">
<div class="PV_petitext">PV proposé par (Aura·)</div>
<div class="PV_prenom">Philippe</div><div class="PV_nom">Jedidiah</div>
<div class="PV_star">ft. Ioan Gruffudd
</div>
<div class="PV_petitext">« Le pont sous mes pieds, le gouvernail sous mes mains : et au fond du cœur, l'océan. Jusqu'à la fin des temps. »</div>
<div class="PV_caractere">loyal – obstiné – droit – jaloux – intelligent – caractériel – passionné – susceptible </div>
</div></td><td width="50%"><img src="http://img4.hostingpics.net/pics/778546IoanGruffudd11.jpg" class="PV_reserve"/><br />
<div class="PV_petitext">© Insuline</div></td></tr></table><div class="PV_petitext"><blockquote>Rejeté de toutes parts, Vital a dû apprendre à faire et dire ce que l'on attendait de lui. Si depuis, le Fils des Ombres ne se laisse plus dicter sa conduite par personne, il a conservé de ces années un talent d'acteur remarquable qu'il ne manque pas d'utiliser pour arriver à ses fins.</blockquote></div>
<div class="PV_sep"></div>
<div class="PV_infos"><table><tr><td><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/630076ioangruffuddharbek.png" class="PV_iconleft" />
<div class="PV_petitext">© Harbek</div></td><td>[b]Âge :[/b] 44 ans
[b]Date et lieu de naissance :[/b] 18 novembre 957, sur le pont de l’Audacia
[b]Statut/profession :[/b] Pirate, capitaine de l’Audacia
[b]Allégeance :[/b] Le Pavillon Noir
</td></tr></table></div>
<center><div class="PV_sep"></div></center>
<div class="PV_histoire">Philippe descend en droite ligne des rois des flots, héritier d'un sang mêlé de sel qui ne reconnaît de loi que celle de la liberté. Rejeton d'une branche cadette d'une très ancienne famille, il porte en lui l'Audacia où il a vu le jour. C'est un noble, oui - élevé dans les préceptes et principes de la noblesse, mais le sabre à la main et le vent dans les voiles. Pirate jusqu'au bout des ongles, ses parents l'étaient aussi l'un et l'autre : son père était le maître cartographe du navire, et sa mère était la seconde du capitaine, en charge du pont des femmes. Il fut d'abord mousse à bord, puis maître stratège, puis second – et lorsque le capitaine décida de prendre retraite dans les îles au large de Lorgol, Philippe fut choisi par l'équipage pour lui succéder. Il avait trente ans, parfaitement équilibré entre la fougue inconsciente de la jeunesse, et les prémices de la maturité des marins d'expérience.

Cela faisait déjà quelques années qu'il entretenait une relation passionnée avec une des pirates de bord, Freyja ; et Freyja tomba enceinte cette année-là. Lou-Ann naquit d'abord, puis Lena deux ans plus tard, suivie de Lucy cinq années après encore. Puis plus rien, pendant six ans – et contre toute attente, alors que Philippe, atteignait son quarante-deuxième anniversaire, Freyja tomba enceinte une quatrième fois, et mit au monde un fils cette fois, le petit Leo. Devenue mère de famille, sa compagne partage son temps entre la navigation sur les océans et la taverne qu'elle possède à Lorgol, mais Philippe, lui, ne fait que de brèves escales à terre, tant les flots l'appellent. Brave et intelligent, bien que fort caractériel et maladivement jaloux, Philippe a su perpétrer la légende de l'Audacia et la mettre au service de la gloire du Pavillon Noir.

Renommé parmi les loups des mers, capitaine du seul bâtiment à accepter traditionnellement les femmes à son bord en leur accordant le même statut de boucanières sans pitié qu’à leurs homologues masculins, Philippe est le héraut d'une nation libre qui ne se connaît comme seul maître que l'horizon, enfant chéri du vent et de l'océan.  
♦ [b]Pendant le livre I :[/b] [i] Le Capitaine de l’Audacia a vu sa tête mise à prix par la marine belliférienne, suite au coup de canon qui a salué le départ du navire d’Hacheclair. Il n’en a pas grand chose à faire, ceci dit. Il s’apprête à être père pour la cinquième fois avec celle qui partage son lit et son pont, Freyja de Brunante.[/i]</div>


<center><div class="PV_sep"></div></center>
<table><tr><td  valign="top"><img src="http://i64.tinypic.com/2eb8vfb.jpg" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Freyja de Brunante</b> • <i>Claudia Black</i></div><div class="PV_lien">Passion. C'est le maître mot de leur relation : un amour profond, sincère, qui les lie l'un à l'autre depuis plus d'une décennie. Pas d'union officielle, point de mariage, juste cette vérité toute simple à la mode des pirates : Freyja est à Philippe, Philippe est à Freyja. Leurs quatre enfants font d'eux des parents épanouis et sereins, et même si Freyja tolère assez mal d'être abandonnée à terre quelques mois avant ses accouchements, leurs retrouvailles n'en sont que plus intenses. La très noble famille de Freyja l'a reniée il y a des années, mais elle ne troquerait sa vie contre aucune autre. </div></td></tr><tr><td><img src="http://illiweb.com/fa/pbucket.gif" class="PV_iconleft"/></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Ilse Tonnevent</b> • <i>Jennifer Morrison</i></div><div class="PV_lien">Elle est taciturne, Ilse : Philippe la connaît depuis longtemps, depuis qu'elle est devenue mousse sur le navire quelques années après lui. Discrète et observatrice, c'est un excellent élément et il apprécie ses talents à leur juste valeur. Elle assiste Freyja dans la gestion du pont des femmes, et l'assume à elle seule lorsque la compagne du capitaine est à terre. Dénuée d'ambition, elle se satisfait de son poste, et n'a jamais posé aucun souci à ses officiers. Ses avis, lorsqu'elle estime nécessaire de les exprimer, trouvent toujours une oreille attentive de la part de Philippe.
</div></td></tr><tr><td><img src="http://img15.hostingpics.net/pics/434090bertinal.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Alaric de Bohémont & Bertin d’Ansemer</b> • <i>Ian Somerhalder & Michiel Huisman</i></div><div class="PV_lien">L'Audacia, c'est l'ennemi juré d'Alaric, depuis ce jour il y a vingt ans où l'Audacia a rapiné Bohémont, ravageant le port et décimant la garde du domaine. C'est après le départ du navire, les cales pleines de butin, que l'on trouva les deux frères aînés d'Alaric occis dans le manoir – et depuis, il n'a de cesse de traquer le navire pour le perdre dans ses tempêtes. Le jeune mage a entraîné son ami de toujours dans sa vindicte, encourageant le prince d’Ansemer a prendre des mesures fermes à l’encontre des pirates. Un soutien aisé à obtenir puisque Bertin ne supporte pas les pirates qui pillent régulièrement les côtes ansemariennes et dégradent la réputation des fiers marins d’Ansemer. Jusqu'ici, l'Audacia a tenu bon, protégé par sa propre magie et la science de son capitaine, mais Philippe commence à perdre patience devant l'acharnement stérile des deux mages. Quelque mésaventure désagréable pourrait bien leur arriver...
</div></td></tr><tr><td><img src="http://img15.hostingpics.net/pics/757619TobysIc4.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Charles l'Espadon</b> • <i>Toby Stephens</i></div><div class="PV_lien">Charles et Philippe sont très différents, mais fondamentalement complémentaires. Ils forment l’un et l’autre une équipe solide et efficace, et l’Audacia parvient à rester un endroit chaleureux et convivial tout en étant extrêmement bien tenu. Ils savent pouvoir compter l’un sur l’autre en toutes circonstances, et le capitaine est rassuré de savoir qu’un tel second assure ses arrières. Charles, de son côté, réalise pleinement combien il a dû être difficile de faire confiance à un transfuge de Bellifère jadis, et se trouve très reconnaissant envers Philippe, devenu capitaine entre-temps, qui lui accorde une telle confiance.</div></td></tr><tr><td><img src="http://image.noelshack.com/fichiers/2012/19/1336476484-24.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Sicq Qoraïch</b> • <i>Norman Reedus</i></div><div class="PV_lien">Un cartographe ? Jamais plus ! Du moins, c’est ce que Philippe avait en tête après les déboires encourus à cause du précédent. Mais voilà, le petit Sicq – qui a quelques années de plus que lui – semble avoir la tête sur les épaules. De plus, il abhorre l’alcool ! Philippe lui a donc laissé sa chance, mais le surveille étroitement, pour être certain que cette nouvelle recrue ne leur réserve pas de fâcheuse surprise.</div></td></tr></table>
</div></center>


Dernière édition par Mémé Katou le Jeu 1 Déc - 22:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Test de rang
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 20/11/2016

Feuille de personnage
je réside:
J'ai fait allégeance à:
Test de rang
Message Sujet: Re: ♜ Lorgol - Les Mille Tours   Jeu 24 Nov - 15:18



PV proposé par (Aura·)

Freyja
de Brunante

ft. Claudia Black

« Rompues, les chaînes de la servitude : me voilà voguant pour l'éternité sur l'océan de la liberté. »

impatiente - passionnée - égoïste - courageuse - capricieuse - loyale - susceptible - rusée



© Arté
Freyja se souvient parfaitement des carcans que tentait de lui imposer sa famille quand elle n'était encore qu'une jeune demoiselle de la noblesse. Aussi a-t-elle une tendresse toute particulière pour les jeunes femmes qui cherchent à fuir un avenir imposé – quel qu'il soit – et leur ouvre toutes grandes les portes de la Taverne de la Rose.



© ithika
Âge : 40 ans
Date et lieu de naissance : 14 octobre 961, à Brunante (Ansemer)
Statut/profession : Seconde de l’Audacia, bordée des femmes ; propriétaire et gérante de la Taverne de la Rose à Lorgol, dans la Ville Basse
Allégeance : Le Pavillon Noir


Brunante. Baigné par l’océan, sur ce littoral battu par le vent du large, le domaine est ancien, et ses terres ont vu se succéder tout une lignée de marquis et marquises. Eux sont des navigateurs, des marins au sang fier charriant le sel du grand large, respirant à pleins poumons les alizés marins. Des baroudeurs des flots, des commerçants et des soldats, fleurons de la marine militaire comme de la marine marchande d’Ansemer. Le marquis actuel, Léopold, est un pur produit de deux lignées d’Ansemer, et a épousé une fière noble qui lui a donné deux fils vigoureux. L’aîné Louis a même épousé la sœur du duc d’Outrevent – avant d’être accusé de son meurtre et de prendre la fuite vers Lorgol avec leur fils de quatre ans. Opprobre sur le nom de Brunante…

Heureusement, bien peu en Ansemer savent que la propre demi-sœur du marquis, née de feu leur père et de sa seconde épouse belliférienne, n’est pas la respectable ermite recluse sur ses lointaines terres maternelles en Ibélène que Léopold se plaît à décrire. Freyja de Brunante a le tempérament obstiné de sa mère, et la fierté sauvage de son père : c’est le Pavillon Noir qui l’a conquise, l’année de ses vingt-et-un ans, en alternative au mariage arrangé qu’on voulait lui imposer. Elle s’est enfuie par la fenêtre, sac sur le dos et l’espoir au fond des yeux ; déterminée à conquérir par la force de son âme cette liberté affolante qu’on lui avait toujours refusée. Elle a galopé d’une traite jusqu’à Lorgol, ménageant juste assez sa monture pour parvenir en quelques semaines jusqu’au terme de son voyage : le quai des pirates, dans la capitale des mages et des moins-que-rien. Elle y prit séjour dans une taverne appartenant à un frère cadet de sa défunte mère, attendant là que passe un navire susceptible de lui plaire : et son choix se porta sur l’Audacia. Elle savait bien que le marin en Léopold refuserait toute implication avec la piraterie, commença donc pour elle une existence indépendante.

Son oncle trépassa l’année de ses vingt-trois ans : Freyja hérita de la Taverne de la Rose, et à sa première grossesse, trouva plaisir à s’en occuper le temps que la naissance arrive. Ses quatre enfants y virent tous le jour, et c’est là que leur nourrice les élève. L’aînée, Lou-Ann, treize ans, vient de rejoindre le bord de l’Audacia en tant que mousse ; la cadette Lena, onze ans et demi, est juste dotée de magie et vient d’intégrer l’Académie ; c’est donc la benjamine Lucy, six ans, et le petit dernier Leo, dix mois, qui sont élevés là avec le petit Aymeric de Brunante, quatre ans, fils de Louis, lui aussi pirate sur l’Audacia. Freyja partage donc son temps entre l’Audacia, huit mois par an, où elle occupe la place de seconde en charge de la bordée des femmes ; et quatre mois à Lorgol, tavernière et mère de famille.

Pendant le livre I : Depuis l’enlèvement de ses filles pendant le Carnaval, Freyja les surveille attentivement. Elle ne s’intéresse guère à la politique en Arven, bien plus concentrée sur son rôle de seconde de l’Audacia et de - à nouveau - future maman. De jumeaux, si la Vivenef qu’elle a éveillé est une quelconque indication.
Le kidnapping d'Aymeric, fils de son neveu et futur héritier d'Outrevent à la Taverne de la Rose l'a mise hors d'elle, et elle exècre encore plus la politique en Arven et ses conséquences sur les siens.




Citalphe BrusquevireLuke Evans
Citalphe n'est pas vraiment d'Ansemer, et n'éprouve aucune allégeance envers les souverains de ce duché. Ainsi, c'est sans la moindre arrière-pensée qu'il a convaincu sa mère et son beau-père de laisser filer l'Audacia sans le signaler lorsqu'il passe à portée du phare. En effet, l'un des endroits préférés de Citalphe à Lorgol est la Taverne de la Rose, tenue par Freyja une partie de l'année, de laquelle il s'est fait au fil du temps une amie et une alliée ; et en échange de quelques séjours à bord pour en apprendre plus sur la piraterie, il est ravi de venir en aide à cette amie et à son capitaine.
Philippe JedidiahIoan Gruffudd
Passion. C'est le maître mot de leur relation : un amour profond, sincère, qui les lie l'un à l'autre depuis plus d'une décennie. Pas d'union officielle, point de mariage, juste cette vérité toute simple à la mode des pirates : Freyja est à Philippe, Philippe est à Freyja. Leurs quatre enfants font d'eux des parents épanouis et sereins, et même si Freyja tolère assez mal d'être abandonnée à terre quelques mois avant ses accouchements, leurs retrouvailles n'en sont que plus intenses. La très noble famille de Freyja l'a reniée il y a des années, mais elle ne troquerait sa vie contre aucune autre.
Ilse TonneventJennifer Morrison
La seconde en titre de l’Audacia a une aveugle confiance en sa remplaçante. Lorsque les aléas de ses grossesses retiennent Freyja à terre, loin du navire, elle sait que la tranquille force de caractère d’Ilse saura tenir la bride à l’équipage, et seconder Philippe dans la gestion des équipières du bord. Honorée par cette confiance, Ilse ne ménage pas ses efforts pour s’en montrer digne, même si elle éprouve un secret soulagement lorsque Freyja reprend sa place à bord, bien plus à l’aise à suivre des ordres qu’à les énoncer. Elles s’entendent toutes deux à merveille avec Rhéa, la figure de proue, et il est courant de les voir bavarder le soir quand elles ne sont pas de quart.
Grâce de SombregemmeLena Headey
Improbables amies : Freyja est née en Ansemer d’un père natif et d’une mère belliférienne, sa seconde épouse ; Grâce n’avait jamais quitté son petit domaine étriqué sous l’égide de ses frères. Elles se sont beaucoup apporté mutuellement au fil des années : aujourd’hui, Grâce et Corail sont les bienvenues sur le pont de l’Audacia, et la Voltigeuse, outre la protection qu’elle accorde à la Taverne de la Rose, est la marraine d’un des enfants de Freyja. Parfois, elle envisage de retourner rencontrer les siens, et la pirate ne désespère pas de l’y aider.
Charles l'EspadonToby Stephens
Lui second du pont des hommes, elle seconde du pont des femmes : ils sont les deux seconds de Philippe, et entre eux le respect se double d’une certaine rivalité. Freyja est la compagne de Philippe, la mère de ses enfants ; Charles est son meilleur ami et confident. Ils se disputent un peu l’attention de leur capitaine, sans arrière-pensée ni hostilité ; et lorsque la situation l’exige, ils forment tous deux une équipe redoutable, sachant parfaitement pouvoir chacun compter totalement sur l’autre pour défendre le bord et se battre au nom de l’Audacia.



Code:
<center><div class="PV_background">
<table><tr><td width="50%"><div class="PV_infos1">
<div class="PV_petitext">PV proposé par (Aura·)</div>
<div class="PV_prenom">Freyja</div><div class="PV_nom">de Brunante</div>
<div class="PV_star">ft. Claudia Black
</div>
<div class="PV_petitext">« Rompues, les chaînes de la servitude : me voilà voguant pour l'éternité sur l'océan de la liberté. »</div>
<div class="PV_caractere">impatiente - passionnée - égoïste - courageuse - capricieuse - loyale - susceptible - rusée</div>
</div></td><td width="50%"><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/587406claudia22.png" class="PV_pris"/><br />
<div class="PV_petitext">© Arté</div></td></tr></table><div class="PV_petitext"><blockquote>Freyja se souvient parfaitement des carcans que tentait de lui imposer sa famille quand elle n'était encore qu'une jeune demoiselle de la noblesse. Aussi a-t-elle une tendresse toute particulière pour les jeunes femmes qui cherchent à fuir un avenir imposé – quel qu'il soit – et leur ouvre toutes grandes les portes de la Taverne de la Rose.</blockquote></div>
<div class="PV_sep"></div>
<div class="PV_infos"><table><tr><td><img src="http://i64.tinypic.com/2eb8vfb.jpg" class="PV_iconleft" />
<div class="PV_petitext">© ithika</div></td><td>[b]Âge :[/b] 40 ans
[b]Date et lieu de naissance :[/b] 14 octobre 961, à Brunante (Ansemer)
[b]Statut/profession :[/b] Seconde de l’Audacia, bordée des femmes ; propriétaire et gérante de la Taverne de la Rose à Lorgol, dans la Ville Basse
[b]Allégeance :[/b] Le Pavillon Noir
</td></tr></table></div>
<center><div class="PV_sep"></div></center>
<div class="PV_histoire">Brunante. Baigné par l’océan, sur ce littoral battu par le vent du large, le domaine est ancien, et ses terres ont vu se succéder tout une lignée de marquis et marquises. Eux sont des navigateurs, des marins au sang fier charriant le sel du grand large, respirant à pleins poumons les alizés marins. Des baroudeurs des flots, des commerçants et des soldats, fleurons de la marine militaire comme de la marine marchande d’Ansemer. Le marquis actuel, Léopold, est un pur produit de deux lignées d’Ansemer, et a épousé une fière noble qui lui a donné deux fils vigoureux. L’aîné Louis a même épousé la sœur du duc d’Outrevent – avant d’être accusé de son meurtre et de prendre la fuite vers Lorgol avec leur fils de quatre ans. Opprobre sur le nom de Brunante…

Heureusement, bien peu en Ansemer savent que la propre demi-sœur du marquis, née de feu leur père et de sa seconde épouse belliférienne, n’est pas la respectable ermite recluse sur ses lointaines terres maternelles en Ibélène que Léopold se plaît à décrire. Freyja de Brunante a le tempérament obstiné de sa mère, et la fierté sauvage de son père : c’est le Pavillon Noir qui l’a conquise, l’année de ses vingt-et-un ans, en alternative au mariage arrangé qu’on voulait lui imposer. Elle s’est enfuie par la fenêtre, sac sur le dos et l’espoir au fond des yeux ; déterminée à conquérir par la force de son âme cette liberté affolante qu’on lui avait toujours refusée. Elle a galopé d’une traite jusqu’à Lorgol, ménageant juste assez sa monture pour parvenir en quelques semaines jusqu’au terme de son voyage : le quai des pirates, dans la capitale des mages et des moins-que-rien. Elle y prit séjour dans une taverne appartenant à un frère cadet de sa défunte mère, attendant là que passe un navire susceptible de lui plaire : et son choix se porta sur l’Audacia. Elle savait bien que le marin en Léopold refuserait toute implication avec la piraterie, commença donc pour elle une existence indépendante.

Son oncle trépassa l’année de ses vingt-trois ans : Freyja hérita de la Taverne de la Rose, et à sa première grossesse, trouva plaisir à s’en occuper le temps que la naissance arrive. Ses quatre enfants y virent tous le jour, et c’est là que leur nourrice les élève. L’aînée, Lou-Ann, treize ans, vient de rejoindre le bord de l’Audacia en tant que mousse ; la cadette Lena, onze ans et demi, est juste dotée de magie et vient d’intégrer l’Académie ; c’est donc la benjamine Lucy, six ans, et le petit dernier Leo, dix mois, qui sont élevés là avec le petit Aymeric de Brunante, quatre ans, fils de Louis, lui aussi pirate sur l’Audacia. Freyja partage donc son temps entre l’Audacia, huit mois par an, où elle occupe la place de seconde en charge de la bordée des femmes ; et quatre mois à Lorgol, tavernière et mère de famille.

♦ [b]Pendant le livre I :[/b] [i] Depuis l’enlèvement de ses filles pendant le Carnaval, Freyja les surveille attentivement. Elle ne s’intéresse guère à la politique en Arven, bien plus concentrée sur son rôle de seconde de l’Audacia et de - à nouveau - future maman. De jumeaux, si la Vivenef qu’elle a éveillé est une quelconque indication.
Le kidnapping d'Aymeric, fils de son neveu et futur héritier d'Outrevent à la Taverne de la Rose l'a mise hors d'elle, et elle exècre encore plus la politique en Arven et ses conséquences sur les siens.[/i]</div>


<center><div class="PV_sep"></div></center>
<table><tr><td  valign="top"><img src="http://img15.hostingpics.net/pics/744866lukeevanshobbit2421849.jpg" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Citalphe Brusquevire</b> • <i>Luke Evans</i></div><div class="PV_lien">Citalphe n'est pas vraiment d'Ansemer, et n'éprouve aucune allégeance envers les souverains de ce duché. Ainsi, c'est sans la moindre arrière-pensée qu'il a convaincu sa mère et son beau-père de laisser filer l'Audacia sans le signaler lorsqu'il passe à portée du phare. En effet, l'un des endroits préférés de Citalphe à Lorgol est la Taverne de la Rose, tenue par Freyja une partie de l'année, de laquelle il s'est fait au fil du temps une amie et une alliée ; et en échange de quelques séjours à bord pour en apprendre plus sur la piraterie, il est ravi de venir en aide à cette amie et à son capitaine. </div></td></tr><tr><td><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/630076ioangruffuddharbek.png" class="PV_iconleft"/></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Philippe Jedidiah</b> • <i>Ioan Gruffudd</i></div><div class="PV_lien">Passion. C'est le maître mot de leur relation : un amour profond, sincère, qui les lie l'un à l'autre depuis plus d'une décennie. Pas d'union officielle, point de mariage, juste cette vérité toute simple à la mode des pirates : Freyja est à Philippe, Philippe est à Freyja. Leurs quatre enfants font d'eux des parents épanouis et sereins, et même si Freyja tolère assez mal d'être abandonnée à terre quelques mois avant ses accouchements, leurs retrouvailles n'en sont que plus intenses. La très noble famille de Freyja l'a reniée il y a des années, mais elle ne troquerait sa vie contre aucune autre.
</div></td></tr><tr><td><img src="http://illiweb.com/fa/pbucket.gif" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Ilse Tonnevent</b> • <i>Jennifer Morrison</i></div><div class="PV_lien">La seconde en titre de l’Audacia a une aveugle confiance en sa remplaçante. Lorsque les aléas de ses grossesses retiennent Freyja à terre, loin du navire, elle sait que la tranquille force de caractère d’Ilse saura tenir la bride à l’équipage, et seconder Philippe dans la gestion des équipières du bord. Honorée par cette confiance, Ilse ne ménage pas ses efforts pour s’en montrer digne, même si elle éprouve un secret soulagement lorsque Freyja reprend sa place à bord, bien plus à l’aise à suivre des ordres qu’à les énoncer. Elles s’entendent toutes deux à merveille avec Rhéa, la figure de proue, et il est courant de les voir bavarder le soir quand elles ne sont pas de quart.
</div></td></tr><tr><td><img src="http://nsa37.casimages.com/img/2016/03/27/160327063943389605.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Grâce de Sombregemme</b> • <i>Lena Headey</i></div><div class="PV_lien">Improbables amies : Freyja est née en Ansemer d’un père natif et d’une mère belliférienne, sa seconde épouse ; Grâce n’avait jamais quitté son petit domaine étriqué sous l’égide de ses frères. Elles se sont beaucoup apporté mutuellement au fil des années : aujourd’hui, Grâce et Corail sont les bienvenues sur le pont de l’Audacia, et la Voltigeuse, outre la protection qu’elle accorde à la Taverne de la Rose, est la marraine d’un des enfants de Freyja. Parfois, elle envisage de retourner rencontrer les siens, et la pirate ne désespère pas de l’y aider. </div></td></tr><tr><td><img src="http://image.noelshack.com/fichiers/2012/19/1336476484-24.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Charles l'Espadon</b> • <i>Toby Stephens</i></div><div class="PV_lien">Lui second du pont des hommes, elle seconde du pont des femmes : ils sont les deux seconds de Philippe, et entre eux le respect se double d’une certaine rivalité. Freyja est la compagne de Philippe, la mère de ses enfants ; Charles est son meilleur ami et confident. Ils se disputent un peu l’attention de leur capitaine, sans arrière-pensée ni hostilité ; et lorsque la situation l’exige, ils forment tous deux une équipe redoutable, sachant parfaitement pouvoir chacun compter totalement sur l’autre pour défendre le bord et se battre au nom de l’Audacia.</div></td></tr></table>
</div></center>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Test de rang
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 20/11/2016

Feuille de personnage
je réside:
J'ai fait allégeance à:
Test de rang
Message Sujet: Re: ♜ Lorgol - Les Mille Tours   Jeu 24 Nov - 15:23



PV proposé par (Aura·)

Charles
l’Espadon

ft. Toby Stephens

« L'âme sur les flots, et le cœur entre les mains de bois de leur souveraine. »

débonnaire - exigeant - dévoué - crédule - loyal - misogyne - persévérant - fier



© fassylover
« Messaïon frappe de son courroux les navires qui osent lui voler ses épouses », voilà ce que raconte la légende en Bellifère. Une femme à bord, c’est le naufrage assuré, n’est-ce pas ? Mais voilà, à bord de l’Audacia, une moitié de l’équipage est féminine, et Charles a eu du mal à s’y habituer. A présent, il s’y est fait ; mais parfois, au plus fort d’un orage, on peut le voir blêmir et deviner sur ses lèvres quelques suppliques au dieu des Mers.



© gentle heart
Âge : 47 ans
Date et lieu de naissance : 11 juillet 954, à Riven (Bellifère)
Statut/profession : Pirate, second de l’Audacia (pont des hommes)
Allégeance : Philippe Jedidiah, capitaine de l’Audacia


En Bellifère, lorsqu’on est troisième fils d’une famille modeste, l’on devient soldat – ou marin. Telle fut la destinée de Charles : né après deux frères, l’un voué à hériter et le second à bien se marier, il n’avait guère d’autre possibilité, et la vie nautique avait de toute manière beaucoup d’attraits à ses yeux. Quitter la lande de Riven, c’était la perspective de se trouver une place à lui dans l’univers, un endroit qui lui appartienne vraiment, et qui ne soit pas simplement les restes de ce que ses aînés n’ont pas voulu. Alors Charles s’est engagé à vingt ans, sur le Parangon, et y a appris la netteté et l’exigence de la carrière militaire, habitudes d’ordre et d’organisation qui lui resteraient sa vie durant. Il ne se sentait pas nécessairement pleinement le bienvenu à bord : la figure de proue, Martial, ne semblait pas l’apprécier réellement, sans que Charles ne sache vraiment pourquoi.

Et voilà qu’un jour, à l’aube de ses vingt-cinq ans, la galère se lança en chasse d’un bâtiment pirate qui venait de rapiner la côte. L’abordage eut lieu après une poursuite effrénée ; mais à l’instant où les grappins furent lancés, au moment même où Charles mit le pied à bord, l’univers bascula. La figure de proue du navire renégat le regarda droit dans les yeux par-dessus son épaule de bois, et lui ravit son cœur d’un sourire. « Je t’attendais. » put-il lire sur les lèvres sculptées, et de cet instant Charles changea d’allégeance, en un battement de cœur. La sensation de bienvenue chaleureuse sur les planches de ce pont était si intense qu’il jeta par-dessus le bastingage sa veste d’uniforme, aidant les pirates à repousser l’ennemi sur le Parangon, et prêtant serment d’allégeance solennel à Rhéa dans la foulée.

Les années passèrent ; et le transfuge de Bellifère grimpa les échelons, servi par son exigence rigoureuse, son implication, son dévouement, et son fanatique attachement à la figure de proue. Aujourd’hui second du bord, en charge du pont des hommes, il assiste son capitaine de son mieux, fier d’être apprécié de cet homme remarquable, et heureux de son existence. Point de famille, aucune femme dans sa vie – il est fort possible que le rude pirate pétri de principes et de fierté soit un peu tombé amoureux, au premier regard, d’une femme de bois au sourire enchanteur qui lui a ravi son cœur…

Pendant le livre I : Il prend son rôle de second à cœur, Charles, pendant que la guerre gronde sur le continent. Mais il s’est dévoué à l’Audacia, et ne compte pas briser son serment.





Sicq QoraïchNorman Reedus
Charles et Sicq se sont connus sur la Bohème, pendant une traversée pleine de péripéties et d’adversité qui a pleinement renseigné chacun d’eux sur la valeur de l’autre. Ils sont restés amis depuis, se revoyaient à Lorgol avec plaisir, et Charles est profondément ravi que son camarade de toujours ait été accepté à bord de l’Audacia. Il sait pouvoir se reposer sur lui aveuglément ; et Sicq se sent profondément honoré de la confiance qu’il lui manifeste en se portant garant pour lui.
Vira SabirJessica Chastain
Accepter les femmes à bord, bon, pourquoi pas - le superstitieux Belliférien a fini par concevoir que, peut-être, la légende voulant que Messaïon frappe les navires portant des femmes était juste un racontar de bonne femme. Par contre, il reste un peu méfiant de la sauvage Vira aux imprévisibles sautes d’humeur : elle est certes totalement dévouée au navire, mais c’est une sauvage des îles du Sud, quand même ! La rouquine perçoit bien la prudente distance que le second met avec elle, mais elle s’en fiche complètement : elle s’entend à merveille avec les deux secondes du pont des femmes, Freyja et Ilse, et se sent totalement à sa place à bord.
Philippe Jedidiah Ioan Gruffudd
Charles et Philippe sont très différents, mais fondamentalement complémentaires. Ils forment l’un et l’autre une équipe solide et efficace, et l’Audacia parvient à rester un endroit chaleureux et convivial tout en étant extrêmement bien tenu. Ils savent pouvoir compter l’un sur l’autre en toutes circonstances, et le capitaine est rassuré de savoir qu’un tel second assure ses arrières. Charles, de son côté, réalise pleinement combien il a dû être difficile de faire confiance à un transfuge de Bellifère jadis, et se trouve très reconnaissant envers Philippe, devenu capitaine entre-temps, qui lui accorde une telle confiance.
Bartholomé d'AnsemerEric Bana
Ils se sont brièvement côtoyés, le Faë et l’Ibéen, lors d’une parade nautique réunissant les vivenefs militaires des deux empires. Ils ont sympathisé, les vingt ans de Charles impressionnant les quatorze printemps de l’héritier du trône ducal. Ils sont restés en contact pendant les cinq années qui suivirent, Charles transmettant par courrier à son ami tout son amour de la vie en mer ; puis, lorsqu’il changea de bord pour embrasser la piraterie, il tenta de convaincre le jeune souverain de la justesse de son choix. Hélas : Bartholomé prit ombrage de cette trahison, et voue depuis une haine farouche aux pirates, qui lui ont volé son ami d’enfance.
Freyja de BrunanteClaudia Black
Lui second du pont des hommes, elle seconde du pont des femmes : ils sont les deux seconds de Philippe, et entre eux le respect se double d’une certaine rivalité. Freyja est la compagne de Philippe, la mère de ses enfants ; Charles est son meilleur ami et confident. Ils se disputent un peu l’attention de leur capitaine, sans arrière-pensée ni hostilité ; et lorsque la situation l’exige, ils forment tous deux une équipe redoutable, sachant parfaitement pouvoir chacun compter totalement sur l’autre pour défendre le bord et se battre au nom de l’Audacia.



Code:
<center><div class="PV_background">
<table><tr><td width="50%"><div class="PV_infos1">
<div class="PV_petitext">PV proposé par (Aura·)</div>
<div class="PV_prenom">Charles</div><div class="PV_nom">l’Espadon</div>
<div class="PV_star">ft. Toby Stephens
</div>
<div class="PV_petitext">« L'âme sur les flots, et le cœur entre les mains de bois de leur souveraine. »</div>
<div class="PV_caractere">débonnaire - exigeant - dévoué - crédule - loyal - misogyne - persévérant - fier</div>
</div></td><td width="50%"><img src="http://66.media.tumblr.com/0f91c82769377bf5dc77118a6edb35b5/tumblr_njigrghZHe1tyhl08o3_250.png" class="PV_pris"/><br />
<div class="PV_petitext">© fassylover</div></td></tr></table><div class="PV_petitext"><blockquote>« Messaïon frappe de son courroux les navires qui osent lui voler ses épouses », voilà ce que raconte la légende en Bellifère. Une femme à bord, c’est le naufrage assuré, n’est-ce pas ? Mais voilà, à bord de l’Audacia, une moitié de l’équipage est féminine, et Charles a eu du mal à s’y habituer. A présent, il s’y est fait ; mais parfois, au plus fort d’un orage, on peut le voir blêmir et deviner sur ses lèvres quelques suppliques au dieu des Mers.</blockquote></div>
<div class="PV_sep"></div>
<div class="PV_infos"><table><tr><td><img src="http://img15.hostingpics.net/pics/757619TobysIc4.png" class="PV_iconleft" />
<div class="PV_petitext">© gentle heart</div></td><td>[b]Âge :[/b] 47 ans
[b]Date et lieu de naissance :[/b] 11 juillet 954, à Riven (Bellifère)
[b]Statut/profession :[/b] Pirate, second de l’Audacia (pont des hommes)
[b]Allégeance :[/b] Philippe Jedidiah, capitaine de l’Audacia
</td></tr></table></div>
<center><div class="PV_sep"></div></center>
<div class="PV_histoire">En Bellifère, lorsqu’on est troisième fils d’une famille modeste, l’on devient soldat – ou marin. Telle fut la destinée de Charles : né après deux frères, l’un voué à hériter et le second à bien se marier, il n’avait guère d’autre possibilité, et la vie nautique avait de toute manière beaucoup d’attraits à ses yeux. Quitter la lande de Riven, c’était la perspective de se trouver une place à lui dans l’univers, un endroit qui lui appartienne vraiment, et qui ne soit pas simplement les restes de ce que ses aînés n’ont pas voulu. Alors Charles s’est engagé à vingt ans, sur le Parangon, et y a appris la netteté et l’exigence de la carrière militaire, habitudes d’ordre et d’organisation qui lui resteraient sa vie durant. Il ne se sentait pas nécessairement pleinement le bienvenu à bord : la figure de proue, Martial, ne semblait pas l’apprécier réellement, sans que Charles ne sache vraiment pourquoi.

Et voilà qu’un jour, à l’aube de ses vingt-cinq ans, la galère se lança en chasse d’un bâtiment pirate qui venait de rapiner la côte. L’abordage eut lieu après une poursuite effrénée ; mais à l’instant où les grappins furent lancés, au moment même où Charles mit le pied à bord, l’univers bascula. La figure de proue du navire renégat le regarda droit dans les yeux par-dessus son épaule de bois, et lui ravit son cœur d’un sourire. « Je t’attendais. » put-il lire sur les lèvres sculptées, et de cet instant Charles changea d’allégeance, en un battement de cœur. La sensation de bienvenue chaleureuse sur les planches de ce pont était si intense qu’il jeta par-dessus le bastingage sa veste d’uniforme, aidant les pirates à repousser l’ennemi sur le Parangon, et prêtant serment d’allégeance solennel à Rhéa dans la foulée.

Les années passèrent ; et le transfuge de Bellifère grimpa les échelons, servi par son exigence rigoureuse, son implication, son dévouement, et son fanatique attachement à la figure de proue. Aujourd’hui second du bord, en charge du pont des hommes, il assiste son capitaine de son mieux, fier d’être apprécié de cet homme remarquable, et heureux de son existence. Point de famille, aucune femme dans sa vie – il est fort possible que le rude pirate pétri de principes et de fierté soit un peu tombé amoureux, au premier regard, d’une femme de bois au sourire enchanteur qui lui a ravi son cœur…

♦ [b]Pendant le livre I :[/b] [i] Il prend son rôle de second à cœur, Charles, pendant que la guerre gronde sur le continent. Mais il s’est dévoué à l’Audacia, et ne compte pas briser son serment.[/i]</div>


<center><div class="PV_sep"></div></center>
<table><tr><td  valign="top"><img src="http://image.noelshack.com/fichiers/2012/19/1336476484-24.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Sicq Qoraïch</b> • <i>Norman Reedus </i></div><div class="PV_lien"> Charles et Sicq se sont connus sur la Bohème, pendant une traversée pleine de péripéties et d’adversité qui a pleinement renseigné chacun d’eux sur la valeur de l’autre. Ils sont restés amis depuis, se revoyaient à Lorgol avec plaisir, et Charles est profondément ravi que son camarade de toujours ait été accepté à bord de l’Audacia. Il sait pouvoir se reposer sur lui aveuglément ; et Sicq se sent profondément honoré de la confiance qu’il lui manifeste en se portant garant pour lui. </div></td></tr><tr><td><img src="http://67.media.tumblr.com/c828c6fa730bf850ddd10e7774f61cfa/tumblr_inline_oaikizxaOg1u36meq_100.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Vira Sabir</b> • <i>Jessica Chastain</i></div><div class="PV_lien">Accepter les femmes à bord, bon, pourquoi pas - le superstitieux Belliférien a fini par concevoir que, peut-être, la légende voulant que Messaïon frappe les navires portant des femmes était juste un racontar de bonne femme. Par contre, il reste un peu méfiant de la sauvage Vira aux imprévisibles sautes d’humeur : elle est certes totalement dévouée au navire, mais c’est une sauvage des îles du Sud, quand même ! La rouquine perçoit bien la prudente distance que le second met avec elle, mais elle s’en fiche complètement : elle s’entend à merveille avec les deux secondes du pont des femmes, Freyja et Ilse, et se sent totalement à sa place à bord.
</div></td></tr><tr><td><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/630076ioangruffuddharbek.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Philippe Jedidiah</b> • <i> Ioan Gruffudd</i></div><div class="PV_lien">Charles et Philippe sont très différents, mais fondamentalement complémentaires. Ils forment l’un et l’autre une équipe solide et efficace, et l’Audacia parvient à rester un endroit chaleureux et convivial tout en étant extrêmement bien tenu. Ils savent pouvoir compter l’un sur l’autre en toutes circonstances, et le capitaine est rassuré de savoir qu’un tel second assure ses arrières. Charles, de son côté, réalise pleinement combien il a dû être difficile de faire confiance à un transfuge de Bellifère jadis, et se trouve très reconnaissant envers Philippe, devenu capitaine entre-temps, qui lui accorde une telle confiance.</div></td></tr><tr><td><img src="http://nsa37.casimages.com/img/2015/12/07/mini_151207070950730355.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Bartholomé d'Ansemer</b> • <i>Eric Bana</i></div><div class="PV_lien">Ils se sont brièvement côtoyés, le Faë et l’Ibéen, lors d’une parade nautique réunissant les vivenefs militaires des deux empires. Ils ont sympathisé, les vingt ans de Charles impressionnant les quatorze printemps de l’héritier du trône ducal. Ils sont restés en contact pendant les cinq années qui suivirent, Charles transmettant par courrier à son ami tout son amour de la vie en mer ; puis, lorsqu’il changea de bord pour embrasser la piraterie, il tenta de convaincre le jeune souverain de la justesse de son choix. Hélas : Bartholomé prit ombrage de cette trahison, et voue depuis une haine farouche aux pirates, qui lui ont volé son ami d’enfance. </div></td></tr>
<tr><td><img src="http://i64.tinypic.com/2eb8vfb.jpg" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Freyja de Brunante</b> • <i>Claudia Black</i></div><div class="PV_lien">Lui second du pont des hommes, elle seconde du pont des femmes : ils sont les deux seconds de Philippe, et entre eux le respect se double d’une certaine rivalité. Freyja est la compagne de Philippe, la mère de ses enfants ; Charles est son meilleur ami et confident. Ils se disputent un peu l’attention de leur capitaine, sans arrière-pensée ni hostilité ; et lorsque la situation l’exige, ils forment tous deux une équipe redoutable, sachant parfaitement pouvoir chacun compter totalement sur l’autre pour défendre le bord et se battre au nom de l’Audacia.</div></td></tr></table>
</div></center>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Test de rang
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 20/11/2016

Feuille de personnage
je réside:
J'ai fait allégeance à:
Test de rang
Message Sujet: Re: ♜ Lorgol - Les Mille Tours   Jeu 24 Nov - 15:35



PV proposé par (Aura·)

Iseabail “Ilse”
Tonnevent

ft. Jennifer Morrison

« Mon serment, c'est l'horizon. »

discrète - taciturne - loyale - solitaire - radicale - rancunière - charismatique - réfléchie



© Insuline
Bien que plus rien ne la retienne à Outrevent, Ilse garde une affection toute particulière pour ces paysages de falaises venteuses. Parfois elle se surprend à s'imaginer mariée, élevant des enfants dans ces landes qui l'ont vue naître... Une jolie rêverie qui ne dure jamais longtemps. Elle aime bien trop naviguer pour se fixer ainsi !



© Angelic37
Âge : 32 ans
Date et lieu de naissance : 21 septembre 969, sur les falaises d’Outrevent
Statut/profession : Mage de l'Été (destruction), cannonière de l’Audacia
Allégeance : Le Pavillon Noir


Ilse est née sur les landes d’Outrevent, un soir de tempête, alors que le carrosse de ses nobles parents était pris à parti par un groupe de brigands. La magie de son père fut rapidement contrée par celle des agresseurs, et l’enfant vint au monde dans les cris et le sang, tandis que sa mère réussissait à obtenir la vie sauve en suppliant la pitié des brigands. Le bébé blond, orpheline de père dès ses premiers instants, reçut le prénom d’Iseabail, sa grand-mère paternelle, qui recueillit la veuve et son unique progéniture après le désastre. La malheureuse éplorée avait perdu la raison, et s’ôta la vie en sautant du haut des falaises pendant la quatrième année d’Iseabail.

L’enfant fut élevée par sa grand-mère, rude et rigoureuse, mais profondément aimante et généreuse, dotant la petite d’un caractère aussi brutal que les tempêtes ravageant la côte, mais pétrie d’honneur et de loyauté, comme tous ceux dont le sang nourrit les landes. A l’adolescence, elle manifesta comme son père avant elle une affinité assez marquée avec la saison de l'Été, nécessitant son départ pour Lorgol où elle étudia quatre années la magie de la destruction.

C’est à ses quinze ans qu’elle prit une décision fondamentale. D’Outrevent arriva une missive l’informant du décès brutal et inattendu de cette aïeule qu’elle aimait tant, fauchée par une chute de cheval dont elle ne se releva pas. Choquée, Iseabail se sentit orpheline bien plus que lors du trépas de sa mère, et le chagrin la poussa à remettre en question son existence. Elle n’avait aucune envie d’enfermer sa vie entre les murs du château ducal, comme les autres mages de bataille d’Outrevent, et opta à la place pour la liberté et l’indépendance, puisque qu’aucune famille ne l’attendait plus.

Elle se rendit donc sur les quais de Lorgol, elle qui avait tout autant la mer que les landes dans le sang, après avoir grandi sur les falaises et senti le sel sur ses lèvres toute son enfance. Là, elle fit savoir qu’elle s’y connaissait en canons – une place était libre sur l’Audacia, elle s’y engagea comme mousse sous le nom d’Ilse Tonnevent, et devint au fil des années un élément central dans la hiérarchie du navire au fur et à mesure qu’elle gravissait les échelons. C’est à son bord qu’elle devint adulte et se constitua une nouvelle famille – même si, parfois, la petite Iseabail qui courait sur les falaises avec la merveilleuse insouciance des enfants lui manque un peu…

Pendant le livre I : Élue Championne de la Ville Basse, elle a combattu dans l’arène de Bellifère pendant l’édition spéciale du Tournoi des Trois Opales. Elle est la canonnière de l’Audacia et, tout comme le reste de l’équipage, Bellifère a mis sa tête à prix. Elle s’en fiche un peu, Ilse : pour l’instant, elle a d’autre chose à gérer, dont un bébé en route. Le père de l’enfant est également un pirate, Louis de Brunante, connu sous le nom d’Éric voile-Ardente.





Solange de BrenwyrTabrett Bethell
Les forces armées des Empires ne tolèrent pas vraiment les pirates, mais entre la Voltigeuse et la canonnière de l’Audacia, une franche amitié s’est créée un soir de beuverie dans une des tavernes de Lorgol. Prise à parti par plusieurs lourdauds éméchés, Ilse était en mauvaise posture, lorsque Solange s’est portée à son secours. Taper sur un troupeau d’hommes côte à côte, voilà qui a cimenté leur amitié : et depuis, Solange fait partie des bien rares Voltigeurs à pouvoir se poser sur l’Audacia sans risquer sa vie, appréciée de tous pour sa bonne humeur et son absence de préjugés. Lierre a d’ailleurs développé une certaine aptitude à se percher sur les mâts, et les visites de la Voltigeuse à bord sont toujours bienvenues.
Philippe JedidiahIoan Gruffudd
Elle est taciturne, Ilse : Philippe la connaît depuis longtemps, depuis qu'elle est devenue mousse sur le navire quelques années après lui. Discrète et observatrice, c'est un excellent élément et il apprécie ses talents à leur juste valeur. Elle assiste Freyja dans la gestion du pont des femmes, et l'assume à elle seule lorsque la compagne du capitaine est à terre. Dénuée d'ambition, elle se satisfait de son poste, et n'a jamais posé aucun souci à ses officiers. Ses avis, lorsqu'elle estime nécessaire de les exprimer, trouvent toujours une oreille attentive de la part de Philippe.
Freyja de BrunanteClaudia Black
La seconde en titre de l’Audacia a une aveugle confiance en sa remplaçante. Lorsque les aléas de ses grossesses retiennent Freyja à terre, loin du navire, elle sait que la tranquille force de caractère d’Ilse saura tenir la bride à l’équipage, et seconder Philippe dans la gestion des équipières du bord. Honorée par cette confiance, Ilse ne ménage pas ses efforts pour s’en montrer digne, même si elle éprouve un secret soulagement lorsque Freyja reprend sa place à bord, bien plus à l’aise à suivre des ordres qu’à les énoncer. Elles s’entendent toutes deux à merveille avec Rhéa, la figure de proue, et il est courant de les voir bavarder le soir quand elles ne sont pas de quart.
Lionel de RivepierreTom Ellis
Ils étaient censés s’entendre. Mages de l'Été tous les deux, entrés à l’Académie au même âge, originaires du même duché : ils auraient pu être des amis très proches. La décision d’Ilse de renoncer à servir Outrevent, et l’intransigeance de Lionel quand il a su qu’elle rejoignait les pirates : voilà ce qui a tout gâché. Ils se sont quittés sur des mots très durs, et le Chevaucheur a déjà assailli l’Audacia plusieurs fois, cible des boulets de canons dirigés par Ilse défendant son bâtiment. Ils sont ennemis à présent – quel gâchis, tout avait si bien commencé, pourtant.
Sicq QoraïchNorman Reedus
Il est attirant, cet homme taciturne – Ilse l’a observé avec intérêt lorsqu’il a rejoint le bord du navire après le départ d’Ismaïl. Plein d’une assurance discrète et de retenue, il n’en est pas moins parfaitement cynique, et l’impétueuse canonnière aime sa manière de grommeler dans sa barbe ou de râler à pleine voix lorsqu’il est contrarié. C’est si amusant de le provoquer ! Lui ne sait trop quoi penser de cette blonde jeunette qui lui tourne autour entre deux œillades – il faudra sûrement y réfléchir plus sérieusement pendant la prochaine traversée.



Code:
<center><div class="PV_background">
<table><tr><td width="50%"><div class="PV_infos1">
<div class="PV_petitext">PV proposé par (Aura·)</div>
<div class="PV_prenom">Iseabail “Ilse”</div><div class="PV_nom">Tonnevent</div>
<div class="PV_star">ft. Jennifer Morrison
</div>
<div class="PV_petitext">« Mon serment, c'est l'horizon. »</div>
<div class="PV_caractere">discrète - taciturne - loyale - solitaire - radicale - rancunière - charismatique - réfléchie</div>
</div></td><td width="50%"><img src="http://img4.hostingpics.net/pics/600310JenniferMORRISON4.jpg" class="PV_pris"/><br />
<div class="PV_petitext">© Insuline</div></td></tr></table><div class="PV_petitext"><blockquote>Bien que plus rien ne la retienne à Outrevent, Ilse garde une affection toute particulière pour ces paysages de falaises venteuses. Parfois elle se surprend à s'imaginer mariée, élevant des enfants dans ces landes qui l'ont vue naître... Une jolie rêverie qui ne dure jamais longtemps. Elle aime bien trop naviguer pour se fixer ainsi !</blockquote></div>
<div class="PV_sep"></div>
<div class="PV_infos"><table><tr><td><img src="http://illiweb.com/fa/pbucket.gif" class="PV_iconleft" />
<div class="PV_petitext">© Angelic37</div></td><td>[b]Âge :[/b] 32 ans
[b]Date et lieu de naissance :[/b] 21 septembre 969, sur les falaises d’Outrevent
[b]Statut/profession :[/b] Mage de l'Été (destruction), cannonière de l’Audacia
[b]Allégeance :[/b] Le Pavillon Noir
</td></tr></table></div>
<center><div class="PV_sep"></div></center>
<div class="PV_histoire">Ilse est née sur les landes d’Outrevent, un soir de tempête, alors que le carrosse de ses nobles parents était pris à parti par un groupe de brigands. La magie de son père fut rapidement contrée par celle des agresseurs, et l’enfant vint au monde dans les cris et le sang, tandis que sa mère réussissait à obtenir la vie sauve en suppliant la pitié des brigands. Le bébé blond, orpheline de père dès ses premiers instants, reçut le prénom d’Iseabail, sa grand-mère paternelle, qui recueillit la veuve et son unique progéniture après le désastre. La malheureuse éplorée avait perdu la raison, et s’ôta la vie en sautant du haut des falaises pendant la quatrième année d’Iseabail.

L’enfant fut élevée par sa grand-mère, rude et rigoureuse, mais profondément aimante et généreuse, dotant la petite d’un caractère aussi brutal que les tempêtes ravageant la côte, mais pétrie d’honneur et de loyauté, comme tous ceux dont le sang nourrit les landes. A l’adolescence, elle manifesta comme son père avant elle une affinité assez marquée avec la saison de l'Été, nécessitant son départ pour Lorgol où elle étudia quatre années la magie de la destruction.

C’est à ses quinze ans qu’elle prit une décision fondamentale. D’Outrevent arriva une missive l’informant du décès brutal et inattendu de cette aïeule qu’elle aimait tant, fauchée par une chute de cheval dont elle ne se releva pas. Choquée, Iseabail se sentit orpheline bien plus que lors du trépas de sa mère, et le chagrin la poussa à remettre en question son existence. Elle n’avait aucune envie d’enfermer sa vie entre les murs du château ducal, comme les autres mages de bataille d’Outrevent, et opta à la place pour la liberté et l’indépendance, puisque qu’aucune famille ne l’attendait plus.

Elle se rendit donc sur les quais de Lorgol, elle qui avait tout autant la mer que les landes dans le sang, après avoir grandi sur les falaises et senti le sel sur ses lèvres toute son enfance. Là, elle fit savoir qu’elle s’y connaissait en canons – une place était libre sur l’Audacia, elle s’y engagea comme mousse sous le nom d’Ilse Tonnevent, et devint au fil des années un élément central dans la hiérarchie du navire au fur et à mesure qu’elle gravissait les échelons. C’est à son bord qu’elle devint adulte et se constitua une nouvelle famille – même si, parfois, la petite Iseabail qui courait sur les falaises avec la merveilleuse insouciance des enfants lui manque un peu…

♦ [b]Pendant le livre I :[/b] [i] Élue Championne de la Ville Basse, elle a combattu dans l’arène de Bellifère pendant l’édition spéciale du Tournoi des Trois Opales. Elle est la canonnière de l’Audacia et, tout comme le reste de l’équipage, Bellifère a mis sa tête à prix. Elle s’en fiche un peu, Ilse : pour l’instant, elle a d’autre chose à gérer, dont un bébé en route. Le père de l’enfant est également un pirate, Louis de Brunante, connu sous le nom d’Éric voile-Ardente.[/i]</div>


<center><div class="PV_sep"></div></center>
<table><tr><td  valign="top"><img src="http://glimpseofheaven.free.fr/Artfolio/albums/userpics/10001/icon_tabrett_bethell_11.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Solange de Brenwyr</b> • <i>Tabrett Bethell</i></div><div class="PV_lien">Les forces armées des Empires ne tolèrent pas vraiment les pirates, mais entre la Voltigeuse et la canonnière de l’Audacia, une franche amitié s’est créée un soir de beuverie dans une des tavernes de Lorgol. Prise à parti par plusieurs lourdauds éméchés, Ilse était en mauvaise posture, lorsque Solange s’est portée à son secours. Taper sur un troupeau d’hommes côte à côte, voilà qui a cimenté leur amitié : et depuis, Solange fait partie des bien rares Voltigeurs à pouvoir se poser sur l’Audacia sans risquer sa vie, appréciée de tous pour sa bonne humeur et son absence de préjugés. Lierre a d’ailleurs développé une certaine aptitude à se percher sur les mâts, et les visites de la Voltigeuse à bord sont toujours bienvenues. </div></td></tr><tr><td><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/630076ioangruffuddharbek.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Philippe Jedidiah</b> • <i>Ioan Gruffudd</i></div><div class="PV_lien">Elle est taciturne, Ilse : Philippe la connaît depuis longtemps, depuis qu'elle est devenue mousse sur le navire quelques années après lui. Discrète et observatrice, c'est un excellent élément et il apprécie ses talents à leur juste valeur. Elle assiste Freyja dans la gestion du pont des femmes, et l'assume à elle seule lorsque la compagne du capitaine est à terre. Dénuée d'ambition, elle se satisfait de son poste, et n'a jamais posé aucun souci à ses officiers. Ses avis, lorsqu'elle estime nécessaire de les exprimer, trouvent toujours une oreille attentive de la part de Philippe.
</div></td></tr><tr><td><img src="http://i64.tinypic.com/2eb8vfb.jpg" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Freyja de Brunante</b> • <i>Claudia Black</i></div><div class="PV_lien">La seconde en titre de l’Audacia a une aveugle confiance en sa remplaçante. Lorsque les aléas de ses grossesses retiennent Freyja à terre, loin du navire, elle sait que la tranquille force de caractère d’Ilse saura tenir la bride à l’équipage, et seconder Philippe dans la gestion des équipières du bord. Honorée par cette confiance, Ilse ne ménage pas ses efforts pour s’en montrer digne, même si elle éprouve un secret soulagement lorsque Freyja reprend sa place à bord, bien plus à l’aise à suivre des ordres qu’à les énoncer. Elles s’entendent toutes deux à merveille avec Rhéa, la figure de proue, et il est courant de les voir bavarder le soir quand elles ne sont pas de quart.</div></td></tr><tr><td><img src="http://31.media.tumblr.com/591d8e8e2519c3e559d046f13a5484a7/tumblr_inline_n2yl4fNM3N1sykc5b.jpg" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Lionel de Rivepierre</b> • <i>Tom Ellis</i></div><div class="PV_lien">Ils étaient censés s’entendre. Mages de l'Été tous les deux, entrés à l’Académie au même âge, originaires du même duché : ils auraient pu être des amis très proches. La décision d’Ilse de renoncer à servir Outrevent, et l’intransigeance de Lionel quand il a su qu’elle rejoignait les pirates : voilà ce qui a tout gâché. Ils se sont quittés sur des mots très durs, et le Chevaucheur a déjà assailli l’Audacia plusieurs fois, cible des boulets de canons dirigés par Ilse défendant son bâtiment. Ils sont ennemis à présent – quel gâchis, tout avait si bien commencé, pourtant.</div></td></tr>
<tr><td><img src="http://image.noelshack.com/fichiers/2012/19/1336476484-24.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Sicq Qoraïch</b> • <i>Norman Reedus</i></div><div class="PV_lien">Il est attirant, cet homme taciturne – Ilse l’a observé avec intérêt lorsqu’il a rejoint le bord du navire après le départ d’Ismaïl. Plein d’une assurance discrète et de retenue, il n’en est pas moins parfaitement cynique, et l’impétueuse canonnière aime sa manière de grommeler dans sa barbe ou de râler à pleine voix lorsqu’il est contrarié. C’est si amusant de le provoquer ! Lui ne sait trop quoi penser de cette blonde jeunette qui lui tourne autour entre deux œillades – il faudra sûrement y réfléchir plus sérieusement pendant la prochaine traversée.</div></td></tr></table>
</div></center>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Test de rang
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 20/11/2016

Feuille de personnage
je réside:
J'ai fait allégeance à:
Test de rang
Message Sujet: Re: ♜ Lorgol - Les Mille Tours   Jeu 24 Nov - 15:43



PV proposé par (Aura·)

Sicq
Qoraïch

ft. Norman Reedus

« Le Nord ? C'est... relatif. »

taciturne - cynique - loyal - nomade - soigneux - cupide - observateur - râleur



© fassylover
Tout petit, Sicq s’est enivré avec le fort alcool de dattes dont sa tribu fait commerce. Il a passé une semaine entre la vie et la mort ; et depuis, garde une profonde aversion pour toute forme de liquide alcoolisé.



© Sugar slaughter
Âge : 45 ans
Date et lieu de naissance : 14 mars 956, à l’oasis de Furïh (Erebor)
Statut/profession : Cartographe et navigateur de l’Audacia, pirate
Allégeance : Philippe Jedidiah, capitaine de l’Audacia ; Anthim, duc d’Erebor


Sicq est né en Erebor, à l’oasis de Furïh, joyau du désert. Son clan se distingue par l’excellence de l’alcool de dattes qu’il produit, et le petit Sicq en a fait les frais, très jeune. Il a grandi au son de la musique gitane, troisième fils du chef de clan, cadet d’un frère et d’une sœur tendrement aimés, et aîné de six autres frères et sœurs qu’il a abondamment couvés jusqu’à l’âge de quinze ans. C’est qu’on apprenait la curiosité avant tout aux enfants de la tribu : savoir ce qui se passait en dehors des frontières du duché.

C’est ainsi que Sicq suivit les traces d’une caravane gitane à l’orée de ses quinze ans, voyageant pendant cinq ans en dehors d’Erebor, visitant peu les contrées du sud du continent, mais abondamment le nord, prenant l’habitude de tracer les cartes de ses déplacements pour avoir des supports avec lesquels raconter ses errances une fois de retour au bercail. A l’âge de vingt ans, il découvrit Lorgol – et rencontra au port sa première vivenef, l’Audacia. Subjugué, trouvant les dames des flots absolument merveilleuses, il chercha à s’engager sur l’une d’elles et intégra l’équipage du Menuet, galion commercial ansemarien dont la figure de proue, Escarpine, aimait à dévorer les flots déchaînés. Au bout de six mois de traversée, un bâtiment pirate monta à l’abordage – et Sicq changea de bord. Il embrassa alors pleinement le Pavillon Noir, séduit par la liberté fondamentale des gens des flots, changeant de bord tous les quatre ou cinq ans pour ne pas se lasser, retournant passer en Erebor les trois mois d’hivernage auprès de sa tribu dont son frère aîné Sitd, époux de Saraj Kamar et beau-frère de la sultane Sitara, a pris la tête.

En juillet 1001, il apprit que l’on recherchait un cartographe sur un navire à quai à Lorgol – un peu lassé de la Bohème, il s’y rendit, et découvrit que le navire en question n’était autre que l’Audacia, cette superbe vivenef dont il s’était épris au premier regard. Il sauta sur l’occasion, parvint à être recruté, et prit place à bord avec grande satisfaction. Il se sent jaugé : les mésaventures causées par son prédécesseur semblent avoir marqué le bord, et il se fait un devoir d’être aussi exemplaire que possible pour montrer sa valeur. Un jour, peut-être, il tentera de monter à bord de l’Egide si un équipage lui est constitué ; mais pour le moment, Rhéa suffit à occuper son cœur, et il est heureux à bord.

Pendant le livre I : Sans nul doute, Sicq s’est bien intégré à l’équipage. Sa tête est mise à prix en Bellifère comme le reste des pirates de l’Audacia, mais cela lui importe peu, il n’a pas l’intention de quitter le bord de sitôt.




Philippe JedidiahIoan Gruffudd
Un cartographe ? Jamais plus ! Du moins, c’est ce que Philippe avait en tête après les déboires encourus à cause du précédent. Mais voilà, le petit Sicq – qui a quelques années de plus que lui – semble avoir la tête sur les épaules. De plus, il abhorre l’alcool ! Philippe lui a donc laissé sa chance, mais le surveille étroitement, pour être certain que cette nouvelle recrue ne leur réserve pas de fâcheuse surprise.
Ilse TonneventJennifer Morrison
Il est attirant, cet homme taciturne – Ilse l’a observé avec intérêt lorsqu’il a rejoint le bord du navire après le départ d’Ismaïl. Plein d’une assurance discrète et de retenue, il n’en est pas moins parfaitement cynique, et l’impétueuse canonnière aime sa manière de grommeler dans sa barbe ou de râler à pleine voix lorsqu’il est contrarié. C’est si amusant de le provoquer ! Lui ne sait trop quoi penser de cette blonde jeunette qui lui tourne autour entre deux œillades – il faudra sûrement y réfléchir plus sérieusement pendant la prochaine traversée.
Charles l'EspadonToby Stephens
Charles et Sicq se sont connus sur la Bohème, pendant une traversée pleine de péripéties et d’adversité qui a pleinement renseigné chacun d’eux sur la valeur de l’autre. Ils sont restés amis depuis, se revoyaient à Lorgol avec plaisir, et Charles est profondément ravi que son camarade de toujours ait été accepté à bord de l’Audacia. Il sait pouvoir se reposer sur lui aveuglément ; et Sicq se sent profondément honoré de la confiance qu’il lui manifeste en se portant garant pour lui.
Astarté des SablesNoemie Lenoir
Épousailles ? Comment ? Jamais ! C’est en ces termes que Sicq a refusé tout net la main de la jeune Astarté lors de l’un de ses derniers séjours en Erebor. Il a bien batifolé quelques semaines dans le lit de la demoiselle, mais n’a jamais cherché d’engagement durable. Sa famille peine à comprendre qu’il ne souhaite aucunement prendre femme, et la jeune joaillière est profondément blessée de ce rejet fort vexant. Elle a juré vengeance pour laver l’affront, et guette l’opportunité de l’exécuter. Sicq ne se doute pas des sombres plans d’Astarté, et a presque oublié l’affaire. L’adage dit pourtant qu’il faut fort se méfier d’une femme bafouée…



Code:
<center><div class="PV_background">
<table><tr><td width="50%"><div class="PV_infos1">
<div class="PV_petitext">PV proposé par (Aura·)</div>
<div class="PV_prenom">Sicq</div><div class="PV_nom">Qoraïch</div>
<div class="PV_star">ft. Norman Reedus
</div>
<div class="PV_petitext">« Le Nord ? C'est... relatif. »</div>
<div class="PV_caractere">taciturne - cynique - loyal - nomade - soigneux - cupide - observateur - râleur</div>
</div></td><td width="50%"><img src="http://65.media.tumblr.com/8ad4b5811b3a5f8abbefd3b3e89918e9/tumblr_nwlcyy25p91saikalo3_250.png" class="PV_libre"/><br />
<div class="PV_petitext">© fassylover</div></td></tr></table><div class="PV_petitext"><blockquote>Tout petit, Sicq s’est enivré avec le fort alcool de dattes dont sa tribu fait commerce. Il a passé une semaine entre la vie et la mort ; et depuis, garde une profonde aversion pour toute forme de liquide alcoolisé.</blockquote></div>
<div class="PV_sep"></div>
<div class="PV_infos"><table><tr><td><img src="http://image.noelshack.com/fichiers/2012/19/1336476484-24.png" class="PV_iconleft" />
<div class="PV_petitext">© Sugar slaughter</div></td><td>[b]Âge :[/b] 45 ans
[b]Date et lieu de naissance :[/b] 14 mars 956, à l’oasis de Furïh (Erebor)
[b]Statut/profession :[/b] Cartographe et navigateur de l’Audacia, pirate
[b]Allégeance :[/b] Philippe Jedidiah, capitaine de l’Audacia ; Anthim, duc d’Erebor
</td></tr></table></div>
<center><div class="PV_sep"></div></center>
<div class="PV_histoire">Sicq est né en Erebor, à l’oasis de Furïh, joyau du désert. Son clan se distingue par l’excellence de l’alcool de dattes qu’il produit, et le petit Sicq en a fait les frais, très jeune. Il a grandi au son de la musique gitane, troisième fils du chef de clan, cadet d’un frère et d’une sœur tendrement aimés, et aîné de six autres frères et sœurs qu’il a abondamment couvés jusqu’à l’âge de quinze ans. C’est qu’on apprenait la curiosité avant tout aux enfants de la tribu : savoir ce qui se passait en dehors des frontières du duché.

C’est ainsi que Sicq suivit les traces d’une caravane gitane à l’orée de ses quinze ans, voyageant pendant cinq ans en dehors d’Erebor, visitant peu les contrées du sud du continent, mais abondamment le nord, prenant l’habitude de tracer les cartes de ses déplacements pour avoir des supports avec lesquels raconter ses errances une fois de retour au bercail. A l’âge de vingt ans, il découvrit Lorgol – et rencontra au port sa première vivenef, l’Audacia. Subjugué, trouvant les dames des flots absolument merveilleuses, il chercha à s’engager sur l’une d’elles et intégra l’équipage du Menuet, galion commercial ansemarien dont la figure de proue, Escarpine, aimait à dévorer les flots déchaînés. Au bout de six mois de traversée, un bâtiment pirate monta à l’abordage – et Sicq changea de bord. Il embrassa alors pleinement le Pavillon Noir, séduit par la liberté fondamentale des gens des flots, changeant de bord tous les quatre ou cinq ans pour ne pas se lasser, retournant passer en Erebor les trois mois d’hivernage auprès de sa tribu dont son frère aîné Sitd, époux de Saraj Kamar et beau-frère de la sultane Sitara, a pris la tête.

En juillet 1001, il apprit que l’on recherchait un cartographe sur un navire à quai à Lorgol – un peu lassé de la Bohème, il s’y rendit, et découvrit que le navire en question n’était autre que l’Audacia, cette superbe vivenef dont il s’était épris au premier regard. Il sauta sur l’occasion, parvint à être recruté, et prit place à bord avec grande satisfaction. Il se sent jaugé : les mésaventures causées par son prédécesseur semblent avoir marqué le bord, et il se fait un devoir d’être aussi exemplaire que possible pour montrer sa valeur. Un jour, peut-être, il tentera de monter à bord de l’Egide si un équipage lui est constitué ; mais pour le moment, Rhéa suffit à occuper son cœur, et il est heureux à bord.

♦ [b]Pendant le livre I :[/b] [i] Sans nul doute, Sicq s’est bien intégré à l’équipage. Sa tête est mise à prix en Bellifère comme le reste des pirates de l’Audacia, mais cela lui importe peu, il n’a pas l’intention de quitter le bord de sitôt.[/i]</div>


<center><div class="PV_sep"></div></center>
<table><tr><td  valign="top"><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/630076ioangruffuddharbek.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Philippe Jedidiah</b> • <i>Ioan Gruffudd</i></div><div class="PV_lien">Un cartographe ? Jamais plus ! Du moins, c’est ce que Philippe avait en tête après les déboires encourus à cause du précédent. Mais voilà, le petit Sicq – qui a quelques années de plus que lui – semble avoir la tête sur les épaules. De plus, il abhorre l’alcool ! Philippe lui a donc laissé sa chance, mais le surveille étroitement, pour être certain que cette nouvelle recrue ne leur réserve pas de fâcheuse surprise.</div></td></tr><tr><td><img src="http://illiweb.com/fa/pbucket.gif" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Ilse Tonnevent</b> • <i>Jennifer Morrison</i></div><div class="PV_lien">Il est attirant, cet homme taciturne – Ilse l’a observé avec intérêt lorsqu’il a rejoint le bord du navire après le départ d’Ismaïl. Plein d’une assurance discrète et de retenue, il n’en est pas moins parfaitement cynique, et l’impétueuse canonnière aime sa manière de grommeler dans sa barbe ou de râler à pleine voix lorsqu’il est contrarié. C’est si amusant de le provoquer ! Lui ne sait trop quoi penser de cette blonde jeunette qui lui tourne autour entre deux œillades – il faudra sûrement y réfléchir plus sérieusement pendant la prochaine traversée.
</div></td></tr><tr><td><img src="http://img15.hostingpics.net/pics/757619TobysIc4.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Charles l'Espadon</b> • <i>Toby Stephens</i></div><div class="PV_lien">Charles et Sicq se sont connus sur la Bohème, pendant une traversée pleine de péripéties et d’adversité qui a pleinement renseigné chacun d’eux sur la valeur de l’autre. Ils sont restés amis depuis, se revoyaient à Lorgol avec plaisir, et Charles est profondément ravi que son camarade de toujours ait été accepté à bord de l’Audacia. Il sait pouvoir se reposer sur lui aveuglément ; et Sicq se sent profondément honoré de la confiance qu’il lui manifeste en se portant garant pour lui.</div></td></tr><tr><td><img src="http://i68.tinypic.com/oj42mw.jpg" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Astarté des Sables</b> • <i>Noemie Lenoir</i></div><div class="PV_lien">Épousailles ? Comment ? Jamais ! C’est en ces termes que Sicq a refusé tout net la main de la jeune Astarté lors de l’un de ses derniers séjours en Erebor. Il a bien batifolé quelques semaines dans le lit de la demoiselle, mais n’a jamais cherché d’engagement durable. Sa famille peine à comprendre qu’il ne souhaite aucunement prendre femme, et la jeune joaillière est profondément blessée de ce rejet fort vexant. Elle a juré vengeance pour laver l’affront, et guette l’opportunité de l’exécuter. Sicq ne se doute pas des sombres plans d’Astarté, et a presque oublié l’affaire. L’adage dit pourtant qu’il faut fort se méfier d’une femme bafouée… </div></td></tr></table>
</div></center>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Test de rang
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 20/11/2016

Feuille de personnage
je réside:
J'ai fait allégeance à:
Test de rang
Message Sujet: Re: ♜ Lorgol - Les Mille Tours   Jeu 24 Nov - 15:49



PV proposé par (Aura·)

Vira
Sabir

ft. Jessica Chastain

« Je décide. Obéis. »

grossière - loyale - inculte - courageuse - indépendante - susceptible - sanguinaire - tolérante



© fassylover
Vira est une parfaite sauvage des mers. Née dans l’Archipel, elle navigue depuis toute jeune et a grandi dans la culture rude et sauvage des îles du Sud. En conséquence de quoi, elle est totalement illettrée - et s’en contrefiche éperdument. Nul besoin de savoir déchiffrer pour planter un objet pointu dans les tripes d’un ennemi !



© kristamaedits
Âge : 35 ans
Date et lieu de naissance : 19 octobre 966, dans l’Archipel
Statut/profession : Pirate sur l’Audacia
Allégeance : Philippe Jedidiah, capitaine de l’Audacia


Il y a au sud d’Arven un chapelet d’îles sauvages, peuplées d’habitants rustres et barbares qui survivent aux dures conditions de vie et hébergent parmi eux les équipages pirates qui ravagent le continent. C’est un endroit peu accueillant, et la petite Vira, enfant surnuméraire dans une famille relativement indifférente, a grimpé à bord d’un navire dès qu’elle l’a pu. C’est donc à l’âge de huit ans qu’elle est devenue mousse à bord de l’Orichalque, veillée de loin par les femmes du bord, déjà très indépendante. D’année en année, la petite Vira est passée de bord en bord, jusqu’à l’âge de quinze ans où elle mit pied à bord de l’Audacia. Cela fait vingt ans à présent, et elle n’envisage pas d’en partir.

Toujours sauvage, barbare en pensée comme en acte, peu civilisée et impitoyable, elle compte pourtant parmi les favorites de Rhéa à laquelle elle est fanatiquement dévouée, répandant régulièrement quelques gouttes de son sang sur les planches du bord. Elle manque de manières, la jolie Vira, elle est aussi farouche qu’une Belliférienne et aussi hautaine qu’une Outreventoise, jure comme un charretier dans le sabir exotique des îles du Sud, mais c’est une pirate dévouée, capable d’entrer dans une frénésie de combat que seul un torrent de sang peut étancher.

Au fil des années, elle a pris tout naturellement une place un peu spéciale à bord sur le pont des femmes, agissant comme agent de l’ordre dès qu’une dispute ou un conflit éclate entre deux camarades. Sa seule présence silencieuse, l’œil noir et le sourcil froncé, suffit à calmer les belligérantes, et nulle ne se risque à provoquer Vira – certaines ont essayé, et ont perdu un doigt. L’Audacia est devenu sa maison, son foyer, son cocon : si elle en était sortie, elle dépérirait. Lors des escales, elle descend très rarement à terre, et reste systématiquement en vue du navire. A Lorgol, elle est devenue célèbre : la barbaresque des îles à la chevelure de flamme se bat comme un homme, boit comme un homme, parle comme un homme, et nombreux sont les piliers de taverne à lui vouer un profond respect.

Très appréciée à bord, elle s’est adoucie au contact des pirates, mais reste résolument hermétique à toute tentative de lui enseigner les convenances et les bonnes manières. Rhéa l’aime comme ça, et ça lui suffit amplement.

Pendant le livre I : Les troubles en Arven lui importent peu. Avoir sa tête mise à prix par la marine de Bellifère la fait bien plus rire qu’autre chose.




Merle ConsentJoseph Fiennes
Il est bien rare que le charmant Merle connaisse un refus lorsqu’il entretient quelques conversations avec les dames qu’il cible. Si elles semblent réticentes, il insiste, si elles sont hésitantes, il convainc. Vira, elle, ne lui a même pas laissé le temps d’en placer une lorsqu’il a commencé son petit jeu que le  sabre de la pirate a trouvé le chemin de ses parties génitales, manquant expressément de les lui abîmer. La menace exprimée dans un vocabulaire peu châtié l’a incité à déguerpir la queue entre les jambes, mais la rancune demeure vivace face à une telle honte. Il saura s’en souvenir. Et si elle ne garde pas en mémoire cet homme qui lui paraît insignifiant, elle ne supporte pas ses attitudes de charmeur. Ils lui tapent sur le système !
Anselme l'HeurAiden Gillen
Elle lui a tapé dans l’oeil, la flamboyante pirate venue des îles sauvages. Curieux, il a tenté d’aller à sa rencontre pour en apprendre plus sur la vie dans l’Archipel, et s’est rapidement trouvé fasciné devant l’exotisme de sa culture, de ses habitudes, et l’accent chantant de son parler. Vira, d’abord méfiante, a fini par lui raconter au fil des rencontres à peu près tout ce qu’elle se souvient des îles où elle est née, et de fil en aiguille leurs rendez-vous ont pris une tournure plus charnelle. Vira ne se départit jamais de sa sauvagerie, même entre les draps d’un lit, et cette caractéristique enchante Anselme tout autant qu’elle le fascine.
Charles l'EspadonToby Stephens
Accepter les femmes à bord, bon, pourquoi pas - le superstitieux Belliférien a fini par concevoir que, peut-être, la légende voulant que Messaïon frappe les navires portant des femmes était juste un racontar de bonne femme. Par contre, il reste un peu méfiant de la sauvage Vira aux imprévisibles sautes d’humeur : elle est certes totalement dévouée au navire, mais c’est une sauvage des îles du Sud, quand même ! La rouquine perçoit bien la prudente distance que le second met avec elle, mais elle s’en fiche complètement : elle s’entend à merveille avec les deux secondes du pont des femmes, Freyja et Ilse, et se sent totalement à sa place à bord.
Siméane AdelpheIndira Varma
Cette femme, c’est l’ennemi, Vira en est convaincue. Elle a vu d’un très mauvais oeil le départ d’Ismaïl, l'ancien cartographe de l'Audacia, qu’elle interprète comme une trahison, et elle est bien persuadée que la coupable, c’est cette sorcière brune aux yeux sombres, qui l’a forcément ensorcelé. Que la rebouteuse tente de mettre un seul pied à bord, et elle goûtera le fil de ses armes, c’est décidé ! Hors de question de laisser un rat des terres voler ainsi les glorieux chevaucheurs des flots, surtout quand ils peuplent l’Audacia.



Code:
<center><div class="PV_background">
<table><tr><td width="50%"><div class="PV_infos1">
<div class="PV_petitext">PV proposé par (Aura·)</div>
<div class="PV_prenom">Vira</div><div class="PV_nom">Sabir</div>
<div class="PV_star">ft. Jessica Chastain
</div>
<div class="PV_petitext">« Je décide. Obéis. »</div>
<div class="PV_caractere">grossière - loyale - inculte - courageuse - indépendante - susceptible - sanguinaire - tolérante</div>
</div></td><td width="50%"><img src="http://67.media.tumblr.com/9564967d35bcb2f157334e2fc8f74dc1/tumblr_o5dwd8bcC01tyhl08o5_250.png" class="PV_libre"/><br />
<div class="PV_petitext">© fassylover</div></td></tr></table><div class="PV_petitext"><blockquote>Vira est une parfaite sauvage des mers. Née dans l’Archipel, elle navigue depuis toute jeune et a grandi dans la culture rude et sauvage des îles du Sud. En conséquence de quoi, elle est totalement illettrée - et s’en contrefiche éperdument. Nul besoin de savoir déchiffrer pour planter un objet pointu dans les tripes d’un ennemi !</blockquote></div>
<div class="PV_sep"></div>
<div class="PV_infos"><table><tr><td><img src="http://67.media.tumblr.com/d906492019d52f70da85caf1d186c3cf/tumblr_inline_oaikj1vGsl1u36meq_100.png" class="PV_iconleft" />
<div class="PV_petitext">© kristamaedits</div></td><td>[b]Âge :[/b] 35 ans
[b]Date et lieu de naissance :[/b] 19 octobre 966, dans l’Archipel
[b]Statut/profession :[/b] Pirate sur l’Audacia
[b]Allégeance :[/b] Philippe Jedidiah, capitaine de l’Audacia
</td></tr></table></div>
<center><div class="PV_sep"></div></center>
<div class="PV_histoire">Il y a au sud d’Arven un chapelet d’îles sauvages, peuplées d’habitants rustres et barbares qui survivent aux dures conditions de vie et hébergent parmi eux les équipages pirates qui ravagent le continent. C’est un endroit peu accueillant, et la petite Vira, enfant surnuméraire dans une famille relativement indifférente, a grimpé à bord d’un navire dès qu’elle l’a pu. C’est donc à l’âge de huit ans qu’elle est devenue mousse à bord de l’Orichalque, veillée de loin par les femmes du bord, déjà très indépendante. D’année en année, la petite Vira est passée de bord en bord, jusqu’à l’âge de quinze ans où elle mit pied à bord de l’Audacia. Cela fait vingt ans à présent, et elle n’envisage pas d’en partir.

Toujours sauvage, barbare en pensée comme en acte, peu civilisée et impitoyable, elle compte pourtant parmi les favorites de Rhéa à laquelle elle est fanatiquement dévouée, répandant régulièrement quelques gouttes de son sang sur les planches du bord. Elle manque de manières, la jolie Vira, elle est aussi farouche qu’une Belliférienne et aussi hautaine qu’une Outreventoise, jure comme un charretier dans le sabir exotique des îles du Sud, mais c’est une pirate dévouée, capable d’entrer dans une frénésie de combat que seul un torrent de sang peut étancher.

Au fil des années, elle a pris tout naturellement une place un peu spéciale à bord sur le pont des femmes, agissant comme agent de l’ordre dès qu’une dispute ou un conflit éclate entre deux camarades. Sa seule présence silencieuse, l’œil noir et le sourcil froncé, suffit à calmer les belligérantes, et nulle ne se risque à provoquer Vira – certaines ont essayé, et ont perdu un doigt. L’Audacia est devenu sa maison, son foyer, son cocon : si elle en était sortie, elle dépérirait. Lors des escales, elle descend très rarement à terre, et reste systématiquement en vue du navire. A Lorgol, elle est devenue célèbre : la barbaresque des îles à la chevelure de flamme se bat comme un homme, boit comme un homme, parle comme un homme, et nombreux sont les piliers de taverne à lui vouer un profond respect.

Très appréciée à bord, elle s’est adoucie au contact des pirates, mais reste résolument hermétique à toute tentative de lui enseigner les convenances et les bonnes manières. Rhéa l’aime comme ça, et ça lui suffit amplement.

♦ [b]Pendant le livre I :[/b] [i] Les troubles en Arven lui importent peu. Avoir sa tête mise à prix par la marine de Bellifère la fait bien plus rire qu’autre chose. [/i]</div>


<center><div class="PV_sep"></div></center>
<table><tr><td  valign="top"><img src="http://67.media.tumblr.com/d808718106da1abad8e0f9e865e90267/tumblr_inline_no3my29JDo1rzdk26_540.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Merle Consent</b> • <i>Joseph Fiennes</i></div><div class="PV_lien">Il est bien rare que le charmant Merle connaisse un refus lorsqu’il entretient quelques conversations avec les dames qu’il cible. Si elles semblent réticentes, il insiste, si elles sont hésitantes, il convainc. Vira, elle, ne lui a même pas laissé le temps d’en placer une lorsqu’il a commencé son petit jeu que le  sabre de la pirate a trouvé le chemin de ses parties génitales, manquant expressément de les lui abîmer. La menace exprimée dans un vocabulaire peu châtié l’a incité à déguerpir la queue entre les jambes, mais la rancune demeure vivace face à une telle honte. Il saura s’en souvenir. Et si elle ne garde pas en mémoire cet homme qui lui paraît insignifiant, elle ne supporte pas ses attitudes de charmeur. Ils lui tapent sur le système !</div></td></tr><tr><td><img src="http://67.media.tumblr.com/2cf000ebf1ca79ff4926208c7812bd60/tumblr_inline_nb5q6fM6971sk47ji.jpg" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Anselme l'Heur</b> • <i>Aiden Gillen</i></div><div class="PV_lien">Elle lui a tapé dans l’oeil, la flamboyante pirate venue des îles sauvages. Curieux, il a tenté d’aller à sa rencontre pour en apprendre plus sur la vie dans l’Archipel, et s’est rapidement trouvé fasciné devant l’exotisme de sa culture, de ses habitudes, et l’accent chantant de son parler. Vira, d’abord méfiante, a fini par lui raconter au fil des rencontres à peu près tout ce qu’elle se souvient des îles où elle est née, et de fil en aiguille leurs rendez-vous ont pris une tournure plus charnelle. Vira ne se départit jamais de sa sauvagerie, même entre les draps d’un lit, et cette caractéristique enchante Anselme tout autant qu’elle le fascine.
</div></td></tr><tr><td><img src="http://img15.hostingpics.net/pics/757619TobysIc4.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Charles l'Espadon</b> • <i>Toby Stephens</i></div><div class="PV_lien">Accepter les femmes à bord, bon, pourquoi pas - le superstitieux Belliférien a fini par concevoir que, peut-être, la légende voulant que Messaïon frappe les navires portant des femmes était juste un racontar de bonne femme. Par contre, il reste un peu méfiant de la sauvage Vira aux imprévisibles sautes d’humeur : elle est certes totalement dévouée au navire, mais c’est une sauvage des îles du Sud, quand même ! La rouquine perçoit bien la prudente distance que le second met avec elle, mais elle s’en fiche complètement : elle s’entend à merveille avec les deux secondes du pont des femmes, Freyja et Ilse, et se sent totalement à sa place à bord.</div></td></tr><tr><td><img src="http://illiweb.com/fa/pbucket.gif" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Siméane Adelphe</b> • <i>Indira Varma</i></div><div class="PV_lien">Cette femme, c’est l’ennemi, Vira en est convaincue. Elle a vu d’un très mauvais oeil le départ d’Ismaïl, l'ancien cartographe de l'Audacia, qu’elle interprète comme une trahison, et elle est bien persuadée que la coupable, c’est cette sorcière brune aux yeux sombres, qui l’a forcément ensorcelé. Que la rebouteuse tente de mettre un seul pied à bord, et elle goûtera le fil de ses armes, c’est décidé ! Hors de question de laisser un rat des terres voler ainsi les glorieux chevaucheurs des flots, surtout quand ils peuplent l’Audacia.</div></td></tr></table>
</div></center>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Test de rang
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 20/11/2016

Feuille de personnage
je réside:
J'ai fait allégeance à:
Test de rang
Message Sujet: Re: ♜ Lorgol - Les Mille Tours   Jeu 24 Nov - 15:55



PV proposé par (Aura·)

Ljöta
d'Evalkyr

ft. Katheryn Winnick

« Je vais le noyer dans la douleur des autres, ce malheur affreux qui me ravage le cœur. »

méticuleuse - rancunière - pessimiste - poète - hardie - obstinée - hautaine - généreuse



© gritsou
Rares sont ceux qui connaissent la véritable identité de Ljöta et pour cause ! Redoutable Écoutante de la Confrérie Noire, la jeune femme est particulièrement exposée. Il ne s'agirait pas que ses activités portent l'opprobre sur les siens ou pire : les mettent en danger.



© missjarlaxle
Âge : 28 ans
Date et lieu de naissance : 1er décembre 972, à Svaljärd
Statut/profession : Écoutante de la Confrérie Noire (Aspect de la Lame)
Allégeance : La Confrérie Noire ; Augustus, empereur d’Ibélène


Fondé sur les territoires de glace de l’est d’Arven, le duché de Valkyrion a longtemps cherché à assurer sa survie dans ce territoire hostile et froid. Au fil des siècles, grâce à l’ingéniosité de ses habitants, le territoire est devenu un duché prospère qui s’est proclamé protecteur de toutes les sciences et de tous ceux qui y vouent leur existence. La famille ducale elle-même n’a pas épargné ses efforts pour améliorer la vie de ses sujets, accueillant des savants de tout le continent et les ducs successifs assimilant une quantité incroyable de connaissances qui leur vaut d’être aujourd’hui réputés pour leur ouverture d’esprit.

Ljöta ne fait pas exception à la règle. Élevée dans l’ombre de ses deux frères, Hjalden et Hjalmar, ses aînés de huit et six ans, elle a eu une enfance surprotégée, couvant à son tour sa petite sœur Ljära, plus jeune qu’elle de deux années. Fascinée par le domaine de la médecine, elle se plongeait dès toute petite dans les lourds ouvrages d’anatomie de la bibliothèque de Svaljärd, avant d’espionner dès l’adolescence les chirurgiens et les légistes du palais. Elle s’apprêtait à solliciter la permission de partir étudier à l’Académie de Lorgol où se trouvait déjà Ljära, entrée chez les mages à onze ans, lorsque la terrible nouvelle de son trépas accidentel parvint jusqu’au palais ducal. Ljöta en conçut un dégoût profond de la magie, et l’Académie, siège de ses rêves d’enfant, lui fit soudain horreur. Elle avait quatorze ans, et sa vie venait de prendre un tournant inattendu.

C’est au sanctuaire désolé de la Confrérie Noire qu’elle se présenta, ange de lumière habité d’une rage d’enfant, noirceur féroce couvant au fond de son cœur. Si elle ne pouvait être savante, alors, elle serait bourreau... A l’heure où le crépuscule allume ses lueurs d’incendie à l’horizon, elle prononça serment à la Sombre Mère, lui vouant son innocence et son bras. La déesse sans visage accepta, et l’Écoutant venu chercher Ljöta lui enseigna personnellement la voie de la Lame. Son apprentissage dura trois ans. Elle devint son Adepte à ses vingt-deux ans, l’assistant dans le recrutement des nouveaux candidats. Elle avait vingt-sept ans lorsqu’il perdit la vie, ainsi que son autre Adepte, victimes du même assassin que l’Oracle. Mortellement frappé, le tout-puissant guide de la Confrérie eut le temps de l’instituer Écoutante – avant d’expirer, victime de la traîtrise. Ljöta participa à la vengeance de la Confrérie contre Faërie, et fut personnellement chargée d’abattre la sœur du duc d’Outrevent, Lisbeth, ainsi que son fils de quatre ans. Elle abattit effectivement la princesse, dissimulant la lame fatale dans les affaires du veuf pour le faire accuser, mais laissa vivre l’enfant, en paix avec ce choix – en mémoire de Ljära.

Aujourd’hui, plusieurs mois après le trépas de leur dirigeant, elle organise la vie de la Confrérie à Lorgol, veillant sur la Tour pendant la nuit, attendant que la Sombre Mère se dévoile enfin à l’un des Écoutants pour l’instituer Oracle – et que les affaires reprennent…

Pendant le livre I : Championne de Valkyrion durant le second tableau de l’édition spéciale du Tournoi des Trois Opales, en remplacement de Hiémain de Sylvamir, blessée, elle s’est illustrée en remportant l’Opale de Feu. Ce qui s’est passé à cette occasion n’a fait qu’exacerber son mépris des Faës, et c’est tout naturellement qu’elle s’est tournée vers l’Ordre du Jugement.




Svanja Feu-des-GlacesRose Leslie
Ljöta est simplement « Lia », aux yeux de Svanja comme à ceux du reste de Lorgol. La Voleuse se doute bien que son amie cache un secret, elle a reconnu une autre native de Valkyrion dans le clair de ses yeux, mais l'Écoutante cache bien son jeu et la rouquine n'a jamais soupçonné la dauphine de son duché derrière la blondeur de Ljöta. Entre les deux Kyréennes, l'amitié est simple et légère, pleine de non-dits et de secrets, mais chaleureuse et sincère. Elles se retrouvent souvent à Lorgol pour un bon repas à la Taverne de la Rose, ou une balade sur les toits des Mille Tours.
Yvain l'ÉpistolSean Maguire
De retour de mission, il arrive à Ljöta d’avoir envie d’un peu de compagnie. C’est ainsi qu’elle a rencontré Yvain. Venue chercher l’évasion au sein de la Caravane, c’est dans sa roulotte qu’elle a passé la nuit. Elle apprécie le calme et la discrétion de cet homme atypique avec qui il lui arrive parfois de discuter littérature en marge de leurs ébats. Bien qu’intrigué par la jeune femme et le sombre tatouage qu’elle porte, il ne s’est jamais permis de lui poser la moindre discrétion, appréciant simplement ses venues… et les généreux pourboires qu’elle lui laisse.
Solal AluddinNaveen Andrews
Ljöta est la plus jeune nommée parmi les Écoutants de la Confrérie – Solal la précède de quelques années, et il a tout fait pour lui faciliter la transition. Exigeant mais chaleureux avec cette fille des glaces, il l’a aidée à prendre son poste et admire la compétence avec laquelle elle gère sa charge. Il déplore simplement son cœur trop tendre pour un assassin : là où lui n’aurait pas hésité à le massacrer, elle a épargné la vie d’Aymeric, prince héritier d’Outrevent, n’abattant que sa mère. Ljöta est reconnaissante à Solal de son soutien, et apprécie les missions qu’ils accomplissent de concert lorsque la Sombre Mère l’exige.
Ambroise de la LandeSam Heughan
Ljöta n’a jamais mis les pieds à l’Académie : depuis le décès de Ljära, c’est un endroit qui lui est interdit par ses frères, et elle ne tient pas à y entrer, méfiante envers les mages et leurs traîtrises. Elle connaît Ambroise, pourtant – lui la connaît sous le nom de Lia, la fille des rues humble et travailleuse, dont il partage parfois le petit-déjeuner à la Taverne de la Rose. Il l’apprivoise progressivement, le fragile oiseau des glaces, et elle commence à changer d’avis sur la malfaisance des mages, petit à petit. Elle ne sait rien du rôle qu’il a joué dans le meurtre de l’Oracle, et lui ignore qu’elle est de la Confrérie – heureusement, car sinon ils se feraient sûrement ennemis.
Aubrée MartelDakota Fanning
Jamais encore Ljöta n’avait formé d’aspirant. Arrivée jeune au sein de la Confrérie, c’est en se vouant à Lida, la Sombre Mère, qu’elle a été entendue et recrutée ; pour Aubrée, c’est bien plus complexe. Pas de vocation d’assassin, pas de meurtre commis encore : juste le besoin terrible de protection d’une jeune femme soumise à la volonté des hommes de sa famille et en quête d’un refuge, et d’une place dans le monde. C’est par Mélisende de Séverac que celle que tous connaissent comme Lia, Écoutante de la Lame, a eu connaissance de la détresse de la petite Belliférienne. C’est en toute bonne foi qu’elle s’est proposée comme instructrice : la petite semblait plus attirée par la Lame que par les autres aspects, et il est temps que l’Écoutante transmette à son tour ce qu’on lui a appris. Aubrée ne se doute absolument pas qu’elle est passée sous la tutelle de la princesse de Valkyrion, et cela convient très bien à Ljöta, qui forge ainsi avec elle un lien bien plus sincère.



Code:
<center><div class="PV_background">
<table><tr><td width="50%"><div class="PV_infos1">
<div class="PV_petitext">PV proposé par (Aura·)</div>
<div class="PV_prenom">Ljöta</div><div class="PV_nom">d'Evalkyr</div>
<div class="PV_star">ft. Katheryn Winnick
</div>
<div class="PV_petitext">« Je vais le noyer dans la douleur des autres, ce malheur affreux qui me ravage le cœur. »</div>
<div class="PV_caractere">méticuleuse - rancunière - pessimiste - poète - hardie - obstinée - hautaine - généreuse</div>
</div></td><td width="50%"><img src="http://i67.tinypic.com/96f1wl.jpg" class="PV_pris"/><br />
<div class="PV_petitext">© gritsou</div></td></tr></table><div class="PV_petitext"><blockquote>Rares sont ceux qui connaissent la véritable identité de Ljöta et pour cause ! Redoutable Écoutante de la Confrérie Noire, la jeune femme est particulièrement exposée. Il ne s'agirait pas que ses activités portent l'opprobre sur les siens ou pire : les mettent en danger.</blockquote></div>
<div class="PV_sep"></div>
<div class="PV_infos"><table><tr><td><img src="http://i66.tinypic.com/262p6a8.png" class="PV_iconleft" />
<div class="PV_petitext">© missjarlaxle</div></td><td>[b]Âge :[/b] 28 ans
[b]Date et lieu de naissance :[/b] 1er décembre 972, à Svaljärd
[b]Statut/profession :[/b] Écoutante de la Confrérie Noire (Aspect de la Lame)
[b]Allégeance :[/b] La Confrérie Noire ; Augustus, empereur d’Ibélène
</td></tr></table></div>
<center><div class="PV_sep"></div></center>
<div class="PV_histoire">Fondé sur les territoires de glace de l’est d’Arven, le duché de Valkyrion a longtemps cherché à assurer sa survie dans ce territoire hostile et froid. Au fil des siècles, grâce à l’ingéniosité de ses habitants, le territoire est devenu un duché prospère qui s’est proclamé protecteur de toutes les sciences et de tous ceux qui y vouent leur existence. La famille ducale elle-même n’a pas épargné ses efforts pour améliorer la vie de ses sujets, accueillant des savants de tout le continent et les ducs successifs assimilant une quantité incroyable de connaissances qui leur vaut d’être aujourd’hui réputés pour leur ouverture d’esprit.

Ljöta ne fait pas exception à la règle. Élevée dans l’ombre de ses deux frères, Hjalden et Hjalmar, ses aînés de huit et six ans, elle a eu une enfance surprotégée, couvant à son tour sa petite sœur Ljära, plus jeune qu’elle de deux années. Fascinée par le domaine de la médecine, elle se plongeait dès toute petite dans les lourds ouvrages d’anatomie de la bibliothèque de Svaljärd, avant d’espionner dès l’adolescence les chirurgiens et les légistes du palais. Elle s’apprêtait à solliciter la permission de partir étudier à l’Académie de Lorgol où se trouvait déjà Ljära, entrée chez les mages à onze ans, lorsque la terrible nouvelle de son trépas accidentel parvint jusqu’au palais ducal. Ljöta en conçut un dégoût profond de la magie, et l’Académie, siège de ses rêves d’enfant, lui fit soudain horreur. Elle avait quatorze ans, et sa vie venait de prendre un tournant inattendu.

C’est au sanctuaire désolé de la Confrérie Noire qu’elle se présenta, ange de lumière habité d’une rage d’enfant, noirceur féroce couvant au fond de son cœur. Si elle ne pouvait être savante, alors, elle serait bourreau... A l’heure où le crépuscule allume ses lueurs d’incendie à l’horizon, elle prononça serment à la Sombre Mère, lui vouant son innocence et son bras. La déesse sans visage accepta, et l’Écoutant venu chercher Ljöta lui enseigna personnellement la voie de la Lame. Son apprentissage dura trois ans. Elle devint son Adepte à ses vingt-deux ans, l’assistant dans le recrutement des nouveaux candidats. Elle avait vingt-sept ans lorsqu’il perdit la vie, ainsi que son autre Adepte, victimes du même assassin que l’Oracle. Mortellement frappé, le tout-puissant guide de la Confrérie eut le temps de l’instituer Écoutante – avant d’expirer, victime de la traîtrise. Ljöta participa à la vengeance de la Confrérie contre Faërie, et fut personnellement chargée d’abattre la sœur du duc d’Outrevent, Lisbeth, ainsi que son fils de quatre ans. Elle abattit effectivement la princesse, dissimulant la lame fatale dans les affaires du veuf pour le faire accuser, mais laissa vivre l’enfant, en paix avec ce choix – en mémoire de Ljära.

Aujourd’hui, plusieurs mois après le trépas de leur dirigeant, elle organise la vie de la Confrérie à Lorgol, veillant sur la Tour pendant la nuit, attendant que la Sombre Mère se dévoile enfin à l’un des Écoutants pour l’instituer Oracle – et que les affaires reprennent…

♦ [b]Pendant le livre I :[/b] [i] Championne de Valkyrion durant le second tableau de l’édition spéciale du Tournoi des Trois Opales, en remplacement de Hiémain de Sylvamir, blessée, elle s’est illustrée en remportant l’Opale de Feu. Ce qui s’est passé à cette occasion n’a fait qu’exacerber son mépris des Faës, et c’est tout naturellement qu’elle s’est tournée vers l’Ordre du Jugement.[/i]</div>


<center><div class="PV_sep"></div></center>
<table><tr><td  valign="top"><img src="http://illiweb.com/fa/pbucket.gif" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Svanja Feu-des-Glaces</b> • <i>Rose Leslie</i></div><div class="PV_lien">Ljöta est simplement « Lia », aux yeux de Svanja comme à ceux du reste de Lorgol. La Voleuse se doute bien que son amie cache un secret, elle a reconnu une autre native de Valkyrion dans le clair de ses yeux, mais l'Écoutante cache bien son jeu et la rouquine n'a jamais soupçonné la dauphine de son duché derrière la blondeur de Ljöta. Entre les deux Kyréennes, l'amitié est simple et légère, pleine de non-dits et de secrets, mais chaleureuse et sincère. Elles se retrouvent souvent à Lorgol pour un bon repas à la Taverne de la Rose, ou une balade sur les toits des Mille Tours.
</div></td></tr><tr><td><img src="https://i21.servimg.com/u/f21/17/78/71/92/tumblr10.jpg" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Yvain l'Épistol</b> • <i>Sean Maguire</i></div><div class="PV_lien">De retour de mission, il arrive à Ljöta d’avoir envie d’un peu de compagnie. C’est ainsi qu’elle a rencontré Yvain. Venue chercher l’évasion au sein de la Caravane, c’est dans sa roulotte qu’elle a passé la nuit. Elle apprécie le calme et la discrétion de cet homme atypique avec qui il lui arrive parfois de discuter littérature en marge de leurs ébats. Bien qu’intrigué par la jeune femme et le sombre tatouage qu’elle porte, il ne s’est jamais permis de lui poser la moindre discrétion, appréciant simplement ses venues… et les généreux pourboires qu’elle lui laisse. </div></td></tr><tr><td><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/741618naveenandrews008ithika.gif" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Solal Aluddin</b> • <i>Naveen Andrews</i></div><div class="PV_lien">Ljöta est la plus jeune nommée parmi les Écoutants de la Confrérie – Solal la précède de quelques années, et il a tout fait pour lui faciliter la transition. Exigeant mais chaleureux avec cette fille des glaces, il l’a aidée à prendre son poste et admire la compétence avec laquelle elle gère sa charge. Il déplore simplement son cœur trop tendre pour un assassin : là où lui n’aurait pas hésité à le massacrer, elle a épargné la vie d’Aymeric, prince héritier d’Outrevent, n’abattant que sa mère. Ljöta est reconnaissante à Solal de son soutien, et apprécie les missions qu’ils accomplissent de concert lorsque la Sombre Mère l’exige.</div></td></tr><tr><td><img src="http://33.media.tumblr.com/af5dbaef2dacdd2cc3354ec165c76a35/tumblr_inline_ngefozVlkJ1rnfnxc.jpg" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Ambroise de la Lande</b> • <i>Sam Heughan</i></div><div class="PV_lien">Ljöta n’a jamais mis les pieds à l’Académie : depuis le décès de Ljära, c’est un endroit qui lui est interdit par ses frères, et elle ne tient pas à y entrer, méfiante envers les mages et leurs traîtrises. Elle connaît Ambroise, pourtant – lui la connaît sous le nom de Lia, la fille des rues humble et travailleuse, dont il partage parfois le petit-déjeuner à la Taverne de la Rose. Il l’apprivoise progressivement, le fragile oiseau des glaces, et elle commence à changer d’avis sur la malfaisance des mages, petit à petit. Elle ne sait rien du rôle qu’il a joué dans le meurtre de l’Oracle, et lui ignore qu’elle est de la Confrérie – heureusement, car sinon ils se feraient sûrement ennemis. </div></td></tr><tr><td><img src="http://i56.tinypic.com/2wp3tr5.jpg" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Aubrée Martel</b> • <i>Dakota Fanning</i></div><div class="PV_lien">Jamais encore Ljöta n’avait formé d’aspirant. Arrivée jeune au sein de la Confrérie, c’est en se vouant à Lida, la Sombre Mère, qu’elle a été entendue et recrutée ; pour Aubrée, c’est bien plus complexe. Pas de vocation d’assassin, pas de meurtre commis encore : juste le besoin terrible de protection d’une jeune femme soumise à la volonté des hommes de sa famille et en quête d’un refuge, et d’une place dans le monde. C’est par Mélisende de Séverac que celle que tous connaissent comme Lia, Écoutante de la Lame, a eu connaissance de la détresse de la petite Belliférienne. C’est en toute bonne foi qu’elle s’est proposée comme instructrice : la petite semblait plus attirée par la Lame que par les autres aspects, et il est temps que l’Écoutante transmette à son tour ce qu’on lui a appris. Aubrée ne se doute absolument pas qu’elle est passée sous la tutelle de la princesse de Valkyrion, et cela convient très bien à Ljöta, qui forge ainsi avec elle un lien bien plus sincère.</div></td></tr></table>
</div></center>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Test de rang
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 20/11/2016

Feuille de personnage
je réside:
J'ai fait allégeance à:
Test de rang
Message Sujet: Re: ♜ Lorgol - Les Mille Tours   Jeu 24 Nov - 16:08



PV proposé par (Aura·)

Mélisende
de Séverac

ft. Eva Green

« L'ombre parmi les ombres de la nuit, sous la complice lueur des étoiles. »

discrète - érudite - impitoyable - sauvage - fragile - pessimiste - rancunière - courageuse



© freschamp
Les jumelles de Séverac sont si semblables qu'il est difficile pour qui ne les connaît pas de les distinguer. L'une des rares différences : ce grain de beauté en forme de cœur qui orne la cuisse de Mélisende. Un signe bien plus distinctif qu'il n'y paraît quand on connaît la réputation de Mélusine...



© missjarlaxle
Âge : 32 ans
Date et lieu de naissance : 1er septembre 969, à Séverac (Sombreciel)
Statut/profession : Baronne de Chaamar, Lame de la Confrérie Noire
Allégeance : Castiel, duc de Sombreciel ; La Confrérie Noire


La famille Séverac est une des plus anciennes lignées du continent. L'actuel tenant du titre et souverain du comté, c'est Maximilien, conseiller du trône ducal. Son épouse, Ismalia Kamar, il l'a volée en Erebor et ramenée en Sombreciel pour l'épouser – même si la comtesse prétend de son côté que d'eux deux, c'est elle qui l'a volé pour le faire sien. De leur amour curieusement exclusif pour les mœurs ouvertes de Sombreciel sont nés cinq enfants : l'aîné Melsant, puis les jumelles Mélusine et Mélisende, Meldred le cadet, et enfin Melbren, le benjamin. Famille heureuse dont on faucha le bonheur lorsque le petit Meldred fut perdu en mer à l'âge de deux ans, lors du naufrage du navire qui transportait toute la famille au large de Sombreciel vers la capitale. Il fallut presque quatre années pour qu'un dernier fils ne vienne ramener la joie dans cette famille frappée par le deuil ; et l'arrivée du petit duc Castiel, orphelin et confié à leur tutelle, finit de rendre aux Séverac leur sérénité, même si Meldred ne fut pas oublié.

Les jumelles ont toujours été le reflet l’une de l’autre, depuis le berceau : aussi semblables que deux gouttes d’eau, parfaites copies à quelques menus détails près. C’est dans leur caractère que leur différence s’est cultivée, faisant d’elles une paire absolument complémentaire dans tous ses aspects. Là où Mélusine, celle des deux née la première, se révéla pleine d’exubérance et tempétueuse, vive et impulsive, assurée et capricieuse, Mélisende se montra discrète et sereine, érudite et réfléchie, timide et raisonnable. Mélusine l’ardente, brûlante de cette chaleur solaire qui faisait d’elle une fleur d’Erebor aux racines plongées dans l’or des dunes – et Mélisende la sage, auréolée de ce calme stellaire des étoiles au firmament que Sombreciel se plaît à adorer. Elles s’aiment profondément, les perles jumelles de Séverac, même si leurs choix respectifs les ont éloignées l’une de l’autre.

Mélisende en effet, créature délicate au cœur sensible, cache au fond d’elle le tempérament profondément juste et honnête de son père, cultivant un sens de la justice aigu. Baronne de Chamaar depuis ses dix ans, terre héritée de sa mère, elle porte en elle toute la rigueur impitoyable du roc d’Erebor, et c’est tout naturellement qu’elle choisit de rejoindre les rangs de la Confrérie Noire à ses vingt ans, bras armé de la justice du peuple lorsque celle des puissants détourne le regard. Elle vit à Lorgol à présent, visitant régulièrement la cour d’Ibelin, officiellement ambassadrice du duc Castiel à Lorgol ; officieusement, ombre parmi les ombres de la nuit, sous la complice lueur des étoiles.

Pendant le livre I : Elle veille sur Castiel et les intérêts de Sombreciel encore plus étroitement que prévu, suite aux tensions grandissantes avec Erebor et l’engouement de son duc pour la princesse Alméïde. Elle a assisté à l’édition spéciale du tournoi des Trois Opales et a échappé de peu à l’effondrement des gradins. Elle s’est rendue ensuite en Outrevent avec le protégé de sa sœur qui n’est d’autre que l’enfant qu’elle a abandonné des années plus tôt, et a assisté aux premières loges à la prise de pouvoir de Gustave de la Rive.




Famille de SéveracMaximilien, Melsant, Mélusine et Melbren
Une affection profonde unit les membres de la famille Séverac. Les parents, Ismalia et Maximilien, aiment profondément chacun de leurs enfants, qu'ils soient de sang ou de cœur. L'affection familiale accompagne Melsant sur les ailes de son griffon, Mélusine sur les pavés de la Cour des Miracles, Mélisende dans les ombres de la Confrérie Noire, et Melbren entre l'Académie et Euphoria. Famille unie, famille soudée : c'est là leur plus grande force, et c'est ce qui fait de Séverac un des grands noms du duché. Ils veillent les uns sur les autres : et nul malheur ne pourra les frapper tant que leur belle unité subsistera.
Soltana KamarAishwarya Rai
La fille d’Ismalia Kamar, devenue Ismalia de Séverac, a reçu en douaire la baronnie de Chamaar. Soltana a beaucoup de mal à accepter la souveraineté d’une Cielsombroise dans un domaine niché au milieu des dunes d’or du désert, mais force est de reconnaître que Mélisende fait honneur à son sang erebien. L’assassin a bien conscience de la réticence de ses gens lorsqu’elle visite ses domaines, aussi se fait-elle un devoir de veiller à respecter leurs coutumes, et les usages enseignés par sa mère. Que Soltana le veuille ou non, Mélisende est de Chamaar tout autant qu’elle à présent, depuis des années – et la jeune Séverac aimerait bien apaiser le conflit qui couve entre elles.
Alméïde d’EreborFreida Pinto
La baronne de Chamaar est une femme noble, bien plus qu’Alméïde ne le sera jamais, mais c’est également une Lame de la Confrérie Noire. Alméïde a d’excellentes relations avec les assassins de Lorgol, et c’est régulièrement que Mélisende se présente avec un chariot empli de corps à étudier pour la princesse. Les terres de Mélisende en Erebor font de la demoiselle de Séverac une personne tout à fait fréquentable en dépit de son sang cielsombrois, et la petite princesse apprécie la compagnie de cette femme sereine même dans le meurtre, indépendante et fière. Mélisende, pour sa part, prend plaisir à discuter avec Alméïde dont elle aime la sincérité.
Astra SolemKatie McGrath
Lorsque les jumelles se sont séparées, chacune construisant sa vie, Mélisende s’est trouvée bien seule, sans la chaleur solaire de sa sœur. C’est à Lorgol qu’elle a fait la connaissance d’Astra, étonnant mélange des caractéristiques de Mélusine associées au tempérament de Mélisende. L’astrologue mêle magie et science et fascine Mélisende qui ne se lasse jamais de l’écouter lui conter les légendes des lunes jumelles d’Arven. Astra, quant à elle, apprécie fondamentalement la douceur adamantine de Mélisende qui est devenue au fil du temps sa confidente et son alliée, lui permettant de s’évader un peu de la rudesse de ses fonctions à l’Académie.



Code:
<center><div class="PV_background">
<table><tr><td width="50%"><div class="PV_infos1">
<div class="PV_petitext">PV proposé par (Aura·)</div>
<div class="PV_prenom">Mélisende</div><div class="PV_nom">de Séverac</div>
<div class="PV_star">ft. Eva Green</div>
<div class="PV_petitext">« L'ombre parmi les ombres de la nuit, sous la complice lueur des étoiles. »</div>
<div class="PV_caractere">discrète - érudite - impitoyable - sauvage - fragile - pessimiste - rancunière - courageuse</div>
</div></td><td width="50%"><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/598559011.png" class="PV_pris"/><br />
<div class="PV_petitext">© freschamp</div></td></tr></table><div class="PV_petitext"><blockquote>Les jumelles de Séverac sont si semblables qu'il est difficile pour qui ne les connaît pas de les distinguer. L'une des rares différences : ce grain de beauté en forme de cœur qui orne la cuisse de Mélisende. Un signe bien plus distinctif qu'il n'y paraît quand on connaît la réputation de Mélusine... </blockquote></div>
<div class="PV_sep"></div>
<div class="PV_infos"><table><tr><td><img src="http://img15.hostingpics.net/pics/573324evagreencamelot2399885missjarlaxle.png" class="PV_iconleft" />
<div class="PV_petitext">© missjarlaxle</div></td><td>[b]Âge :[/b] 32 ans
[b]Date et lieu de naissance :[/b] 1er septembre 969, à Séverac (Sombreciel)
[b]Statut/profession :[/b] Baronne de Chaamar, Lame de la Confrérie Noire
[b]Allégeance :[/b] Castiel, duc de Sombreciel ; La Confrérie Noire
</td></tr></table></div>
<center><div class="PV_sep"></div></center>
<div class="PV_histoire">La famille Séverac est une des plus anciennes lignées du continent. L'actuel tenant du titre et souverain du comté, c'est Maximilien, conseiller du trône ducal. Son épouse, Ismalia Kamar, il l'a volée en Erebor et ramenée en Sombreciel pour l'épouser – même si la comtesse prétend de son côté que d'eux deux, c'est elle qui l'a volé pour le faire sien. De leur amour curieusement exclusif pour les mœurs ouvertes de Sombreciel sont nés cinq enfants : l'aîné Melsant, puis les jumelles Mélusine et Mélisende, Meldred le cadet, et enfin Melbren, le benjamin. Famille heureuse dont on faucha le bonheur lorsque le petit Meldred fut perdu en mer à l'âge de deux ans, lors du naufrage du navire qui transportait toute la famille au large de Sombreciel vers la capitale. Il fallut presque quatre années pour qu'un dernier fils ne vienne ramener la joie dans cette famille frappée par le deuil ; et l'arrivée du petit duc Castiel, orphelin et confié à leur tutelle, finit de rendre aux Séverac leur sérénité, même si Meldred ne fut pas oublié.

Les jumelles ont toujours été le reflet l’une de l’autre, depuis le berceau : aussi semblables que deux gouttes d’eau, parfaites copies à quelques menus détails près. C’est dans leur caractère que leur différence s’est cultivée, faisant d’elles une paire absolument complémentaire dans tous ses aspects. Là où Mélusine, celle des deux née la première, se révéla pleine d’exubérance et tempétueuse, vive et impulsive, assurée et capricieuse, Mélisende se montra discrète et sereine, érudite et réfléchie, timide et raisonnable. Mélusine l’ardente, brûlante de cette chaleur solaire qui faisait d’elle une fleur d’Erebor aux racines plongées dans l’or des dunes – et Mélisende la sage, auréolée de ce calme stellaire des étoiles au firmament que Sombreciel se plaît à adorer. Elles s’aiment profondément, les perles jumelles de Séverac, même si leurs choix respectifs les ont éloignées l’une de l’autre.

Mélisende en effet, créature délicate au cœur sensible, cache au fond d’elle le tempérament profondément juste et honnête de son père, cultivant un sens de la justice aigu. Baronne de Chamaar depuis ses dix ans, terre héritée de sa mère, elle porte en elle toute la rigueur impitoyable du roc d’Erebor, et c’est tout naturellement qu’elle choisit de rejoindre les rangs de la Confrérie Noire à ses vingt ans, bras armé de la justice du peuple lorsque celle des puissants détourne le regard. Elle vit à Lorgol à présent, visitant régulièrement la cour d’Ibelin, officiellement ambassadrice du duc Castiel à Lorgol ; officieusement, ombre parmi les ombres de la nuit, sous la complice lueur des étoiles.

♦ [b]Pendant le livre I :[/b] [i] Elle veille sur Castiel et les intérêts de Sombreciel encore plus étroitement que prévu, suite aux tensions grandissantes avec Erebor et l’engouement de son duc pour la princesse Alméïde. Elle a assisté à l’édition spéciale du tournoi des Trois Opales et a échappé de peu à l’effondrement des gradins. Elle s’est rendue ensuite en Outrevent avec le protégé de sa sœur qui n’est d’autre que l’enfant qu’elle a abandonné des années plus tôt, et a assisté aux premières loges à la prise de pouvoir de Gustave de la Rive.[/i]</div>


<center><div class="PV_sep"></div></center>
<table><tr><td  valign="top"><img src="http://img15.hostingpics.net/pics/613642Sverac1.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Famille de Séverac</b> • <i>Maximilien, Melsant, Mélusine et Melbren</i></div><div class="PV_lien">Une affection profonde unit les membres de la famille Séverac. Les parents, Ismalia et Maximilien, aiment profondément chacun de leurs enfants, qu'ils soient de sang ou de cœur. L'affection familiale accompagne Melsant sur les ailes de son griffon, Mélusine sur les pavés de la Cour des Miracles, Mélisende dans les ombres de la Confrérie Noire, et Melbren entre l'Académie et Euphoria. Famille unie, famille soudée : c'est là leur plus grande force, et c'est ce qui fait de Séverac un des grands noms du duché. Ils veillent les uns sur les autres : et nul malheur ne pourra les frapper tant que leur belle unité subsistera.
</div></td></tr><tr><td><img src="http://img15.hostingpics.net/pics/321141aishwaryarai039ithika.jpg" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Soltana Kamar</b> • <i>Aishwarya Rai</i></div><div class="PV_lien">La fille d’Ismalia Kamar, devenue Ismalia de Séverac, a reçu en douaire la baronnie de Chamaar. Soltana a beaucoup de mal à accepter la souveraineté d’une Cielsombroise dans un domaine niché au milieu des dunes d’or du désert, mais force est de reconnaître que Mélisende fait honneur à son sang erebien. L’assassin a bien conscience de la réticence de ses gens lorsqu’elle visite ses domaines, aussi se fait-elle un devoir de veiller à respecter leurs coutumes, et les usages enseignés par sa mère. Que Soltana le veuille ou non, Mélisende est de Chamaar tout autant qu’elle à présent, depuis des années – et la jeune Séverac aimerait bien apaiser le conflit qui couve entre elles.</div></td></tr><tr><td><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/191684FreidaPintoinImmortalslittleluna.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Alméïde d’Erebor</b> • <i>Freida Pinto</i></div><div class="PV_lien">La baronne de Chamaar est une femme noble, bien plus qu’Alméïde ne le sera jamais, mais c’est également une Lame de la Confrérie Noire. Alméïde a d’excellentes relations avec les assassins de Lorgol, et c’est régulièrement que Mélisende se présente avec un chariot empli de corps à étudier pour la princesse. Les terres de Mélisende en Erebor font de la demoiselle de Séverac une personne tout à fait fréquentable en dépit de son sang cielsombrois, et la petite princesse apprécie la compagnie de cette femme sereine même dans le meurtre, indépendante et fière. Mélisende, pour sa part, prend plaisir à discuter avec Alméïde dont elle aime la sincérité.</div></td></tr><tr><td><img src="http://i63.tinypic.com/2n6xj6q.jpg" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Astra Solem</b> • <i>Katie McGrath</i></div><div class="PV_lien">Lorsque les jumelles se sont séparées, chacune construisant sa vie, Mélisende s’est trouvée bien seule, sans la chaleur solaire de sa sœur. C’est à Lorgol qu’elle a fait la connaissance d’Astra, étonnant mélange des caractéristiques de Mélusine associées au tempérament de Mélisende. L’astrologue mêle magie et science et fascine Mélisende qui ne se lasse jamais de l’écouter lui conter les légendes des lunes jumelles d’Arven. Astra, quant à elle, apprécie fondamentalement la douceur adamantine de Mélisende qui est devenue au fil du temps sa confidente et son alliée, lui permettant de s’évader un peu de la rudesse de ses fonctions à l’Académie.</div></td></tr></table>
</div></center>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Test de rang
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 20/11/2016

Feuille de personnage
je réside:
J'ai fait allégeance à:
Test de rang
Message Sujet: Re: ♜ Lorgol - Les Mille Tours   Jeu 24 Nov - 16:13



PV proposé par (Aura·)

Solal
Aluddin

ft. Naveen Andrews

« La mort est l'unique absolue vérité de nos vies. »

cynique - taciturne - courageux - loyal - fataliste - rancunier - minutieux - pédagogue



© Insuline
Solal a une grand affection pour les jeunes et lui arrive régulièrement de prendre des apprentis sous sa houlette. Mais attention, il est un maître sévère et exigeant qui n'aime guère les défections et les hésitations.



© ithika
Âge : 42 ans
Date et lieu de naissance : 1er novembre 959, à l’Oasis du Sirocco (Erebor)
Statut/profession : Écoutant de la Confrérie Noire (Aspect de la Corde)
Allégeance : La Confrérie Noire ; Anthim, duc d’Erebor


Les gitans d’Erebor ont toujours été un peuple à part. Loyaux à leur roi, le duc siégeant sur le trône du duché, ils se différencient des nomades par leur fierté sauvage et leur barbare poésie, tout aussi impitoyables et cruels que généreux et honnêtes. Solal est l’un de ces hommes qui font des gitans un peuple redoutable, et respecté. Il vit le jour à l’Oasis du Sirocco, d’une mère danseuse des sables et de son époux, chef de clan respecté pour la fermeté de son autorité et la douceur de sa poigne. Il grandit pétri des valeurs de droiture et d’honneur qui sont si chères au cœur des gitans des sables – et entouré d’une nuée de sœurs cadettes, onze en tout, auxquelles il a toujours voué une profonde affection. Seul fils, il a bénéficié de l’entière attention de son père, éduqué pour être fort, et brave.

Il avait vingt-cinq ans lorsque le roi d’Erebor appela les fils et filles de son duché à venir prêter main-forte à l’armée, pour pourchasser et châtier des renégats voleurs d’enfants, esclavagistes et dénués de droiture. C’est sans aucun remords qu’il a massacré les indignes manants, prenant en charge l’une des fillettes rescapées. Il lui fallut un an ensuite pour traquer, minutieusement, la tête pensante du réseau – et il l’exécuta froidement, l’étouffant petit à petit à l’aide d’un ingénieux système tandis qu’il torturait puis tuait la famille du malandrin sous ses yeux, avant de l’achever sans aucune arrière-pensée. Tel est Solal : tantôt froid, tantôt passionné, enfant parfait du sable et du roc. Le sang appelle le sang - une semaine plus tard, de retour à Vivedune, il trouvait sous son oreiller un parchemin sur lequel une main était imprimée à l’encre noire, doublée de la mention « Nous savons ». La Confrérie lui portait attention – il eut tout le temps d’y songer jusqu’à la nuit, et accepta la proposition de l’Écoutant de la Corde venu le trouver.

Neuf années plus tard, devenu Adepte de son Écoutant, il lui succéda lorsque son maître choisit la retraite. Homme de poigne et de charisme, Solal sait mener ses auxiliaires, et montre aux recrues la même exigence qu’il a envers lui-même. Lors de la vengeance de la Confrérie contre la famille impériale de Faërie et le duc d’Outrevent, il est celui qui a ôté la vie aux deux enfants de l’Impératrice sous son regard, et il en tire fierté. Ils avaient ordonné la mort de l’Oracle, après tout ; et le sang appelle le sang…

Pendant le livre I : Il est bien heureux, Solal, de voir que les affaires reprennent et que la Confrérie Noire soit en capacité de se relever après l’assassinat de l’Oracle. Surtout qu’avec les temps troublés que va affronter Arven, la Confrérie sera sans nul doute d’une grande utilité. Se trouvant de nombreux point communs avec l’Ordre du Jugement, c’est tout naturellement que Solal a décidé de s'y intégrer, et met ses connaissances à leur service.




Anthim d’EreborSantiago Cabrera
L'Écoutant de la Confrérie Noire, de par ses origines erebiennes, est l'interlocuteur privilégié de son duc lorsqu'il est question de commanditer quelques assassinats discrets. Maître de la Corde, Solal a toujours veillé à ce que les demandes d'Anthim soient impeccablement traitées, usant du lacet de cuir typique des gens du désert, à la plus grande satisfaction du sultan des sables. Anthim ne répugne pas à forcer un peu la main du Destin parfois pour hâter quelques trépas stratégiques, et il fait partie des défenseurs de la Confrérie Noire, appréciant leur sérieux, leur compétence, et leur fiabilité. Les Assassins sont conscients de cette position audacieuse, et accordent toujours une oreille attentive à ses requêtes – après tout, le duc est bon payeur...
Astarté des SablesNoémie Lenoir
Astarté se rappelle de la fureur de Solal lorsqu'il a découvert le petit groupe d'enfants esclaves cachés dans les montagnes. Il était jeune, Solal, à l'époque, juste un Erebien de la troupe dépêchée par le roi des gitans, mais il y avait dans son regard une indignation flamboyante, muette et sourde, mais profondément sincère, qui lui accorda d’autorité la confiance absolue de la petite Astarté. Elle ne comprenait pas trop ce qui se passait, du haut de ses huit ans ; mais elle le suivit en dehors de la montagne, et il n’a jamais cessé de veiller sur elle depuis. C’est lui qui lui a donné son nom, et il y a entre eux une affection toute filiale.  
Ljöta d’EvalkyrKatheryn Winnick
Ljöta est la plus jeune nommée parmi les Écoutants de la Confrérie – Solal la précède de quelques années, et il a tout fait pour lui faciliter la transition. Exigeant mais chaleureux avec cette fille des glaces, il l’a aidée à prendre son poste et admire la compétence avec laquelle elle gère sa charge. Il déplore simplement son cœur trop tendre pour un assassin : là où lui n’aurait pas hésité à le massacrer, elle a épargné la vie d’Aymeric, prince héritier d’Outrevent, n’abattant que sa mère. Ljöta est reconnaissante à Solal de son soutien, et apprécie les missions qu’ils accomplissent de concert lorsque la Sombre Mère l’exige.
Andain HautrocLuke Pasqualino
Onze ans. Il avait onze ans, malheureux Andain, lorsque Solal traqua et massacra sa famille, sous les yeux de son père auquel un trafic d’enfants gitans était reproché. Andain aurait dû périr là, torturé puis mis à mort avec la barbarie de ce démon des sables, mais la couardise et un instinct d’auto-préservation très prononcé l’ont fait se terrer sous les corps des gardes morts, priant pour sa vie. Il a juré de se venger : pour le moment, il n’y est pas encore parvenu, mais il ourdit son plan avec minutie, bien déterminé à faire payer à Solal son crime, refusant de croire les accusations portées contre son défunt père.



Code:
<center><div class="PV_background">
<table><tr><td width="50%"><div class="PV_infos1">
<div class="PV_petitext">PV proposé par (Aura·)</div>
<div class="PV_prenom">Solal</div><div class="PV_nom">Aluddin</div>
<div class="PV_star">ft. Naveen Andrews</div>
<div class="PV_petitext">« La mort est l'unique absolue vérité de nos vies. »</div>
<div class="PV_caractere">cynique - taciturne - courageux - loyal - fataliste - rancunier - minutieux - pédagogue</div>
</div></td><td width="50%"><img src="http://img15.hostingpics.net/pics/266147NavenANDREWS2.jpg" class="PV_libre"/><br />
<div class="PV_petitext">© Insuline</div></td></tr></table><div class="PV_petitext"><blockquote>Solal a une grand affection pour les jeunes et lui arrive régulièrement de prendre des apprentis sous sa houlette. Mais attention, il est un maître sévère et exigeant qui n'aime guère les défections et les hésitations. </blockquote></div>
<div class="PV_sep"></div>
<div class="PV_infos"><table><tr><td><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/741618naveenandrews008ithika.gif" class="PV_iconleft" />
<div class="PV_petitext">© ithika</div></td><td>[b]Âge :[/b] 42 ans
[b]Date et lieu de naissance :[/b] 1er novembre 959, à l’Oasis du Sirocco (Erebor)
[b]Statut/profession :[/b] Écoutant de la Confrérie Noire (Aspect de la Corde)
[b]Allégeance :[/b] La Confrérie Noire ; Anthim, duc d’Erebor
</td></tr></table></div>
<center><div class="PV_sep"></div></center>
<div class="PV_histoire">Les gitans d’Erebor ont toujours été un peuple à part. Loyaux à leur roi, le duc siégeant sur le trône du duché, ils se différencient des nomades par leur fierté sauvage et leur barbare poésie, tout aussi impitoyables et cruels que généreux et honnêtes. Solal est l’un de ces hommes qui font des gitans un peuple redoutable, et respecté. Il vit le jour à l’Oasis du Sirocco, d’une mère danseuse des sables et de son époux, chef de clan respecté pour la fermeté de son autorité et la douceur de sa poigne. Il grandit pétri des valeurs de droiture et d’honneur qui sont si chères au cœur des gitans des sables – et entouré d’une nuée de sœurs cadettes, onze en tout, auxquelles il a toujours voué une profonde affection. Seul fils, il a bénéficié de l’entière attention de son père, éduqué pour être fort, et brave.

Il avait vingt-cinq ans lorsque le roi d’Erebor appela les fils et filles de son duché à venir prêter main-forte à l’armée, pour pourchasser et châtier des renégats voleurs d’enfants, esclavagistes et dénués de droiture. C’est sans aucun remords qu’il a massacré les indignes manants, prenant en charge l’une des fillettes rescapées. Il lui fallut un an ensuite pour traquer, minutieusement, la tête pensante du réseau – et il l’exécuta froidement, l’étouffant petit à petit à l’aide d’un ingénieux système tandis qu’il torturait puis tuait la famille du malandrin sous ses yeux, avant de l’achever sans aucune arrière-pensée. Tel est Solal : tantôt froid, tantôt passionné, enfant parfait du sable et du roc. Le sang appelle le sang - une semaine plus tard, de retour à Vivedune, il trouvait sous son oreiller un parchemin sur lequel une main était imprimée à l’encre noire, doublée de la mention « Nous savons ». La Confrérie lui portait attention – il eut tout le temps d’y songer jusqu’à la nuit, et accepta la proposition de l’Écoutant de la Corde venu le trouver.

Neuf années plus tard, devenu Adepte de son Écoutant, il lui succéda lorsque son maître choisit la retraite. Homme de poigne et de charisme, Solal sait mener ses auxiliaires, et montre aux recrues la même exigence qu’il a envers lui-même. Lors de la vengeance de la Confrérie contre la famille impériale de Faërie et le duc d’Outrevent, il est celui qui a ôté la vie aux deux enfants de l’Impératrice sous son regard, et il en tire fierté. Ils avaient ordonné la mort de l’Oracle, après tout ; et le sang appelle le sang…

♦ [b]Pendant le livre I :[/b] [i] Il est bien heureux, Solal, de voir que les affaires reprennent et que la Confrérie Noire soit en capacité de se relever après l’assassinat de l’Oracle. Surtout qu’avec les temps troublés que va affronter Arven, la Confrérie sera sans nul doute d’une grande utilité. Se trouvant de nombreux point communs avec l’Ordre du Jugement, c’est tout naturellement que Solal a décidé de s'y intégrer, et met ses connaissances à leur service.[/i]</div>


<center><div class="PV_sep"></div></center>
<table><tr><td  valign="top"><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/654778Anthim.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Anthim d’Erebor</b> • <i>Santiago Cabrera</i></div><div class="PV_lien">L'Écoutant de la Confrérie Noire, de par ses origines erebiennes, est l'interlocuteur privilégié de son duc lorsqu'il est question de commanditer quelques assassinats discrets. Maître de la Corde, Solal a toujours veillé à ce que les demandes d'Anthim soient impeccablement traitées, usant du lacet de cuir typique des gens du désert, à la plus grande satisfaction du sultan des sables. Anthim ne répugne pas à forcer un peu la main du Destin parfois pour hâter quelques trépas stratégiques, et il fait partie des défenseurs de la Confrérie Noire, appréciant leur sérieux, leur compétence, et leur fiabilité. Les Assassins sont conscients de cette position audacieuse, et accordent toujours une oreille attentive à ses requêtes – après tout, le duc est bon payeur...
</div></td></tr><tr><td><img src="http://i68.tinypic.com/oj42mw.jpg" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Astarté des Sables</b> • <i>Noémie Lenoir</i></div><div class="PV_lien">Astarté se rappelle de la fureur de Solal lorsqu'il a découvert le petit groupe d'enfants esclaves cachés dans les montagnes. Il était jeune, Solal, à l'époque, juste un Erebien de la troupe dépêchée par le roi des gitans, mais il y avait dans son regard une indignation flamboyante, muette et sourde, mais profondément sincère, qui lui accorda d’autorité la confiance absolue de la petite Astarté. Elle ne comprenait pas trop ce qui se passait, du haut de ses huit ans ; mais elle le suivit en dehors de la montagne, et il n’a jamais cessé de veiller sur elle depuis. C’est lui qui lui a donné son nom, et il y a entre eux une affection toute filiale.  </div></td></tr><tr><td><img src="http://i66.tinypic.com/262p6a8.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Ljöta d’Evalkyr</b> • <i>Katheryn Winnick</i></div><div class="PV_lien">Ljöta est la plus jeune nommée parmi les Écoutants de la Confrérie – Solal la précède de quelques années, et il a tout fait pour lui faciliter la transition. Exigeant mais chaleureux avec cette fille des glaces, il l’a aidée à prendre son poste et admire la compétence avec laquelle elle gère sa charge. Il déplore simplement son cœur trop tendre pour un assassin : là où lui n’aurait pas hésité à le massacrer, elle a épargné la vie d’Aymeric, prince héritier d’Outrevent, n’abattant que sa mère. Ljöta est reconnaissante à Solal de son soutien, et apprécie les missions qu’ils accomplissent de concert lorsque la Sombre Mère l’exige.</div></td></tr><tr><td><img src="http://i65.tinypic.com/ezkf83.jpg" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Andain Hautroc</b> • <i>Luke Pasqualino</i></div><div class="PV_lien">Onze ans. Il avait onze ans, malheureux Andain, lorsque Solal traqua et massacra sa famille, sous les yeux de son père auquel un trafic d’enfants gitans était reproché. Andain aurait dû périr là, torturé puis mis à mort avec la barbarie de ce démon des sables, mais la couardise et un instinct d’auto-préservation très prononcé l’ont fait se terrer sous les corps des gardes morts, priant pour sa vie. Il a juré de se venger : pour le moment, il n’y est pas encore parvenu, mais il ourdit son plan avec minutie, bien déterminé à faire payer à Solal son crime, refusant de croire les accusations portées contre son défunt père.</div></td></tr></table>
</div></center>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Test de rang
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 20/11/2016

Feuille de personnage
je réside:
J'ai fait allégeance à:
Test de rang
Message Sujet: Re: ♜ Lorgol - Les Mille Tours   Jeu 24 Nov - 16:18



PV proposé par (Panteraa)

Anselme
l’Heur

ft. Aiden Gillen

« Vous êtes tous des pions dans ma main. »

observateur - méfiant - calculateur - jovial - séducteur - généreux - secret - intolérant



© landofcasterly
S’il y a bien un domaine où le Hasard est maître : c’est la séduction. Ainsi le voit Anselme, grand séducteur lui même. C’est toujours avec plaisir et presque fascination qu’il se laisse porter à ce petit jeu qu’il considère comme son instant de folie. Il laisse le Destin agir, seul en grand planificateur qu’il est.



© Grimes
Âge : 50 ans
Date et lieu de naissance : 2 mai 951, à la Volte, en Cibella
Statut/profession : Écoutant du Hasard
Allégeance : La Confrérie Noire, Sithis, Lida et le Destin.


En Cibella, ce sont les femmes qui héritent des terres ou des biens des parents. Une injustice aux yeux du jeune Anselme, aîné de sa fratrie, qui ne reçut rien de son père et de sa mère hormis leur métier : assassin de la Confrérie Noire. Ce furent ses deux cadettes, Anne et Audrée qui héritèrent de tout, laissant sur le carreau Anselme et son petit frère Arnaud. Une chose qu’il vécut bien mal mais qu’il ne put contester et c’est bien jeune qu’il fut alors introduit au culte de Sithis et Lida. Il n’avait pas encore quinze ans. Tous deux assassins du Hasard, ses parents ne lui laissèrent pas le choix.

C’est son esprit d’analyse qui fit s’élever la renommée autour de lui : grand planificateur, Anselme peut, en entrant dans une pièce, repérer tous les petits détails qui peuvent lui servir à la mise en scène de ses assassinats. Il n’a jamais échoué dans son art, faisant passer ses actes pour des accidents ou des morts naturelles. Même quand la situation ne l’exige pas, ses yeux d’observateur travaillent pour lui. Peu franc, l’esprit fin et calculateur, il n’a jamais laissé personne l’approcher, ne donnant aucun moyen d’emprise et de pression sur lui. Il en est venu à jouer un personnage, portant un masque ne dévoilant jamais réellement la vérité.

Homme particulier, un peu orgueilleux, il parfois l’impression de jouer le rôle du Destin lui même, dieu qu’il respecte fanatiquement au même titre que Lida et Sithis. Ses actes se jouant du Hasard et de l’imprévu, il pense pouvoir décider du destin de ses victimes qu’il tient entre ses mains.

Malgré ses origines, Anselme est résolument contre la magie, même s’il n’hésite pas à se servir des mages pour mettre ses plans à exécutions. Ils ne sont pour lui que des pions, a contrario des voleurs de la Cour des Miracles avec qui il entretient d’excellentes relations. Il apprécie tout particulièrement les musiciens placés sous leur protection et dont il vient régulièrement écouter les concerts. Ses multiples talents pour se trouver des alliés ont eux aussi contribué à faire de lui un fin stratège, ce qui a fini par l’élever au rang d’Écoutant du Hasard, un poste qu’il occupe aujourd’hui depuis quinze ans.

Pendant le livre I : Il est résolument contre le fait d’autoriser la renaissance des Magies bannies pendant la Trêve et de permettre ainsi un déséquilibre en Arven. Mais avec la prise de pouvoir de Gustave, il sait bien que cela risque d’être le cas. Alors il se tient à l’affût, prêt à exploiter les failles. Après tout, il a toujours bien su sortir son épingle du jeu, et veille à ses propres intérêts avant tout, ainsi qu’à ceux de la Confrérie.




Vira SabirJessica Chastain
Elle lui a tapé dans l’oeil, la flamboyante pirate venue des îles sauvages. Curieux, il a tenté d’aller à sa rencontre pour en apprendre plus sur la vie dans l’Archipel, et s’est rapidement trouvé fasciné devant l’exotisme de sa culture, de ses habitudes, et l’accent chantant de son parler. Vira, d’abord méfiante, a fini par lui raconter au fil des rencontres à peu près tout ce qu’elle se souvient des îles où elle est née, et de fil en aiguille leurs rendez-vous ont pris une tournure plus charnelle. Vira ne se départit jamais de sa sauvagerie, même entre les draps d’un lit, et cette caractéristique enchante Anselme tout autant qu’elle le fascine.
Majda EsadjJessica Parker Kennedy
Majda se retrouve en Anselme, de par leur parcours similaire, et leurs caractères qui le sont tout autant. Il est quelque peu extrême pour elle, dans sa dévotion à Lida et Sithis, et les difficultés qu’il a à décrocher de ses fonctions, mais cela lui importe peu. En tant que collègue, il est efficace, et en temps qu’ami, il s’avère très fiable. Elle ne peut guère se targuer d’avoir percé sa carapace et de le voir des plus naturels, mais elle sait qu’ils s’entendent bien, et qu’il abandonne un peu – très légèrement – cette obsession pour le contrôle qui est sienne, en sa présence. Ou presque.
Lubie l'AvenanteEmilia Clarke
Sobre, ou peu s’en faut, Lubie s’est amusée de l’attention que lui portait Anselme – ou qu’il leur portait, à elle et à ses chants. Elle l’a séduit, et lui a peut-être même offert quelques baisers dans un premier temps, se laisser aller à chanter de sa voix ensorcelante, lorsqu’il le lui redemandait, un soir. Si elle est passée à autre chose, gardant un bon souvenir de sa soirée, lui ne l’a pas oubliée, et espère retomber sur la petite chanteuse qui l’a conquis
Svanja Feu-des-GlacesRose Leslie
C’est rare qu’Anselme se laisse un peu trop porter par la boisson, mais hélas, ça peut arriver à tout le monde. L’alcool lui étant monté à la tête, il ne se souvient pas d’avoir quelque peu fricoté avec la belle Svanja, qui a pourtant marqué son refus net en le cognant à la tête. Le réveil a été difficile le lendemain, mais nul souvenir pour expliquer cette bosse. Aussi ne comprend t-il pas pourquoi la jeune femme, lorsqu’ils se croisent dans les rues de Lorgol se moque assez clairement de lui tout en se méfiant à son approche. Ca tend quelque peu à l’irriter, l’Anselme, pour ne pas dire énerver.



Code:
<center><div class="PV_background">
<table><tr><td width="50%"><div class="PV_infos1">
<div class="PV_petitext">PV proposé par (Panteraa)</div>
<div class="PV_prenom">Anselme</div><div class="PV_nom">l’Heur</div>
<div class="PV_star">ft. Aiden Gillen</div>
<div class="PV_petitext">« Vous êtes tous des pions dans ma main. »</div>
<div class="PV_caractere">observateur - méfiant - calculateur - jovial - séducteur - généreux - secret - intolérant </div>
</div></td><td width="50%"><img src="http://s16.postimg.org/az1i5yy85/P09.png" class="PV_libre"/><br />
<div class="PV_petitext">© landofcasterly</div></td></tr></table><div class="PV_petitext"><blockquote>S’il y a bien un domaine où le Hasard est maître : c’est la séduction. Ainsi le voit Anselme, grand séducteur lui même. C’est toujours avec plaisir et presque fascination qu’il se laisse porter à ce petit jeu qu’il considère comme son instant de folie. Il laisse le Destin agir, seul en grand planificateur qu’il est.</blockquote></div>
<div class="PV_sep"></div>
<div class="PV_infos"><table><tr><td><img src="http://67.media.tumblr.com/2cf000ebf1ca79ff4926208c7812bd60/tumblr_inline_nb5q6fM6971sk47ji.jpg" class="PV_iconleft" />
<div class="PV_petitext">© Grimes</div></td><td>[b]Âge :[/b] 50 ans
[b]Date et lieu de naissance :[/b] 2 mai 951, à la Volte, en Cibella
[b]Statut/profession :[/b] Écoutant du Hasard
[b]Allégeance :[/b] La Confrérie Noire, Sithis, Lida et le Destin.
</td></tr></table></div>
<center><div class="PV_sep"></div></center>
<div class="PV_histoire">En Cibella, ce sont les femmes qui héritent des terres ou des biens des parents. Une injustice aux yeux du jeune Anselme, aîné de sa fratrie, qui ne reçut rien de son père et de sa mère hormis leur métier : assassin de la Confrérie Noire. Ce furent ses deux cadettes, Anne et Audrée qui héritèrent de tout, laissant sur le carreau Anselme et son petit frère Arnaud. Une chose qu’il vécut bien mal mais qu’il ne put contester et c’est bien jeune qu’il fut alors introduit au culte de Sithis et Lida. Il n’avait pas encore quinze ans. Tous deux assassins du Hasard, ses parents ne lui laissèrent pas le choix.

C’est son esprit d’analyse qui fit s’élever la renommée autour de lui : grand planificateur, Anselme peut, en entrant dans une pièce, repérer tous les petits détails qui peuvent lui servir à la mise en scène de ses assassinats. Il n’a jamais échoué dans son art, faisant passer ses actes pour des accidents ou des morts naturelles. Même quand la situation ne l’exige pas, ses yeux d’observateur travaillent pour lui. Peu franc, l’esprit fin et calculateur, il n’a jamais laissé personne l’approcher, ne donnant aucun moyen d’emprise et de pression sur lui. Il en est venu à jouer un personnage, portant un masque ne dévoilant jamais réellement la vérité.

Homme particulier, un peu orgueilleux, il parfois l’impression de jouer le rôle du Destin lui même, dieu qu’il respecte fanatiquement au même titre que Lida et Sithis. Ses actes se jouant du Hasard et de l’imprévu, il pense pouvoir décider du destin de ses victimes qu’il tient entre ses mains.

Malgré ses origines, Anselme est résolument contre la magie, même s’il n’hésite pas à se servir des mages pour mettre ses plans à exécutions. Ils ne sont pour lui que des pions, a contrario des voleurs de la Cour des Miracles avec qui il entretient d’excellentes relations. Il apprécie tout particulièrement les musiciens placés sous leur protection et dont il vient régulièrement écouter les concerts. Ses multiples talents pour se trouver des alliés ont eux aussi contribué à faire de lui un fin stratège, ce qui a fini par l’élever au rang d’Écoutant du Hasard, un poste qu’il occupe aujourd’hui depuis quinze ans.

♦ [b]Pendant le livre I :[/b] [i] Il est résolument contre le fait d’autoriser la renaissance des Magies bannies pendant la Trêve et de permettre ainsi un déséquilibre en Arven. Mais avec la prise de pouvoir de Gustave, il sait bien que cela risque d’être le cas. Alors il se tient à l’affût, prêt à exploiter les failles. Après tout, il a toujours bien su sortir son épingle du jeu, et veille à ses propres intérêts avant tout, ainsi qu’à ceux de la Confrérie.[/i]</div>


<center><div class="PV_sep"></div></center>
<table><tr><td  valign="top"><img src="http://67.media.tumblr.com/c828c6fa730bf850ddd10e7774f61cfa/tumblr_inline_oaikizxaOg1u36meq_100.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Vira Sabir</b> • <i>Jessica Chastain</i></div><div class="PV_lien">Elle lui a tapé dans l’oeil, la flamboyante pirate venue des îles sauvages. Curieux, il a tenté d’aller à sa rencontre pour en apprendre plus sur la vie dans l’Archipel, et s’est rapidement trouvé fasciné devant l’exotisme de sa culture, de ses habitudes, et l’accent chantant de son parler. Vira, d’abord méfiante, a fini par lui raconter au fil des rencontres à peu près tout ce qu’elle se souvient des îles où elle est née, et de fil en aiguille leurs rendez-vous ont pris une tournure plus charnelle. Vira ne se départit jamais de sa sauvagerie, même entre les draps d’un lit, et cette caractéristique enchante Anselme tout autant qu’elle le fascine.</div></td></tr><tr><td><img src="http://i62.tinypic.com/alrfjr.jpg" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Majda Esadj</b> • <i>Jessica Parker Kennedy</i></div><div class="PV_lien">Majda se retrouve en Anselme, de par leur parcours similaire, et leurs caractères qui le sont tout autant. Il est quelque peu extrême pour elle, dans sa dévotion à Lida et Sithis, et les difficultés qu’il a à décrocher de ses fonctions, mais cela lui importe peu. En tant que collègue, il est efficace, et en temps qu’ami, il s’avère très fiable. Elle ne peut guère se targuer d’avoir percé sa carapace et de le voir des plus naturels, mais elle sait qu’ils s’entendent bien, et qu’il abandonne un peu – très légèrement – cette obsession pour le contrôle qui est sienne, en sa présence. Ou presque.
</div></td></tr><tr><td><img src="http://image.noelshack.com/fichiers/2012/20/1337105271-dae7.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Lubie l'Avenante</b> • <i>Emilia Clarke</i></div><div class="PV_lien">Sobre, ou peu s’en faut, Lubie s’est amusée de l’attention que lui portait Anselme – ou qu’il leur portait, à elle et à ses chants. Elle l’a séduit, et lui a peut-être même offert quelques baisers dans un premier temps, se laisser aller à chanter de sa voix ensorcelante, lorsqu’il le lui redemandait, un soir. Si elle est passée à autre chose, gardant un bon souvenir de sa soirée, lui ne l’a pas oubliée, et espère retomber sur la petite chanteuse qui l’a conquis</div></td></tr><tr><td><img src="http://illiweb.com/fa/pbucket.gif" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Svanja Feu-des-Glaces</b> • <i>Rose Leslie</i></div><div class="PV_lien">C’est rare qu’Anselme se laisse un peu trop porter par la boisson, mais hélas, ça peut arriver à tout le monde. L’alcool lui étant monté à la tête, il ne se souvient pas d’avoir quelque peu fricoté avec la belle Svanja, qui a pourtant marqué son refus net en le cognant à la tête. Le réveil a été difficile le lendemain, mais nul souvenir pour expliquer cette bosse. Aussi ne comprend t-il pas pourquoi la jeune femme, lorsqu’ils se croisent dans les rues de Lorgol se moque assez clairement de lui tout en se méfiant à son approche. Ca tend quelque peu à l’irriter, l’Anselme, pour ne pas dire énerver.</div></td></tr></table>
</div></center>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Test de rang
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 20/11/2016

Feuille de personnage
je réside:
J'ai fait allégeance à:
Test de rang
Message Sujet: Re: ♜ Lorgol - Les Mille Tours   Jeu 24 Nov - 16:27



PV proposé par (Elnaie)

Majda
Esdaj

ft. Jessica Parker Kennedy

« Je porte en moi le sang d'un roi, et le deuil d'un frère alourdit mon cœur. »

secrète – aimante – rancunière – dévouée – obstinée – ingénieuse – égoïste – inébranlable - fourbe



© Arté
Fascinée par le domaine végétal, l’Erebienne a découvert en quittant son duché tout le règne des insectes pollinisateurs. Particulièrement admirative des papillons, et notamment des chatoyantes couleurs de leurs ailes, elle a commencé à les collectionner, alignant dans ses appartements une quantité respectable de petits corps épinglés au fond de boîtes au couvercle de verre.



© Lara
Âge : 35 ans
Date et lieu de naissance : 14 janvier 965, à Vivedune (Erebor)
Statut/profession : Écoutante du Choix
Allégeance : À la Confrérie Noire


Majda aurait du naître princesse, si son frère jumeau Mahir d’Erebor n’avait pas succombé suite à son premier souffle. L’enfant de concubine n’a jamais réellement compris ce qu’il en était, grandissant dans l’insouciance, jusqu’à ce qu’Alméïde soit couronnée Princesse, et qu’elle réalise qu’il lui revenait de l’être. Difficile pour elle de faire abstraction du sentiment d’injustice qu’elle ressentit alors. Elle était née la première ! Cela aurait dû être elle, la soeur du prince ! Oui, injustice, profonde et dévorante - et l’ambiance délétère du harem où chaque femme complotait perpétuellement contre ses rivales n’adoucit pas son écoeurement, bien au contraire. Il faut se battre pour l’emporter, dans ce monde, voilà la leçon qu’elle en tira - et décidant d’être dans le camp des vainqueurs, elle se voua solennellement à Lida, Sombre Mère de la Confrérie Noire, dans le plus grand secret. Sa rage, elle la cacha en elle, la nourrit, la cultiva sans jamais la formuler. Elle le tut admirablement, notamment grâce à l’adepte du Choix qui se présenta à elle pour la former, après sa prière muette à Lida et Sithis.

À elle, elle ne cacha rien : son désir d’obtenir réparation, de réparer les torts de son père le Duc qui l’avait écartée alors qu’elle aurait du fièrement représenter Erebor et en porter le nom, sa rancune et le sentiment d’injustice croissant qui gagnait le meilleur d’elle-même… Tant de reproches, tant de souffrance, tant de colère. Imsin lui apprit à en faire une arme. Kyréenne de naissance, mais sans en avoir le physique, cette femme entrée au harem pour la prendre comme apprentie lui enseigna à tirer le meilleur parti de ce brasier intérieur, le canalisant pour en faire un atout. Grâce à elle, à sa vie au harem, elle fut habilement préparée à manipuler les gens, avec un naturel déconcertant et imperceptible.

Elle avait 27 ans lorsque les portes du harem s’ouvrirent au couronnement d’Anthim, son demi-frère. Elle se révéla, au sein de la Confrérie, exécutant ses contrats avec diligence et compétence, au point de devenir Écoutante à son tour après trois années de service. Elle l’est depuis cinq ans maintenant. Si elle occupe une place qui lui correspond et lui convient parfaitement, sa rancune n’est pas oubliée, pas plus que la vengeance qu’elle mérite.

Pendant le livre I : Elle voit peut être la consécration de sa vengeance contre les d’Erebor, avec la naissance d’un petit garçon dans le harem. S’il arrivait quoi que ce soit au petit prince Qasim, ne serait-ce pas une belle façon de tous les faire souffrir ?




Merle ConsentJoseph Fiennes
Majda et Merle auraient pu développer une belle entente, s’ils étaient amenés à se fréquenter en dehors de la Confrérie. Ce n’est cependant pas le cas – ils entretiennent une relation professionnelle qui n’est guère entachée par le moindre rapprochement ou la moindre inimitié. Les exigences de la Confrérie sont si prenantes qu’elles ne laissent guère le temps pour les banalités... Ils ont été amenés à travailler ensemble à quelques reprises, avec succès à chaque fois.
Guy VermeilHarry Lloyd
Guy est le second apprenti de Majda. Elle apprécie le jeune homme très prometteur, même si elle a quelques réserves, en ce qui concerne son caractère parfois extrême. Elle s’entend malgré tout bien avec lui, et est désireuse de lui permettre d’exploiter son potentiel au maximum, comme Imsin l’a fait pour elle. Elle apprécie particulièrement les prouesses inédites qu’il peut accomplir grâce à l’alliage subtil de sa magie, et de ses compétences.
Anselme l'HeurAiden Gillen
Majda se retrouve en Anselme, de par leur parcours similaire, et leurs caractères qui le sont tout autant. Il est quelque peu extrême pour elle, dans sa dévotion à Lida et Sithis, et les difficultés qu’il a à décrocher de ses fonctions, mais cela lui importe peu. En tant que collègue, il est efficace, et en temps qu’ami, il s’avère très fiable. Elle ne peut guère se targuer d’avoir percé sa carapace et de le voir des plus naturels, mais elle sait qu’ils s’entendent bien, et qu’il abandonne un peu – très légèrement – cette obsession pour le contrôle qui est sienne, en sa présence. Ou presque.
Famille d'EreborAiysha Hart, Freida Pinto, Santiago Cabrera
Majda veut leur perte, et récupérer la place qui lui revient de droit. Elle n’aura de cesse de voir écartés de la succession le Duc, sa Sultane et sa Princesse, pour rétablir quelqu’un de plus méritant. Si elle aurait pu désirer être princesse, auparavant, ça n’est plus réellement le cas. Sa rancune est vivace toutefois : elle en veut terriblement à Anthim d’être duc à la place de Mahir mort-né, à Alméïde d’avoir un frère en vie ; et à Sitara d’avoir donné la vie à un prince qui perpétuera la tradition.



Code:
<center><div class="PV_background">
<table><tr><td width="50%"><div class="PV_infos1">
<div class="PV_petitext">PV proposé par (Elnaie)</div>
<div class="PV_prenom">Majda</div><div class="PV_nom">Esdaj</div>
<div class="PV_star">ft. Jessica Parker Kennedy</div>
<div class="PV_petitext">« Je porte en moi le sang d'un roi, et le deuil d'un frère alourdit mon cœur. »</div>
<div class="PV_caractere">secrète – aimante – rancunière – dévouée – obstinée – ingénieuse – égoïste – inébranlable - fourbe</div>
</div></td><td width="50%"><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/978603jessica1.png" class="PV_libre"/><br />
<div class="PV_petitext">© Arté</div></td></tr></table><div class="PV_petitext"><blockquote>Fascinée par le domaine végétal, l’Erebienne a découvert en quittant son duché tout le règne des insectes pollinisateurs. Particulièrement admirative des papillons, et notamment des chatoyantes couleurs de leurs ailes, elle a commencé à les collectionner, alignant dans ses appartements une quantité respectable de petits corps épinglés au fond de boîtes au couvercle de verre.</blockquote></div>
<div class="PV_sep"></div>
<div class="PV_infos"><table><tr><td><img src="http://i62.tinypic.com/alrfjr.jpg" class="PV_iconleft" />
<div class="PV_petitext">© Lara</div></td><td>[b]Âge :[/b] 35 ans
[b]Date et lieu de naissance :[/b] 14 janvier 965, à Vivedune (Erebor)
[b]Statut/profession :[/b] Écoutante du Choix
[b]Allégeance :[/b] À la Confrérie Noire
</td></tr></table></div>
<center><div class="PV_sep"></div></center>
<div class="PV_histoire">Majda aurait du naître princesse, si son frère jumeau Mahir d’Erebor n’avait pas succombé suite à son premier souffle. L’enfant de concubine n’a jamais réellement compris ce qu’il en était, grandissant dans l’insouciance, jusqu’à ce qu’Alméïde soit couronnée Princesse, et qu’elle réalise qu’il lui revenait de l’être. Difficile pour elle de faire abstraction du sentiment d’injustice qu’elle ressentit alors. Elle était née la première ! Cela aurait dû être elle, la soeur du prince ! Oui, injustice, profonde et dévorante - et l’ambiance délétère du harem où chaque femme complotait perpétuellement contre ses rivales n’adoucit pas son écoeurement, bien au contraire. Il faut se battre pour l’emporter, dans ce monde, voilà la leçon qu’elle en tira - et décidant d’être dans le camp des vainqueurs, elle se voua solennellement à Lida, Sombre Mère de la Confrérie Noire, dans le plus grand secret. Sa rage, elle la cacha en elle, la nourrit, la cultiva sans jamais la formuler. Elle le tut admirablement, notamment grâce à l’adepte du Choix qui se présenta à elle pour la former, après sa prière muette à Lida et Sithis.

À elle, elle ne cacha rien : son désir d’obtenir réparation, de réparer les torts de son père le Duc qui l’avait écartée alors qu’elle aurait du fièrement représenter Erebor et en porter le nom, sa rancune et le sentiment d’injustice croissant qui gagnait le meilleur d’elle-même… Tant de reproches, tant de souffrance, tant de colère. Imsin lui apprit à en faire une arme. Kyréenne de naissance, mais sans en avoir le physique, cette femme entrée au harem pour la prendre comme apprentie lui enseigna à tirer le meilleur parti de ce brasier intérieur, le canalisant pour en faire un atout. Grâce à elle, à sa vie au harem, elle fut habilement préparée à manipuler les gens, avec un naturel déconcertant et imperceptible.

Elle avait 27 ans lorsque les portes du harem s’ouvrirent au couronnement d’Anthim, son demi-frère. Elle se révéla, au sein de la Confrérie, exécutant ses contrats avec diligence et compétence, au point de devenir Écoutante à son tour après trois années de service. Elle l’est depuis cinq ans maintenant. Si elle occupe une place qui lui correspond et lui convient parfaitement, sa rancune n’est pas oubliée, pas plus que la vengeance qu’elle mérite.

♦ [b]Pendant le livre I :[/b] [i] Elle voit peut être la consécration de sa vengeance contre les d’Erebor, avec la naissance d’un petit garçon dans le harem. S’il arrivait quoi que ce soit au petit prince Qasim, ne serait-ce pas une belle façon de tous les faire souffrir ?[/i]</div>


<center><div class="PV_sep"></div></center>
<table><tr><td  valign="top"><img src="http://67.media.tumblr.com/d808718106da1abad8e0f9e865e90267/tumblr_inline_no3my29JDo1rzdk26_540.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Merle Consent</b> • <i>Joseph Fiennes</i></div><div class="PV_lien">Majda et Merle auraient pu développer une belle entente, s’ils étaient amenés à se fréquenter en dehors de la Confrérie. Ce n’est cependant pas le cas – ils entretiennent une relation professionnelle qui n’est guère entachée par le moindre rapprochement ou la moindre inimitié. Les exigences de la Confrérie sont si prenantes qu’elles ne laissent guère le temps pour les banalités... Ils ont été amenés à travailler ensemble à quelques reprises, avec succès à chaque fois.</div></td></tr><tr><td><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/748433HarryIc3.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Guy Vermeil</b> • <i>Harry Lloyd</i></div><div class="PV_lien">Guy est le second apprenti de Majda. Elle apprécie le jeune homme très prometteur, même si elle a quelques réserves, en ce qui concerne son caractère parfois extrême. Elle s’entend malgré tout bien avec lui, et est désireuse de lui permettre d’exploiter son potentiel au maximum, comme Imsin l’a fait pour elle. Elle apprécie particulièrement les prouesses inédites qu’il peut accomplir grâce à l’alliage subtil de sa magie, et de ses compétences.
</div></td></tr><tr><td><img src="http://67.media.tumblr.com/2cf000ebf1ca79ff4926208c7812bd60/tumblr_inline_nb5q6fM6971sk47ji.jpg" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Anselme l'Heur</b> • <i>Aiden Gillen</i></div><div class="PV_lien">Majda se retrouve en Anselme, de par leur parcours similaire, et leurs caractères qui le sont tout autant. Il est quelque peu extrême pour elle, dans sa dévotion à Lida et Sithis, et les difficultés qu’il a à décrocher de ses fonctions, mais cela lui importe peu. En tant que collègue, il est efficace, et en temps qu’ami, il s’avère très fiable. Elle ne peut guère se targuer d’avoir percé sa carapace et de le voir des plus naturels, mais elle sait qu’ils s’entendent bien, et qu’il abandonne un peu – très légèrement – cette obsession pour le contrôle qui est sienne, en sa présence. Ou presque.</div></td></tr><tr><td><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/943099EreborIcon1.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Famille d'Erebor</b> • <i>Aiysha Hart, Freida Pinto, Santiago Cabrera</i></div><div class="PV_lien">Majda veut leur perte, et récupérer la place qui lui revient de droit. Elle n’aura de cesse de voir écartés de la succession le Duc, sa Sultane et sa Princesse, pour rétablir quelqu’un de plus méritant. Si elle aurait pu désirer être princesse, auparavant, ça n’est plus réellement le cas. Sa rancune est vivace toutefois : elle en veut terriblement à Anthim d’être duc à la place de Mahir mort-né, à Alméïde d’avoir un frère en vie ; et à Sitara d’avoir donné la vie à un prince qui perpétuera la tradition.</div></td></tr></table>
</div></center>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Test de rang
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 20/11/2016

Feuille de personnage
je réside:
J'ai fait allégeance à:
Test de rang
Message Sujet: Re: ♜ Lorgol - Les Mille Tours   Jeu 24 Nov - 16:34



PV proposé par (Aura·)

Gauthier
Coeurbois

ft. Richard Armitage

« Gloire à toi, ô Lida, ma Sombre Mère. »

fidèle - impulsif - rancunier - loyal - inquiet - charmeur - appliqué - sérieux



© elf
Gauthier a une grande tendresse pour sa sœur, Gisèle et chaque jeune fille effarouchée qui croise sa route la lui rappelle. Il se montre donc généralement protecteur envers ces demoiselles et se trouve fort satisfait de n'avoir jamais eu de contrat à leur encontre.



© monkey
Âge : 42 ans
Date et lieu de naissance : 11 avril 959, quelque part sur les chemins, en Cibella
Statut/profession : Assassin, Aspect du Poison
Allégeance : La Confrérie Noire


Gauthier est une belle âme. Né sur les chemins de la Volte par une journée de printemps fraîche mais lumineuse, fils d’une famille modeste mais pétrie de principes et d’honneur, il a grandi dans le respect des valeurs traditionnelles et croit fermement dans la parole donnée. Plus jeune, il espérait fermement développer des talents magiques ; mais la vie en a décidé autrement. Résolument non-mage, il se tourna vers le divin et accorda son attention au panthéon d’Arven, s’orientant petit à petit vers une profession d’apothicaire, comme son père avant lui.

C’est la mort brutale de ce père tant aimé qui fit basculer Gauthier, l’année de ses vingt-six ans. Toujours aussi droit, toujours aussi noble de caractère, il a juré le trépas des malandrins qui ont abattu Anselme Coeurbois, terrifiant au passage la mère de famille qui succomba du choc peu après, et déshonoré la cadette de la famille, la petite Gisèle, à peine âgée de quatorze printemps, qui ne s’en remit jamais vraiment non plus. Laissant sa sœur aux bons soins de leurs cousins, Gauthier jura allégeance à Sithis, le Dieu sans Visage, et à la Sombre Mère dont il est le consort, se vouant tout entier au service de la Confrérie Noire si la déesse lui accordait le trépas des criminels.

La Sombre Mère l’accorda. En paiement de sa requête, Gauthier offrait sa vie de service : et la Sombre Mère ne refuse jamais un enfant aussi sincère et dévoué. Gauthier se spécialisa dans le poison, très au fait des substances intéressantes de par son ancienne profession. De jour, il est officiellement apothicaire de la garde civile de Lorgol, ce qui lui offre une couverture parfaite, ainsi que l’accès à des substances intéressantes. Aujourd’hui très apprécié de ses pairs, il vit à Lorgol et tente de venir en aide aux Écoutants depuis que l’Oracle a succombé. Il espère que la Sombre Mère va rapidement en désigner un nouveau : la Confrérie a besoin d’un guide et Gauthier se sent un peu démuni, sans consignes à exécuter.

Il en profite pour voyager un peu plus qu’à l’accoutumée et rend visite à sa famille en Cibella : le chaos qui agite Faërie l’inquiète un peu et il envisage d’installer Gisèle toujours célibataire à Lorgol près de lui, afin de pouvoir mieux veiller sur elle : fragile et angoissée, la jeune femme est en effet peu autonome et ne survivrait pas à un nouveau choc émotionnel si une révolution devait saisir Faërie.

[Note du staff : Gisèle n’existe pas en PV. Pleine liberté est donnée à qui jouera Gauthier de la créer en scénario, ainsi que d’ajouter des membres à la fratrie au besoin !]

Pendant le livre I : Il avait vu juste, Gauthier : une révolution a bien saisi Faërie, et la prise de pouvoir de Gustave a secoué l’empire de la Magie. Il le cache de son mieux à sa soeur, pourtant, voulant lui éviter un nouveau choc émotionnel. Lui n’a pas de grief envers le nouvel empereur et son soutient à l’Ordre du Jugement, même s’il aurait préféré une transition bien plus douce.




Jamal BasirPedro Pascal
Jamal s'entend bien avec les Assassins. Une part de lui est fascinée par l'idée de détenir l'ultime pouvoir de vie et de mort sur un autre être humain – mais il n'a jamais songé à rejoindre leurs rangs, préférant l'art subtil des potions. Il a rencontré Gauthier lorsque l'assassin s'est rendu à Roc-Épine afin d'obtenir une bonne réserve de philtres de Mortessence, pour neutraliser les capacités des mages désignés comme cibles. Lui-même adepte du poison, Gauthier repart toujours de ses visites avec quelques bons conseils que Jamal, ravi de l'attention qui lui est portée, lui prodigue de bonne grâce.
Siméane AdelpheIndira Varma
Ils se sont connus à Lorgol, pendant les années d’études de Siméane, lorsqu’une bande d’assassins menaçants la kidnappa dans la taverne où elle avait logement pour l’amener à la Tour Noire et lui faire soigner Gauthier, sévèrement blessé. Siméane obtempéra sans poser de questions, sans demander paiement, préoccupée par la gravité des blessures ; et une fois rétabli, Gauthier s’assura qu’elle était généreusement dédommagée de ses efforts. La Confrérie a fait régulièrement appel à elle par la suite, même à présent qu’elle officie à Ibelin ; et en contrepartie, ils s’assurent qu’elle est toujours en sécurité.
Gabrielle de la VolteLily James
C’est sur les chemins de la Volte que Gauthier a vu le jour, et il en garde une certaine nostalgie. De temps à autre, il s’y rend pour reprendre contact avec l’air baigné de chaleur de Cibella, s’imprégner des odeurs du blé et des champs. C’est là qu’il est venu au secours d’une petite mage prise à parti par des malandrins de grand chemin – la petite mage malmenée, c’était Gabrielle, et depuis, elle voue une profonde reconnaissance et une grande admiration à cet homme sévère et taciturne, qui se trouve bien gêné de tant de gratitude. Elle ne sait pas qu’il est assassin, et il ne compte pas le lui dire.
Ambroise de la LandeSam Heughan
Ambroise est un homme arrogant, et a eu envers Gisèle, la sœur de Gauthier, un geste un peu entreprenant lors d’un voyage en Cibella. L’assassin n’était pas présent, mais Gisèle le lui a raconté, bouleversée bien qu’Ambroise ne l’ait pas touchée. Gauthier en garde à Ambroise une tenace rancœur, et s’applique depuis à saboter toutes les relations sentimentales qu’Ambroise tente de nouer, déterminé à empêcher le mage d’importuner une autre femme. Ambroise ne comprend pas d’où provient l’animosité de Gauthier qui lui semble être un membre de la garde de Lorgol comme les autres, mais commence à se lasser de ces péripéties.



Code:
<center><div class="PV_background">
<table><tr><td width="50%"><div class="PV_infos1">
<div class="PV_petitext">PV proposé par (Aura·)</div>
<div class="PV_prenom">Gauthier</div><div class="PV_nom">Coeurbois</div>
<div class="PV_star">ft. Richard Armitage</div>
<div class="PV_petitext">« Gloire à toi, ô Lida, ma Sombre Mère. »</div>
<div class="PV_caractere">fidèle - impulsif - rancunier - loyal - inquiet - charmeur - appliqué - sérieux</div>
</div></td><td width="50%"><img src="http://www.zupimages.net/up/15/03/2bns.png" class="PV_libre"/><br />
<div class="PV_petitext">© elf</div></td></tr></table><div class="PV_petitext"><blockquote>Gauthier a une grande tendresse pour sa sœur, Gisèle et chaque jeune fille effarouchée qui croise sa route la lui rappelle. Il se montre donc généralement protecteur envers ces demoiselles et se trouve fort satisfait de n'avoir jamais eu de contrat à leur encontre.</blockquote></div>
<div class="PV_sep"></div>
<div class="PV_infos"><table><tr><td><img src="http://i68.tinypic.com/j62w6g.jpg" class="PV_iconleft" />
<div class="PV_petitext">© monkey</div></td><td>[b]Âge :[/b] 42 ans
[b]Date et lieu de naissance :[/b] 11 avril 959, quelque part sur les chemins, en Cibella
[b]Statut/profession :[/b] Assassin, Aspect du Poison
[b]Allégeance :[/b] La Confrérie Noire
</td></tr></table></div>
<center><div class="PV_sep"></div></center>
<div class="PV_histoire">Gauthier est une belle âme. Né sur les chemins de la Volte par une journée de printemps fraîche mais lumineuse, fils d’une famille modeste mais pétrie de principes et d’honneur, il a grandi dans le respect des valeurs traditionnelles et croit fermement dans la parole donnée. Plus jeune, il espérait fermement développer des talents magiques ; mais la vie en a décidé autrement. Résolument non-mage, il se tourna vers le divin et accorda son attention au panthéon d’Arven, s’orientant petit à petit vers une profession d’apothicaire, comme son père avant lui.

C’est la mort brutale de ce père tant aimé qui fit basculer Gauthier, l’année de ses vingt-six ans. Toujours aussi droit, toujours aussi noble de caractère, il a juré le trépas des malandrins qui ont abattu Anselme Coeurbois, terrifiant au passage la mère de famille qui succomba du choc peu après, et déshonoré la cadette de la famille, la petite Gisèle, à peine âgée de quatorze printemps, qui ne s’en remit jamais vraiment non plus. Laissant sa sœur aux bons soins de leurs cousins, Gauthier jura allégeance à Sithis, le Dieu sans Visage, et à la Sombre Mère dont il est le consort, se vouant tout entier au service de la Confrérie Noire si la déesse lui accordait le trépas des criminels.

La Sombre Mère l’accorda. En paiement de sa requête, Gauthier offrait sa vie de service : et la Sombre Mère ne refuse jamais un enfant aussi sincère et dévoué. Gauthier se spécialisa dans le poison, très au fait des substances intéressantes de par son ancienne profession. De jour, il est officiellement apothicaire de la garde civile de Lorgol, ce qui lui offre une couverture parfaite, ainsi que l’accès à des substances intéressantes. Aujourd’hui très apprécié de ses pairs, il vit à Lorgol et tente de venir en aide aux Écoutants depuis que l’Oracle a succombé. Il espère que la Sombre Mère va rapidement en désigner un nouveau : la Confrérie a besoin d’un guide et Gauthier se sent un peu démuni, sans consignes à exécuter.

Il en profite pour voyager un peu plus qu’à l’accoutumée et rend visite à sa famille en Cibella : le chaos qui agite Faërie l’inquiète un peu et il envisage d’installer Gisèle toujours célibataire à Lorgol près de lui, afin de pouvoir mieux veiller sur elle : fragile et angoissée, la jeune femme est en effet peu autonome et ne survivrait pas à un nouveau choc émotionnel si une révolution devait saisir Faërie.

[i][[u]Note du staff[/u] : Gisèle n’existe pas en PV. Pleine liberté est donnée à qui jouera Gauthier de la créer en scénario, ainsi que d’ajouter des membres à la fratrie au besoin !][/i]

♦ [b]Pendant le livre I :[/b] [i] Il avait vu juste, Gauthier : une révolution a bien saisi Faërie, et la prise de pouvoir de Gustave a secoué l’empire de la Magie. Il le cache de son mieux à sa soeur, pourtant, voulant lui éviter un nouveau choc émotionnel. Lui n’a pas de grief envers le nouvel empereur et son soutient à l’Ordre du Jugement, même s’il aurait préféré une transition bien plus douce.[/i]</div>


<center><div class="PV_sep"></div></center>
<table><tr><td  valign="top"><img src="http://67.media.tumblr.com/a66c39358f78d7c0e673a10f2fc5e7d5/tumblr_inline_n8r2fnRklL1sg2tvl.jpg" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Jamal Basir</b> • <i>Pedro Pascal</i></div><div class="PV_lien">Jamal s'entend bien avec les Assassins. Une part de lui est fascinée par l'idée de détenir l'ultime pouvoir de vie et de mort sur un autre être humain – mais il n'a jamais songé à rejoindre leurs rangs, préférant l'art subtil des potions. Il a rencontré Gauthier lorsque l'assassin s'est rendu à Roc-Épine afin d'obtenir une bonne réserve de philtres de Mortessence, pour neutraliser les capacités des mages désignés comme cibles. Lui-même adepte du poison, Gauthier repart toujours de ses visites avec quelques bons conseils que Jamal, ravi de l'attention qui lui est portée, lui prodigue de bonne grâce.</div></td></tr><tr><td><img src="http://illiweb.com/fa/pbucket.gif" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Siméane Adelphe</b> • <i>Indira Varma</i></div><div class="PV_lien">Ils se sont connus à Lorgol, pendant les années d’études de Siméane, lorsqu’une bande d’assassins menaçants la kidnappa dans la taverne où elle avait logement pour l’amener à la Tour Noire et lui faire soigner Gauthier, sévèrement blessé. Siméane obtempéra sans poser de questions, sans demander paiement, préoccupée par la gravité des blessures ; et une fois rétabli, Gauthier s’assura qu’elle était généreusement dédommagée de ses efforts. La Confrérie a fait régulièrement appel à elle par la suite, même à présent qu’elle officie à Ibelin ; et en contrepartie, ils s’assurent qu’elle est toujours en sécurité.
</div></td></tr><tr><td><img src="http://img4.hostingpics.net/pics/411820LilyjIc6.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Gabrielle de la Volte</b> • <i>Lily James</i></div><div class="PV_lien">C’est sur les chemins de la Volte que Gauthier a vu le jour, et il en garde une certaine nostalgie. De temps à autre, il s’y rend pour reprendre contact avec l’air baigné de chaleur de Cibella, s’imprégner des odeurs du blé et des champs. C’est là qu’il est venu au secours d’une petite mage prise à parti par des malandrins de grand chemin – la petite mage malmenée, c’était Gabrielle, et depuis, elle voue une profonde reconnaissance et une grande admiration à cet homme sévère et taciturne, qui se trouve bien gêné de tant de gratitude. Elle ne sait pas qu’il est assassin, et il ne compte pas le lui dire.</div></td></tr><tr><td><img src="http://33.media.tumblr.com/af5dbaef2dacdd2cc3354ec165c76a35/tumblr_inline_ngefozVlkJ1rnfnxc.jpg" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Ambroise de la Lande</b> • <i>Sam Heughan</i></div><div class="PV_lien">Ambroise est un homme arrogant, et a eu envers Gisèle, la sœur de Gauthier, un geste un peu entreprenant lors d’un voyage en Cibella. L’assassin n’était pas présent, mais Gisèle le lui a raconté, bouleversée bien qu’Ambroise ne l’ait pas touchée. Gauthier en garde à Ambroise une tenace rancœur, et s’applique depuis à saboter toutes les relations sentimentales qu’Ambroise tente de nouer, déterminé à empêcher le mage d’importuner une autre femme. Ambroise ne comprend pas d’où provient l’animosité de Gauthier qui lui semble être un membre de la garde de Lorgol comme les autres, mais commence à se lasser de ces péripéties.</div></td></tr></table>
</div></center>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Test de rang
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 20/11/2016

Feuille de personnage
je réside:
J'ai fait allégeance à:
Test de rang
Message Sujet: Re: ♜ Lorgol - Les Mille Tours   Jeu 24 Nov - 16:39



PV proposé par (Panteraa)

Guy
Vermeil

ft. Harry Lloyd

« Tu as la liberté de choisir... ce que j'ai décidé pour toi. »

susceptible - immature - studieux - perfectionniste - rancunier - extrême - indépendant - ambitieux



© Insuline
Il a le rhume des foins. Ce qui pour un Lagran est sensiblement mal venu et problématique. Heureusement, Guy n’est pas né sur les terres les plus fleuries du duché et Lorgol n’est pas réputée pour voir pousser beaucoup de fleurs. Mais bon sang, ce que c’est agaçant, lorsque le printemps arrive, de se mettre à éternuer sans discontinuer l’espace de plusieurs minutes. C’est qu’il en est venu à détester les fleurs ce petit !



© gentle heart
Âge : 24 ans
Date et lieu de naissance : 22 octobre 977, sur les terres des marais de Mandragore, en Lagrance.
Statut/profession : Assassin du Choix, mage de l’Automne (suggestion)
Allégeance : La Confrérie Noire


C’est dans les marais de Mandragore que Guy a vu le jour, loin des beaux jardins chatoyants et colorés de Lagrance. Fils d’une famille de roturier, il a toujours envié avec avidité la noblesse et jalousé celle-ci, mais fut pourtant choyé tel un prince et s’est rarement vu refuser des caprices. Pas peu fier de la magie coulant dans ses veines, il a rapidement voulu quitté la maison familiale pour se rendre à l’Académie. Il n’avait que quinze ans et n’en a jamais regretté son choix, même si ça l’a obligé à couper les ponts avec sa famille. En effet, celle-ci préférait le voir choisir le métier qui était le leur : domestique dans la noble maison des Sombretourbe. Un destin qui ne convenait guère au jeune garçon qui claqua la porte au sien en volant une part de leur argent et disparu à Lorgol.

Entamant avec succès un premier cursus à l’Académie de magie, il se mit dans l’idée de devenir chevaucheur après sa rencontre avec Diane de la Fère. Certain de sa réussite, de ses talents et de sa valeur, il se présenta devant les dragons avant de tomber de haut. Aucun ne voulu de lui. Quelles ne furent pas sa colère et sa honte ! C’est à cette époque là que s’éveillèrent ses premiers travers : furieux de cet échec, il tua des gens. Il s’avéra que son plaisir se trouvait là. Et la Confrérie ne tarda pas à le contacter.

Se vouant à celle-ci sans hésiter, y voyant là une manière d’exacerber ses plaisirs, il devint l’apprenti de l’Ecoutante du Choix, Majda. Sa magie, devenu un gros avantage qui lui sert dans l’exercice de son art. Mais c’est son esprit et ses prouesses font de lui un assassin au potentiel énorme. Si son caractère extrême lui joue malgré tout des tours dans sa réussite, il devint néanmoins un élève brillant et un pratiquant assidu. Peut être trop. Il aime a inciter les gens, changer leur raisonnement, modifiant leur comportement habituel pour coller à ce lui souhaite imposer. Il ne force jamais, mais s’arrange toujours pour ne leur laisser qu’une seule possibilité à sa victime. Le choix vient d’eux.

Ambitieux et envieux, il n’abandonne toujours pas l’idée de devenir un jour noble, grâce au mariage notamment. Une possibilité qu’il a longtemps envisagé et presque mit à exécution en manipulant une demoiselle de bonne famille grâce à la magie. Son seul désir de liberté et ses activités peu recommandable qu’il apprécie tant l’on convaincu de ne pas encore se marier.

Pendant le livre I : Il n’éprouve que peu d’intérêt pour le sort de Faërie. Après tout, pour le moment, il se plaît dans ce qu’il fait, alors pourquoi penser à autre chose ? Même s’il n’a pas abandonné l’idée de se marier à une jeune fille de bonne famille, il attend pourtant que les choses se calment un peu, dans les deux Empires.




Majda EsadjJessica Parker Kennedy
Guy est le second apprenti de Majda. Elle apprécie le jeune homme très prometteur, même si elle a quelques réserves, en ce qui concerne son caractère parfois extrême. Elle s’entend malgré tout bien avec lui, et est désireuse de lui permettre d’exploiter son potentiel au maximum, comme Imsin l’a fait pour elle. Elle apprécie particulièrement les prouesses inédites qu’il peut accomplir grâce à l’alliage subtil de sa magie, et de ses compétences.
Aubrée MartelDakota Fanning
Aubrée n'apprécie assurément pas l'assassin. Il a une attitude qui lui glace les sangs, et elle n'apprécie pas ses opinions qui sont à ses yeux excessives. Lui s'amuse du fait que la Belliférienne s'offusque, et tente de la pousser dans ses retranchements, pour la faire enrager bien plus encore. Il a même envie, parfois, de la pousser totalement à bout grâce à sa magie de l'Automne en influençant ses actions.
Diane de la FèreCate Blanchett
Un modèle. Voilà ce qu’était Diane pour Guy. C’est elle qui l’a inspiré à devenir chevaucheur et pourtant, avec l’échec cuisant qu’il a rencontré, il l’estime aussi très puérilement responsable de sa défaite. De son côté, Diane reconnaissait en ce jeune homme bien des qualités, mais ne l’a jamais vu comme susceptible de devenir un jour chevaucheur. Elle l’avait perçu avant qu’il ne fasse sa demande, mais n’a rien dit, aussi ne fut-elle pas surprise de le voir repartir bredouille de Val-Dragon.
Iris SombreroseHayley Atwell
S’ils se sont déjà croisés plusieurs fois à l’Académie, Iris ne s’est jamais particulièrement intéressée au petit et capricieux Guy, même si leurs origines sont semblables. Mais il a changé ce jeune homme, il est plus extrême et plus caractériel, et la métamorphose de son caractère pousse la jeune femme à se questionner sur de tels changements… Pourtant, ceux-ci les ont aidé à se rapprocher contre toute attente, faisant naître de nouvelles pensées chez la jeune femme. Elle n’a pas grand intérêt pour Guy, mais il l’apprécie quand même et l’encourage à s’épanouir malgré sa cécité.



Code:
<center><div class="PV_background">
<table><tr><td width="50%"><div class="PV_infos1">
<div class="PV_petitext">PV proposé par (Panteraa)</div>
<div class="PV_prenom">Guy</div><div class="PV_nom">Vermeil</div>
<div class="PV_star">ft. Harry Lloyd</div>
<div class="PV_petitext">« Tu as la liberté de choisir... ce que j'ai décidé pour toi. »</div>
<div class="PV_caractere">susceptible - immature - studieux - perfectionniste - rancunier - extrême - indépendant - ambitieux </div>
</div></td><td width="50%"><img src="http://img15.hostingpics.net/pics/167414HarryLLOYD9.jpg" class="PV_libre"/><br />
<div class="PV_petitext">© Insuline</div></td></tr></table><div class="PV_petitext"><blockquote>Il a le rhume des foins. Ce qui pour un Lagran est sensiblement mal venu et problématique. Heureusement, Guy n’est pas né sur les terres les plus fleuries du duché et Lorgol n’est pas réputée pour voir pousser beaucoup de fleurs. Mais bon sang, ce que c’est agaçant, lorsque le printemps arrive, de se mettre à éternuer sans discontinuer l’espace de plusieurs minutes. C’est qu’il en est venu à détester les fleurs ce petit !</blockquote></div>
<div class="PV_sep"></div>
<div class="PV_infos"><table><tr><td><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/748433HarryIc3.png" class="PV_iconleft" />
<div class="PV_petitext">© gentle heart</div></td><td>[b]Âge :[/b] 24 ans
[b]Date et lieu de naissance :[/b] 22 octobre 977, sur les terres des marais de Mandragore, en Lagrance.
[b]Statut/profession :[/b] Assassin du Choix, mage de l’Automne (suggestion)
[b]Allégeance :[/b] La Confrérie Noire
</td></tr></table></div>
<center><div class="PV_sep"></div></center>
<div class="PV_histoire">C’est dans les marais de Mandragore que Guy a vu le jour, loin des beaux jardins chatoyants et colorés de Lagrance. Fils d’une famille de roturier, il a toujours envié avec avidité la noblesse et jalousé celle-ci, mais fut pourtant choyé tel un prince et s’est rarement vu refuser des caprices. Pas peu fier de la magie coulant dans ses veines, il a rapidement voulu quitté la maison familiale pour se rendre à l’Académie. Il n’avait que quinze ans et n’en a jamais regretté son choix, même si ça l’a obligé à couper les ponts avec sa famille. En effet, celle-ci préférait le voir choisir le métier qui était le leur : domestique dans la noble maison des Sombretourbe. Un destin qui ne convenait guère au jeune garçon qui claqua la porte au sien en volant une part de leur argent et disparu à Lorgol.

Entamant avec succès un premier cursus à l’Académie de magie, il se mit dans l’idée de devenir chevaucheur après sa rencontre avec Diane de la Fère. Certain de sa réussite, de ses talents et de sa valeur, il se présenta devant les dragons avant de tomber de haut. Aucun ne voulu de lui. Quelles ne furent pas sa colère et sa honte ! C’est à cette époque là que s’éveillèrent ses premiers travers : furieux de cet échec, il tua des gens. Il s’avéra que son plaisir se trouvait là. Et la Confrérie ne tarda pas à le contacter.

Se vouant à celle-ci sans hésiter, y voyant là une manière d’exacerber ses plaisirs, il devint l’apprenti de l’Ecoutante du Choix, Majda. Sa magie, devenu un gros avantage qui lui sert dans l’exercice de son art. Mais c’est son esprit et ses prouesses font de lui un assassin au potentiel énorme. Si son caractère extrême lui joue malgré tout des tours dans sa réussite, il devint néanmoins un élève brillant et un pratiquant assidu. Peut être trop. Il aime a inciter les gens, changer leur raisonnement, modifiant leur comportement habituel pour coller à ce lui souhaite imposer. Il ne force jamais, mais s’arrange toujours pour ne leur laisser qu’une seule possibilité à sa victime. Le choix vient d’eux.

Ambitieux et envieux, il n’abandonne toujours pas l’idée de devenir un jour noble, grâce au mariage notamment. Une possibilité qu’il a longtemps envisagé et presque mit à exécution en manipulant une demoiselle de bonne famille grâce à la magie. Son seul désir de liberté et ses activités peu recommandable qu’il apprécie tant l’on convaincu de ne pas encore se marier.

♦ [b]Pendant le livre I :[/b] [i] Il n’éprouve que peu d’intérêt pour le sort de Faërie. Après tout, pour le moment, il se plaît dans ce qu’il fait, alors pourquoi penser à autre chose ? Même s’il n’a pas abandonné l’idée de se marier à une jeune fille de bonne famille, il attend pourtant que les choses se calment un peu, dans les deux Empires.[/i]</div>


<center><div class="PV_sep"></div></center>
<table><tr><td  valign="top"><img src="http://i62.tinypic.com/alrfjr.jpg" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Majda Esadj</b> • <i>Jessica Parker Kennedy</i></div><div class="PV_lien">Guy est le second apprenti de Majda. Elle apprécie le jeune homme très prometteur, même si elle a quelques réserves, en ce qui concerne son caractère parfois extrême. Elle s’entend malgré tout bien avec lui, et est désireuse de lui permettre d’exploiter son potentiel au maximum, comme Imsin l’a fait pour elle. Elle apprécie particulièrement les prouesses inédites qu’il peut accomplir grâce à l’alliage subtil de sa magie, et de ses compétences.</div></td></tr><tr><td><img src="http://i56.tinypic.com/2wp3tr5.jpg" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Aubrée Martel</b> • <i>Dakota Fanning</i></div><div class="PV_lien">Aubrée n'apprécie assurément pas l'assassin. Il a une attitude qui lui glace les sangs, et elle n'apprécie pas ses opinions qui sont à ses yeux excessives. Lui s'amuse du fait que la Belliférienne s'offusque, et tente de la pousser dans ses retranchements, pour la faire enrager bien plus encore. Il a même envie, parfois, de la pousser totalement à bout grâce à sa magie de l'Automne en influençant ses actions.
</div></td></tr><tr><td><img src="http://33.media.tumblr.com/ddc785431dbb8da68cf04fcaeb9a64de/tumblr_inline_n7lpeocGDi1rooebp.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Diane de la Fère</b> • <i>Cate Blanchett</i></div><div class="PV_lien">Un modèle. Voilà ce qu’était Diane pour Guy. C’est elle qui l’a inspiré à devenir chevaucheur et pourtant, avec l’échec cuisant qu’il a rencontré, il l’estime aussi très puérilement responsable de sa défaite. De son côté, Diane reconnaissait en ce jeune homme bien des qualités, mais ne l’a jamais vu comme susceptible de devenir un jour chevaucheur. Elle l’avait perçu avant qu’il ne fasse sa demande, mais n’a rien dit, aussi ne fut-elle pas surprise de le voir repartir bredouille de Val-Dragon.</div></td></tr><tr><td><img src="http://img15.hostingpics.net/pics/906418HayleyAtwellinAnyHumanHeart35.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Iris Sombrerose</b> • <i>Hayley Atwell</i></div><div class="PV_lien">S’ils se sont déjà croisés plusieurs fois à l’Académie, Iris ne s’est jamais particulièrement intéressée au petit et capricieux Guy, même si leurs origines sont semblables. Mais il a changé ce jeune homme, il est plus extrême et plus caractériel, et la métamorphose de son caractère pousse la jeune femme à se questionner sur de tels changements… Pourtant, ceux-ci les ont aidé à se rapprocher contre toute attente, faisant naître de nouvelles pensées chez la jeune femme. Elle n’a pas grand intérêt pour Guy, mais il l’apprécie quand même et l’encourage à s’épanouir malgré sa cécité.</div></td></tr></table>
</div></center>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Test de rang
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 20/11/2016

Feuille de personnage
je réside:
J'ai fait allégeance à:
Test de rang
Message Sujet: Re: ♜ Lorgol - Les Mille Tours   Jeu 24 Nov - 16:48



PV proposé par (Elnaie)

Aubrée
Martel

ft. Dakota Fanning

« Mère, apprends-moi à vivre libre. »

affirmée - obsessive - franche - excessive - courageuse - bornée - téméraire - irréfléchie



© xMcFlurry
Sachant que des rumeurs couraient sur son futur enlèvement et ses épousailles, Aubrée a écrit à sa mère qu'elle n'a presque jamais connue et dont elle n'a aucun souvenir, pour lui demander de la préserver de cette coutume barbare.



© Sugar Slaughter
Âge : 18 ans
Date et lieu de naissance : 15 juin 982, à Brumecor (Bellifère)
Statut/profession : Future assassin, Aspect de la Lame
Allégeance : En premier lieu à sa mère, en secret, puis à la Confrérie Noire


Deuxième née d'une fratrie de quatre, Aubrée n'a jamais connu que la brutalité verbale de son père, qui les associaient elle et sa sœur à leur mère en fuite, et entendait bien leur sortir de la tête toute velléité de liberté que ne méritait aucune femme.
Les coups, ses frères les prenaient pour elles, et rarement a-t-elle agi pour qu'il en soit autrement. À leurs yeux, cela ne ferait d'eux que de bons Bellifériens, même s'ils agissaient pour protéger les sœurs.
Aubrée aurait voulu se montrer reconnaissante, mais la situation l'excédait, et elle aurait voulu que ses frères comprennent qu'il ne devait pas en être ainsi. Sans être indifférente quant à eux, elle n'en est pas bien proche. Elle l'est plus de sa petite sœur, qui a bien besoin qu'on lui ouvre les yeux.
Elle n'a jamais quitté Brumecor, jusqu'à ce que leur mère qu'elle ne connaissait pas vienne les chercher, Agathe et elle, à sa demande et dans le secret. Elle idéalise sa mère, et aimerait davantage lui ressembler. Elle est très reconnaissante d'avoir répondu à son appel au secours.
Accueillie sur l'Audacia début janvier 1001, navire sur lequel Freyja, une amie de sa mère, est seconde, bien que perturbée par leur mode de vie si... inhabituel, Aubrée est comblée de voir qu'il y a plus que l'attitude des hommes de sa contrée à connaître, et est désireuse de tout découvrir.
Elle est ravie de mettre pied en Sombreciel en février, bien déterminée à connaître toutes ces nouvelles choses qui se présentent à elle, aussi longtemps qu'elle y restera.
Début juin 1001, elle a été acheminée à Lorgol et présentée à Ljöta d'Elvakyr, par le biais de Mélisende de Séverac, pour suivre un apprentissage d’assassin à ses côtés, au sein de la Confrérie Noire.

Pendant le livre I : Elle apprend, Aubrée, en suivant Ljöta. Elle a appris comment tuer, elle a appris comment passer inaperçu. Elle a également tremblé pour sa mère dans le Colisée de Hacheclair, ce qui a contribué à les rapprocher un peu plus.




Famille MartelLena Headey, Dakota & Elle Fanning
Aubrée a longtemps blâmé sa mère, avant de comprendre, à l'aube de son propre enlèvement, ce qui a pu la motiver. Elle ressent encore un peu de rancœur, mais elle est surtout heureuse qu'elle soit venue les secourir, à Agathe et elle. Et elle espère, de manière un peu enfantine, qu'elles vont ainsi pouvoir apprendre à se connaître. Grâce ne demande pas mieux. Elle n'est pas très proche de sa sœur et encore moins de ses frères, excédée que ceux-ci soient si bellifériens.
Ljöta d'ElvakyrKatheryn Winnick
Jamais encore Ljöta n’avait formé d’aspirant. Arrivée jeune au sein de la Confrérie, c’est en se vouant à Lida, la Sombre Mère, qu’elle a été entendue et recrutée ; pour Aubrée, c’est bien plus complexe. Pas de vocation d’assassin, pas de meurtre commis encore : juste le besoin terrible de protection d’une jeune femme soumise à la volonté des hommes de sa famille et en quête d’un refuge, et d’une place dans le monde. C’est par Mélisende de Séverac que celle que tous connaissent comme Lia, Écoutante de la Lame, a eu connaissance de la détresse de la petite Belliférienne. C’est en toute bonne foi qu’elle s’est proposée comme instructrice : la petite semblait plus attirée par la Lame que par les autres aspects, et il est temps que l’Écoutante transmette à son tour ce qu’on lui a appris. Aubrée ne se doute absolument pas qu’elle est passée sous la tutelle de la princesse de Valkyrion, et cela convient très bien à Ljöta, qui forge ainsi avec elle un lien bien plus sincère.
Castiel de SombreflammeBen Barnes
Le frère de Melsant a accepté de vous héberger quelques mois, a déclaré Grâce à ses filles, lors de leur séjour sur l'Audacia. Sans leur révéler, néanmoins, que le frère de Melsant se révèle à être le duc de Sombreciel lui-même. Charmeur et décadent, réputé pour ses excès, Castiel a accueilli les filles Martel au sein de son palais et s'est fait un plaisir de leur faire découvrir la vie à la cielsombroise. Là où sa sœur a été plus peureuse, Aubrée a pris plaisir aux activités proposées et s'est mêlée -avec une certaine réserve- à la foule disparate. Comment ne pas être fasciné par ces citoyens si différents de ceux de son duché ? Quant au duc, qu'elle a fréquenté de près, il est de ces spécimens étranges qui attisent la curiosité. Elle est plus volontaire, plus affirmée, la Aubrée, et malgré les réprimandes de son conseiller, Castiel n'a pu retenir quelques accents de charme en la compagnie de la roturière. L'a-t-elle remarqué ? À peine, sous une remarque un peu effrayée de sa sœur. Y a-t-elle pris du plaisir ? Oh, pour sûr, ça n'a rien des enlèvements cérémonieux et brutaux des Bellifériens... et ça ne lui déplaît pas, de se sentir un peu jolie et pas uniquement une dot à marier. Ça n'a rien de sérieux, n'est-ce pas ?
Lubie l'AvenanteEmilia Clarke
L’apprentie assassin n’a pas échappé aux yeux perçants de la mendiante. Elle sait exactement quand elle a rejoint Lorgol, et qu’elle a passé plusieurs mois à la décadente Cour de Sombreciel, cette belliférienne réservée mais curieuse de tout. Lubie la trouve charmante, et très à son goût. Elle limite ses attentions, se contenant d’un chant accentué quand elles se croisent, ou de glisser de manière ostentatoire une babiole jolie mais guère précieuse dans ses effets, lui adressant un sourire et ayant un mot gentil pour elle. Mais elle ne la laisse pas indifférente, si elle en croit la douce roseur de ses joues lorsqu’elles se voient, et son sourire qui en dit plus qu’elle ne le voudrait.
Guy VermeilHarry Lloyd
Aubrée n'apprécie assurément pas l'assassin. Il a une attitude qui lui glace les sangs, et elle n'apprécie pas ses opinions qui sont à ses yeux excessives. Lui s'amuse du fait que la Belliférienne s'offusque, et tente de la pousser dans ses retranchements, pour la faire enrager bien plus encore. Il a même envie, parfois, de la pousser totalement à bout grâce à sa magie de l'Automne en influençant ses actions.



Code:
<center><div class="PV_background">
<table><tr><td width="50%"><div class="PV_infos1">
<div class="PV_petitext">PV proposé par (Elnaie)</div>
<div class="PV_prenom">Aubrée</div><div class="PV_nom">Martel</div>
<div class="PV_star">ft. Dakota Fanning</div>
<div class="PV_petitext">« Mère, apprends-moi à vivre libre. »</div>
<div class="PV_caractere">affirmée - obsessive - franche - excessive - courageuse - bornée - téméraire - irréfléchie</div>
</div></td><td width="50%"><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/691771606402Sanstitre1040.png" class="PV_libre"/><br />
<div class="PV_petitext">© xMcFlurry</div></td></tr></table><div class="PV_petitext"><blockquote>Sachant que des rumeurs couraient sur son futur enlèvement et ses épousailles, Aubrée a écrit à sa mère qu'elle n'a presque jamais connue et dont elle n'a aucun souvenir, pour lui demander de la préserver de cette coutume barbare.</blockquote></div>
<div class="PV_sep"></div>
<div class="PV_infos"><table><tr><td><img src="http://i56.tinypic.com/2wp3tr5.jpg" class="PV_iconleft" />
<div class="PV_petitext">© Sugar Slaughter</div></td><td>[b]Âge :[/b] 18 ans
[b]Date et lieu de naissance :[/b] 15 juin 982, à Brumecor (Bellifère)
[b]Statut/profession :[/b] Future assassin, Aspect de la Lame
[b]Allégeance :[/b] En premier lieu à sa mère, en secret, puis à la Confrérie Noire
</td></tr></table></div>
<center><div class="PV_sep"></div></center>
<div class="PV_histoire">Deuxième née d'une fratrie de quatre, Aubrée n'a jamais connu que la brutalité verbale de son père, qui les associaient elle et sa sœur à leur mère en fuite, et entendait bien leur sortir de la tête toute velléité de liberté que ne méritait aucune femme.
Les coups, ses frères les prenaient pour elles, et rarement a-t-elle agi pour qu'il en soit autrement. À leurs yeux, cela ne ferait d'eux que de bons Bellifériens, même s'ils agissaient pour protéger les sœurs.
Aubrée aurait voulu se montrer reconnaissante, mais la situation l'excédait, et elle aurait voulu que ses frères comprennent qu'il ne devait pas en être ainsi. Sans être indifférente quant à eux, elle n'en est pas bien proche. Elle l'est plus de sa petite sœur, qui a bien besoin qu'on lui ouvre les yeux.
Elle n'a jamais quitté Brumecor, jusqu'à ce que leur mère qu'elle ne connaissait pas vienne les chercher, Agathe et elle, à sa demande et dans le secret. Elle idéalise sa mère, et aimerait davantage lui ressembler. Elle est très reconnaissante d'avoir répondu à son appel au secours.
Accueillie sur l'Audacia début janvier 1001, navire sur lequel Freyja, une amie de sa mère, est seconde, bien que perturbée par leur mode de vie si... inhabituel, Aubrée est comblée de voir qu'il y a plus que l'attitude des hommes de sa contrée à connaître, et est désireuse de tout découvrir.
Elle est ravie de mettre pied en Sombreciel en février, bien déterminée à connaître toutes ces nouvelles choses qui se présentent à elle, aussi longtemps qu'elle y restera.
Début juin 1001, elle a été acheminée à Lorgol et présentée à Ljöta d'Elvakyr, par le biais de Mélisende de Séverac, pour suivre un apprentissage d’assassin à ses côtés, au sein de la Confrérie Noire.

♦ [b]Pendant le livre I :[/b] [i] Elle apprend, Aubrée, en suivant Ljöta. Elle a appris comment tuer, elle a appris comment passer inaperçu. Elle a également tremblé pour sa mère dans le Colisée de Hacheclair, ce qui a contribué à les rapprocher un peu plus. [/i]</div>


<center><div class="PV_sep"></div></center>
<table><tr><td  valign="top"><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/717312MartelIcon1.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Famille Martel</b> • <i>Lena Headey, Dakota & Elle Fanning</i></div><div class="PV_lien">Aubrée a longtemps blâmé sa mère, avant de comprendre, à l'aube de son propre enlèvement, ce qui a pu la motiver. Elle ressent encore un peu de rancœur, mais elle est surtout heureuse qu'elle soit venue les secourir, à Agathe et elle. Et elle espère, de manière un peu enfantine, qu'elles vont ainsi pouvoir apprendre à se connaître. Grâce ne demande pas mieux. Elle n'est pas très proche de sa sœur et encore moins de ses frères, excédée que ceux-ci soient si [i]bellifériens[/i].</div></td></tr><tr><td><img src="http://i66.tinypic.com/262p6a8.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Ljöta d'Elvakyr</b> • <i>Katheryn Winnick</i></div><div class="PV_lien">Jamais encore Ljöta n’avait formé d’aspirant. Arrivée jeune au sein de la Confrérie, c’est en se vouant à Lida, la Sombre Mère, qu’elle a été entendue et recrutée ; pour Aubrée, c’est bien plus complexe. Pas de vocation d’assassin, pas de meurtre commis encore : juste le besoin terrible de protection d’une jeune femme soumise à la volonté des hommes de sa famille et en quête d’un refuge, et d’une place dans le monde. C’est par Mélisende de Séverac que celle que tous connaissent comme Lia, Écoutante de la Lame, a eu connaissance de la détresse de la petite Belliférienne. C’est en toute bonne foi qu’elle s’est proposée comme instructrice : la petite semblait plus attirée par la Lame que par les autres aspects, et il est temps que l’Écoutante transmette à son tour ce qu’on lui a appris. Aubrée ne se doute absolument pas qu’elle est passée sous la tutelle de la princesse de Valkyrion, et cela convient très bien à Ljöta, qui forge ainsi avec elle un lien bien plus sincère.
</div></td></tr><tr><td><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/573008icon69.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Castiel de Sombreflamme</b> • <i>Ben Barnes</i></div><div class="PV_lien">[i]Le frère de Melsant a accepté de vous héberger quelques mois[/i], a déclaré Grâce à ses filles, lors de leur séjour sur l'Audacia. Sans leur révéler, néanmoins, que le frère de Melsant se révèle à être le duc de Sombreciel lui-même. Charmeur et décadent, réputé pour ses excès, Castiel a accueilli les filles Martel au sein de son palais et s'est fait un plaisir de leur faire découvrir la vie à la cielsombroise. Là où sa sœur a été plus peureuse, Aubrée a pris plaisir aux activités proposées et s'est mêlée -avec une certaine réserve- à la foule disparate. Comment ne pas être fasciné par ces citoyens si différents de ceux de son duché ? Quant au duc, qu'elle a fréquenté de près, il est de ces spécimens étranges qui attisent la curiosité. Elle est plus volontaire, plus affirmée, la Aubrée, et malgré les réprimandes de son conseiller, Castiel n'a pu retenir quelques accents de charme en la compagnie de la roturière. L'a-t-elle remarqué ? À peine, sous une remarque un peu effrayée de sa sœur. Y a-t-elle pris du plaisir ? Oh, pour sûr, ça n'a rien des enlèvements cérémonieux et brutaux des Bellifériens... et ça ne lui déplaît pas, de se sentir un peu jolie et pas uniquement une dot à marier. Ça n'a rien de sérieux, n'est-ce pas ?</div></td></tr><tr><td><img src="http://image.noelshack.com/fichiers/2012/20/1337105271-dae7.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Lubie l'Avenante</b> • <i>Emilia Clarke</i></div><div class="PV_lien">L’apprentie assassin n’a pas échappé aux yeux perçants de la mendiante. Elle sait exactement quand elle a rejoint Lorgol, et qu’elle a passé plusieurs mois à la décadente Cour de Sombreciel, cette belliférienne réservée mais curieuse de tout. Lubie la trouve charmante, et très à son goût. Elle limite ses attentions, se contenant d’un chant accentué quand elles se croisent, ou de glisser de manière ostentatoire une babiole jolie mais guère précieuse dans ses effets, lui adressant un sourire et ayant un mot gentil pour elle. Mais elle ne la laisse pas indifférente, si elle en croit la douce roseur de ses joues lorsqu’elles se voient, et son sourire qui en dit plus qu’elle ne le voudrait.</div></td></tr><tr><td><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/748433HarryIc3.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Guy Vermeil</b> • <i>Harry Lloyd</i></div><div class="PV_lien">Aubrée n'apprécie assurément pas l'assassin. Il a une attitude qui lui glace les sangs, et elle n'apprécie pas ses opinions qui sont à ses yeux excessives. Lui s'amuse du fait que la Belliférienne s'offusque, et tente de la pousser dans ses retranchements, pour la faire enrager bien plus encore. Il a même envie, parfois, de la pousser totalement à bout grâce à sa magie de l'Automne en influençant ses actions.</div></td></tr></table>
</div></center>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Test de rang
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 20/11/2016

Feuille de personnage
je réside:
J'ai fait allégeance à:
Test de rang
Message Sujet: Re: ♜ Lorgol - Les Mille Tours   Jeu 24 Nov - 17:01



PV proposé par (Delrya)

Roland
Forgeclair

ft. Tom Burke

« Je n'ai pas honte de qui je suis. »

sérieux - impitoyable - secret - irascible - méfiant - loyal - généreux - perfectionniste



© Elf
Roland reste profondément blessé de la manière dont il a été traité en Valkyrion. Mais avec pudeur – et un reste de loyauté – il s'abstient généralement d'en parler, se contentant de dire qu'il ne porte pas la science dans son cœur.



© Unknown
Âge : 32 ans
Date et lieu de naissance : 12 juin 969, à Ibelin (Valkyrion)
Statut/profession : Membre de la Guilde des Guerriers ; mage du Printemps (Entrave)
Allégeance : À la Guilde uniquement


Chez les Forgeclair, on est forgeron. De père en fils, depuis des générations indénombrables. Les délicats alliages de Bellifère n’ont aucun secret pour les spécialistes de la famille, et l’excellence de leur réputation s’étend dans toute Ibélène. Ils sont, après tout, les premiers forgerons à avoir façonné le sylvacier, ce métal léger mais incroyablement résistant utilisé pour fabriquer les armures des Voltigeurs ! Depuis longtemps, le secret de sa forge est très jalousement gardé par les Forgeclair, et transmis uniquement de père en fils, au fur et à mesure de la succession des chefs de famille. Le dernier Maître de la Forge de Serre, c’était Armand, homme brave et fier, d’une loyauté à toute épreuve. Épris de fidélité et de principes, il a toujours été digne de sa parole et universellement apprécié par ses différents interlocuteurs au sein de l’escadron des Voltigeurs, sachant s’adapter aux demandes de chacun et se plier en quatre pour répondre à chaque besoin des griffons et de leurs cavaliers.

Il eut deux fils, cet homme remarquable : Roland l’aîné, l’héritier ; et Balian, le puîné, voué à assister son frère dans tous les domaines. Opposés mais complémentaires, les deux frères promettaient un bel avenir à la forge familial. Mais pour fasciné qu’il soit par l’art délicat des alliages, c’est la science des armes qui passionnait Roland. C’est ainsi qu’à l’âge de dix-sept ans, il fut remarqué lors d’un entraînement solitaire par le tout jeune duc de Valkyrion qui l’invita à rejoindre ses hommes. Roland accepta aussitôt, après une longue conversation avec son père. Il le convainquit, non sans peine, que Balian saurait bien mieux faire honneur à la forge familiale et rassembla ses affaires pour rejoindre Svaljärd où il fut intégré à la garde personnelle du duc.

Jeune et volontaire, Roland développa au milieu de ses pairs des talents incontestables, s’attirant l’amitié et la confiance de son duc. Certains pressentaient même sa nomination au titre de Capitaine de la garde, et nul doute que la promotion lui aurait échu… Mais Roland est un mage du Printemps refoulé et s’il n’a jamais prêté la moindre attention à ce pouvoir, bien trop Ibéen pour se sentir attiré par la magie, il n’empêche qu’elle coule dans ses veines… Nul ne sait par quel commérage ce secret arriva aux oreilles de Hjalden. En l’apprenant, le duc entra dans une colère noire. Il chassa Roland, lui jurant qu’il serait mis à mort s’il osait remettre un pied en Valkyrion. Chassé, conspué, le jeune homme se dirigea vers Lorgol où il sollicita l’Académie pour y apprendre à maîtriser cette magie qui venait de briser sa vie. Cinq années durant, ils cristallisa dans ses études sa colère et sa fureur envers Valkryion. Diplômé à l’âge de vingt-sept ans, il revint alors à ses premières amours. Il se fit engager sans difficultés au sein de la prestigieuse Guilde des Guerriers à laquelle il se dévoue tout entier – mais qu’on ne vienne pas lui demander de mettre son bras au service d’Ibélène ! Cet empire là n’est plus rien pour lui.  

Pendant le livre I : Évidemment, qu’il se tourna vers l’Ordre du Jugement, Roland, sitôt que l’Empire d’Ibélène le proclama interdit sur son territoire. Il a connu, lui aussi, le bannissement, le mépris des autres. Il est Mage, maintenant, et se battra pour Faërie s’il le faut. A Ibélène, il ne doit plus rien.




Balian ForgeclairTom Weston-Jones
Il est loin le temps où les deux frères étaient inséparables. L’un a renié Ibélène et met aujourd'hui son bras au service de la magie, le second travaille à équiper les seigneurs des cieux ibéens… Si chacun comprend et accepte les choix de l’autre, leur complicité d’autrefois n'est plus qu'un souvenir, qu'ils chérissent particulièrement. Mais qu’adviendra-t-il si la guerre éclate ? Les yeux tournés vers la situation politique instable d’Arven, tous deux espèrent que la paix perdurera le plus longtemps possible. Se retrouver ennemis, face à face sur un champ de bataille, serait la pire chose envisageable.
Arnaud le SillonChris Hemsworth
Ils se sont côtoyés à l’Académie, Roland et Arnaud : l’Outreparleur muet a toujours vivement intrigué son camarade, et ils ont passé des heures à perfectionner un langage de signes riche et complexe visant à permettre des rapports rapides et complets sur les conversations à distance tenues par Arnaud. C’est également Roland qui l’a incité à profiter de sa carrure pour se muscler, l’entraînant à s’exercer dans la salle de sport et les jardins de l’Académie. Ils sont restés excellents amis toutes ces années et se voient avec plaisir, ne se perdant jamais de vue grâce à la magie d’Arnaud.
Ludivine TerrebruneJaimie Alexander
Les femmes sont relativement rares au sein de la Guilde des Guerriers. Et lorsqu’est arrivée Ludivine, à la fois farouchement décidée à faire ses preuves et réservée à l’égard de ses compagnons, les commentaires sont allés bon train. Aucune marque d’irrespect flagrante mais de simples remarques, quelques sous-entendus. Qui n’ont pas tardé à insupporter Roland. Elle n’est pas un homme, et après ? Cela ne diminue en rien son habileté ! Très vite, ils ont pris l’habitude de s’entraîner ensemble, chacun appréciant le talent de l’autre et une belle amitié est venue les lier. Entre eux, pas de mots inutiles ou d’attentions superflues. Seulement un partage sincère et la certitude de pouvoir compter l’un sur l’autre en cas de besoin.
Apolline VolenuitAlyssa Sutherland
Ce guerrier taciturne ne cachant pas sa colère envers Ibélène a attiré l’attention du Fils des Ombres qui a chargé ses espions d’en apprendre davantage. C'est Apolline qui a reçu la mission. Mais Roland n’est pas vraiment homme à fréquenter des filles de joies et il a fallut bien de la ténacité à la jeune femme pour parvenir à le séduire et à l’attirer dans sa roulotte. Esseulé à Lorgol, enivré par ses attentions et le vin de Lagrance qu'elle ne cessait de lui verser, Roland a fini par se laisser aller à parler. Trop parler. Lui qui tenait à garder son passé secret l’a retrouvé sur toutes les lèvres et il en veut furieusement à la jeune femme, que sa colère ne perturbe pas outre mesure. Il n'était qu'une mission parmi tant d’autres.



Code:
<center><div class="PV_background">
<table><tr><td width="50%"><div class="PV_infos1">
<div class="PV_petitext">PV proposé par (Delrya)</div>
<div class="PV_prenom">Roland</div><div class="PV_nom">Forgeclair</div>
<div class="PV_star">ft. Tom Burke</div>
<div class="PV_petitext">« Je n'ai pas honte de qui je suis. »</div>
<div class="PV_caractere">sérieux - impitoyable - secret - irascible - méfiant - loyal - généreux - perfectionniste</div>
</div></td><td width="50%"><img src="http://www.zupimages.net/up/15/10/iiyp.png" class="PV_libre"/><br />
<div class="PV_petitext">© Elf</div></td></tr></table><div class="PV_petitext"><blockquote>Roland reste profondément blessé de la manière dont il a été traité en Valkyrion. Mais avec pudeur – et un reste de loyauté – il s'abstient généralement d'en parler, se contentant de dire qu'il ne porte pas la science dans son cœur.</blockquote></div>
<div class="PV_sep"></div>
<div class="PV_infos"><table><tr><td><img src="http://www.spin-off.fr/images/acteurs/Tom-Burke.jpg" class="PV_iconleft" />
<div class="PV_petitext">© Unknown</div></td><td>[b]Âge :[/b] 32 ans
[b]Date et lieu de naissance :[/b] 12 juin 969, à Ibelin (Valkyrion)
[b]Statut/profession :[/b] Membre de la Guilde des Guerriers ; mage du Printemps (Entrave)
[b]Allégeance :[/b] À la Guilde uniquement
</td></tr></table></div>
<center><div class="PV_sep"></div></center>
<div class="PV_histoire">Chez les Forgeclair, on est forgeron. De père en fils, depuis des générations indénombrables. Les délicats alliages de Bellifère n’ont aucun secret pour les spécialistes de la famille, et l’excellence de leur réputation s’étend dans toute Ibélène. Ils sont, après tout, les premiers forgerons à avoir façonné le sylvacier, ce métal léger mais incroyablement résistant utilisé pour fabriquer les armures des Voltigeurs ! Depuis longtemps, le secret de sa forge est très jalousement gardé par les Forgeclair, et transmis uniquement de père en fils, au fur et à mesure de la succession des chefs de famille. Le dernier Maître de la Forge de Serre, c’était Armand, homme brave et fier, d’une loyauté à toute épreuve. Épris de fidélité et de principes, il a toujours été digne de sa parole et universellement apprécié par ses différents interlocuteurs au sein de l’escadron des Voltigeurs, sachant s’adapter aux demandes de chacun et se plier en quatre pour répondre à chaque besoin des griffons et de leurs cavaliers.

Il eut deux fils, cet homme remarquable : Roland l’aîné, l’héritier ; et Balian, le puîné, voué à assister son frère dans tous les domaines. Opposés mais complémentaires, les deux frères promettaient un bel avenir à la forge familial. Mais pour fasciné qu’il soit par l’art délicat des alliages, c’est la science des armes qui passionnait Roland. C’est ainsi qu’à l’âge de dix-sept ans, il fut remarqué lors d’un entraînement solitaire par le tout jeune duc de Valkyrion qui l’invita à rejoindre ses hommes. Roland accepta aussitôt, après une longue conversation avec son père. Il le convainquit, non sans peine, que Balian saurait bien mieux faire honneur à la forge familiale et rassembla ses affaires pour rejoindre Svaljärd où il fut intégré à la garde personnelle du duc.

Jeune et volontaire, Roland développa au milieu de ses pairs des talents incontestables, s’attirant l’amitié et la confiance de son duc. Certains pressentaient même sa nomination au titre de Capitaine de la garde, et nul doute que la promotion lui aurait échu… Mais Roland est un mage du Printemps refoulé et s’il n’a jamais prêté la moindre attention à ce pouvoir, bien trop Ibéen pour se sentir attiré par la magie, il n’empêche qu’elle coule dans ses veines… Nul ne sait par quel commérage ce secret arriva aux oreilles de Hjalden. En l’apprenant, le duc entra dans une colère noire. Il chassa Roland, lui jurant qu’il serait mis à mort s’il osait remettre un pied en Valkyrion. Chassé, conspué, le jeune homme se dirigea vers Lorgol où il sollicita l’Académie pour y apprendre à maîtriser cette magie qui venait de briser sa vie. Cinq années durant, ils cristallisa dans ses études sa colère et sa fureur envers Valkryion. Diplômé à l’âge de vingt-sept ans, il revint alors à ses premières amours. Il se fit engager sans difficultés au sein de la prestigieuse Guilde des Guerriers à laquelle il se dévoue tout entier – mais qu’on ne vienne pas lui demander de mettre son bras au service d’Ibélène ! Cet empire là n’est plus rien pour lui.  

♦ [b]Pendant le livre I :[/b] [i] Évidemment, qu’il se tourna vers l’Ordre du Jugement, Roland, sitôt que l’Empire d’Ibélène le proclama interdit sur son territoire. Il a connu, lui aussi, le bannissement, le mépris des autres. Il est Mage, maintenant, et se battra pour Faërie s’il le faut. A Ibélène, il ne doit plus rien.[/i]</div>


<center><div class="PV_sep"></div></center>
<table><tr><td  valign="top"><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/317824icon1.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Balian Forgeclair</b> • <i>Tom Weston-Jones</i></div><div class="PV_lien">Il est loin le temps où les deux frères étaient inséparables. L’un a renié Ibélène et met aujourd'hui son bras au service de la magie, le second travaille à équiper les seigneurs des cieux ibéens… Si chacun comprend et accepte les choix de l’autre, leur complicité d’autrefois n'est plus qu'un souvenir, qu'ils chérissent particulièrement. Mais qu’adviendra-t-il si la guerre éclate ? Les yeux tournés vers la situation politique instable d’Arven, tous deux espèrent que la paix perdurera le plus longtemps possible. Se retrouver ennemis, face à face sur un champ de bataille, serait la pire chose envisageable.</div></td></tr><tr><td><img src="http://illiweb.com/fa/pbucket.gif" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Arnaud le Sillon</b> • <i>Chris Hemsworth</i></div><div class="PV_lien">Ils se sont côtoyés à l’Académie, Roland et Arnaud : l’Outreparleur muet a toujours vivement intrigué son camarade, et ils ont passé des heures à perfectionner un langage de signes riche et complexe visant à permettre des rapports rapides et complets sur les conversations à distance tenues par Arnaud. C’est également Roland qui l’a incité à profiter de sa carrure pour se muscler, l’entraînant à s’exercer dans la salle de sport et les jardins de l’Académie. Ils sont restés excellents amis toutes ces années et se voient avec plaisir, ne se perdant jamais de vue grâce à la magie d’Arnaud. </div></td></tr><tr><td><img src="http://images5.fanpop.com/image/photos/31300000/Jaimie-Alexander-jaimie-alexander-31303615-100-100.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Ludivine Terrebrune</b> • <i>Jaimie Alexander</i></div><div class="PV_lien">Les femmes sont relativement rares au sein de la Guilde des Guerriers. Et lorsqu’est arrivée Ludivine, à la fois farouchement décidée à faire ses preuves et réservée à l’égard de ses compagnons, les commentaires sont allés bon train. Aucune marque d’irrespect flagrante mais de simples remarques, quelques sous-entendus. Qui n’ont pas tardé à insupporter Roland. Elle n’est pas un homme, et après ? Cela ne diminue en rien son habileté ! Très vite, ils ont pris l’habitude de s’entraîner ensemble, chacun appréciant le talent de l’autre et une belle amitié est venue les lier. Entre eux, pas de mots inutiles ou d’attentions superflues. Seulement un partage sincère et la certitude de pouvoir compter l’un sur l’autre en cas de besoin. </div></td></tr><tr><td><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/899895AlyssaIc7.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Apolline Volenuit</b> • <i>Alyssa Sutherland</i></div><div class="PV_lien">Ce guerrier taciturne ne cachant pas sa colère envers Ibélène a attiré l’attention du Fils des Ombres qui a chargé ses espions d’en apprendre davantage. C'est Apolline qui a reçu la mission. Mais Roland n’est pas vraiment homme à fréquenter des filles de joies et il a fallut bien de la ténacité à la jeune femme pour parvenir à le séduire et à l’attirer dans sa roulotte. Esseulé à Lorgol, enivré par ses attentions et le vin de Lagrance qu'elle ne cessait de lui verser, Roland a fini par se laisser aller à parler. Trop parler. Lui qui tenait à garder son passé secret l’a retrouvé sur toutes les lèvres et il en veut furieusement à la jeune femme, que sa colère ne perturbe pas outre mesure. Il n'était qu'une mission parmi tant d’autres.</div></td></tr></table>
</div></center>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Test de rang
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 20/11/2016

Feuille de personnage
je réside:
J'ai fait allégeance à:
Test de rang
Message Sujet: Re: ♜ Lorgol - Les Mille Tours   Jeu 24 Nov - 17:14



PV proposé par (Delrya & Aura·)

Ludivine
Terrebrune

ft. Jaimie Alexander

« Mieux vaut femme au cœur vaillant qu'homme pleutre. »

fière - perfectionniste - exigeante - déterminée - réservée - impulsive - farouche - vindicative



© Poison Ivy
Depuis sa mésaventure, Ludivine n'a plus jamais touché une seule goutte d'alcool. Elle sait pourtant que ses seize ans sont loin. Mais le dégoût et la colère sont toujours là et elle ne comprend pas que l'on puisse s'enivrer jusqu'à plus soif.  



© Unknown
Âge : 29 ans
Date et lieu de naissance : 22 avril 972, dans un petit hameau près de Val-Serein (Cibella)
Statut/profession : Membre de la Guilde des Guerriers
Allégeance : À la guilde


La famille Terrebrune exploite depuis des générations les terres agricoles des barons de Val-Serein, l’un des très rares domaines patriarcaux cibellans. Par leur travail acharné et de qualité, ce sont des générations qui ont obtenu au fil du temps, la reconnaissance de leurs suzerains. Ludivine, comme ses nombreux frères et sœurs, a grandi baignée par l’amour de la terre et le goût du travail bien fait. Courant dans les champs de l’aube au crépuscule, glanant les épis dans les pas de ses parents.

Dès qu’elle fut suffisamment âgée, ses parents lui confièrent le soin d’aller vendre leurs surplus au marché. Aimable et consciencieuse, Ludivine s’acquitta de cette tâche avec grand plaisir, emmenant parfois ses cadets avec elle. À l’âge de seize ans, elle s’était ainsi forgé une solide réputation d’habile négociatrice et était pleinement intégrée au petit cercle de commerçants qui se retrouvaient chaque semaine pour vendre leurs produits, au point d’envisager de rejoindre la prestigieuse Guilde des Marchands. Mais ce rêve tourna court quand elle se laissa abuser par deux confrères aux intentions douteuses. Invitée à les rejoindre pour fêter les affaires du jour, elle se laissa aller à boire plus que de raison, flattée d’être ainsi admise parmi eux. Une ivresse passagère dont ils profitèrent pour lui extorquer contre une bouchée de pain les juteux contrats d’approvisionnement qu’elle venait de conclure.

Mortifiée et responsable de la perte de sommes considérables, Ludivine rentra chez elle la tête basse, le cœur serré par un sentiment de colère qui ne tarda pas à prendre le pas sur tout le reste. Incapable de se concentrer sur une tâche quelconque, privée de la confiance de ses parents et risée des marchands de toute la baronnie, elle rassembla ses affaires et partit, un matin d’avril 991. Elle rejoignit la Volte et de là, sollicita un maître d’armes pour lui enseigner le maniement d’une lame, déterminée à faire payer dans le sang ceux qui l’avaient ainsi trompée. En quelques mois, elle réalisa des progrès prodigieux et s’attira l’attention de l’antenne locale de la Guilde des Guerriers qui ne tarda pas à l’intégrer à ses rangs, contre promesse de ne jamais chercher à assouvir cette vengeance indigne de leur code d’honneur. Une promesse qu’elle n’a jamais regretté d’avoir tenue… mais qui continue de la hanter.

Pendant le livre I : Elle a juré de ne pas se venger, Ludivine, et sa nouvelle vie est au sein de la Guilde. Mais elle observe avec intérêt la prise de pouvoir de Gustave et la montée en puissance de l’Ordre du jugement. Être renseignée, elle le sait, c’est un atout incomparable.




Roland ForgeclairTom Burke
Les femmes sont relativement rares au sein de la Guilde des Guerriers. Et lorsqu’est arrivée Ludivine, à la fois farouchement décidée à faire ses preuves et réservée à l’égard de ses compagnons, les commentaires sont allés bon train. Aucune marque d’irrespect flagrante mais de simples remarques, quelques sous-entendus. Qui n’ont pas tardé à insupporter Roland. Elle n’est pas un homme, et après ? Cela ne diminue en rien son habileté ! Très vite, ils ont pris l’habitude de s’entraîner ensemble, chacun appréciant le talent de l’autre et une belle amitié est venue les lier. Entre eux, pas de mots inutiles ou d’attentions superflues. Seulement un partage sincère et la certitude de pouvoir compter l’un sur l’autre en cas de besoin.
Abigaïl l’EmbraséeDeborah Ann Woll
C’est Arnaud qui présenta Abigaïl et Ludivine. Et entre les deux jeunes femmes au tempérament volontaire, l’entente a été immédiate. Ludivine apprécie cette petite rousse flamboyante au caractère entier qui respecte tant son cousin. Abigaïl quant à elle admire les talents de la guerrière, assurant qu’elle n’a jamais vu personne qui soit si redoutable, aux poings ou lame à la main. Assistant à un énième combat de son amie, elle lui a demandé de lui apprendre à se battre comme elle – après tout, une Chevaucheuse peut toujours avoir besoin d’une corde supplémentaire à son arc. Ludivine a accepté avec plaisir et depuis, les deux jeunes femmes se retrouvent régulièrement pour des séances d'entraînement amicales mais impitoyables d’où Abigaïl ressort généralement ravie… mais couverte de bleus !
Arnaud le SillonChris Hemsworth
Cousin-cousine, cousine et cousin. Si Ludivine n’apprécie guère le dégoût d’Arnaud pour le travail de la terre qu’elle tient en haute estime, elle reconnaît qu’il a réussi à surpasser son handicap pour devenir quelqu’un de respectable. Lui, il l’aime bien, cette cousine un peu turbulente avec son ardeur de guerrière et ses airs bravaches : il reconnaît en elle la même volonté de bien faire qui le pousse en avant, et il garde un œil sur elle, de loin, s’assurant qu’elle ne manque de rien et que tout va bien. Elle, elle admire ce géant aux airs de colosse, qui n’hésite jamais à l’emmener faire un tour sur le dos de Sereine lorsque l’occasion se présente.
Mayeul de VifespritEoin Macken
Ludivine s’est déjà vue confier des missions par les différents escadrons et Voltigeurs et apprécie généralement de travailler avec eux. C’est ainsi qu’elle s’est retrouvée en mission avec Mayeul et leur tâche a bien failli tourner au désastre. Le Cielsombrois, sous l’emprise de ses drogues, a manqué de faire échouer toute l’opération et ce n’est que de justesse qu’ils s’en sont tirés vivants. Une mésaventure qui a affecté la réputation de Ludivine et elle ne le lui a jamais pardonné. Elle le méprise souverainement, ne comprenant pas que l’on puisse ainsi s’auto-détruire et mettre autrui en danger ; sentiment est largement réciproque, Mayeul jugeant la guerrière bien trop sérieuse et rigide. Et puis, elle ne vole même pas !



Code:
<center><div class="PV_background">
<table><tr><td width="50%"><div class="PV_infos1">
<div class="PV_petitext">PV proposé par (Delrya & Aura·)</div>
<div class="PV_prenom">Ludivine</div><div class="PV_nom">Terrebrune</div>
<div class="PV_star">ft. Jaimie Alexander</div>
<div class="PV_petitext">« Mieux vaut femme au cœur vaillant qu'homme pleutre. »</div>
<div class="PV_caractere">fière - perfectionniste - exigeante - déterminée - réservée - impulsive - farouche - vindicative</div>
</div></td><td width="50%"><img src="http://i67.tinypic.com/161m7pv.jpg" class="PV_libre"/><br />
<div class="PV_petitext">© Poison Ivy</div></td></tr></table><div class="PV_petitext"><blockquote>Depuis sa mésaventure, Ludivine n'a plus jamais touché une seule goutte d'alcool. Elle sait pourtant que ses seize ans sont loin. Mais le dégoût et la colère sont toujours là et elle ne comprend pas que l'on puisse s'enivrer jusqu'à plus soif.  </blockquote></div>
<div class="PV_sep"></div>
<div class="PV_infos"><table><tr><td><img src="http://images5.fanpop.com/image/photos/31300000/Jaimie-Alexander-jaimie-alexander-31303615-100-100.png" class="PV_iconleft" />
<div class="PV_petitext">© Unknown</div></td><td>[b]Âge :[/b] 29 ans
[b]Date et lieu de naissance :[/b] 22 avril 972, dans un petit hameau près de Val-Serein (Cibella)
[b]Statut/profession :[/b] Membre de la Guilde des Guerriers
[b]Allégeance :[/b] À la guilde
</td></tr></table></div>
<center><div class="PV_sep"></div></center>
<div class="PV_histoire">La famille Terrebrune exploite depuis des générations les terres agricoles des barons de Val-Serein, l’un des très rares domaines patriarcaux cibellans. Par leur travail acharné et de qualité, ce sont des générations qui ont obtenu au fil du temps, la reconnaissance de leurs suzerains. Ludivine, comme ses nombreux frères et sœurs, a grandi baignée par l’amour de la terre et le goût du travail bien fait. Courant dans les champs de l’aube au crépuscule, glanant les épis dans les pas de ses parents.

Dès qu’elle fut suffisamment âgée, ses parents lui confièrent le soin d’aller vendre leurs surplus au marché. Aimable et consciencieuse, Ludivine s’acquitta de cette tâche avec grand plaisir, emmenant parfois ses cadets avec elle. À l’âge de seize ans, elle s’était ainsi forgé une solide réputation d’habile négociatrice et était pleinement intégrée au petit cercle de commerçants qui se retrouvaient chaque semaine pour vendre leurs produits, au point d’envisager de rejoindre la prestigieuse Guilde des Marchands. Mais ce rêve tourna court quand elle se laissa abuser par deux confrères aux intentions douteuses. Invitée à les rejoindre pour fêter les affaires du jour, elle se laissa aller à boire plus que de raison, flattée d’être ainsi admise parmi eux. Une ivresse passagère dont ils profitèrent pour lui extorquer contre une bouchée de pain les juteux contrats d’approvisionnement qu’elle venait de conclure.

Mortifiée et responsable de la perte de sommes considérables, Ludivine rentra chez elle la tête basse, le cœur serré par un sentiment de colère qui ne tarda pas à prendre le pas sur tout le reste. Incapable de se concentrer sur une tâche quelconque, privée de la confiance de ses parents et risée des marchands de toute la baronnie, elle rassembla ses affaires et partit, un matin d’avril 991. Elle rejoignit la Volte et de là, sollicita un maître d’armes pour lui enseigner le maniement d’une lame, déterminée à faire payer dans le sang ceux qui l’avaient ainsi trompée. En quelques mois, elle réalisa des progrès prodigieux et s’attira l’attention de l’antenne locale de la Guilde des Guerriers qui ne tarda pas à l’intégrer à ses rangs, contre promesse de ne jamais chercher à assouvir cette vengeance indigne de leur code d’honneur. Une promesse qu’elle n’a jamais regretté d’avoir tenue… mais qui continue de la hanter.

♦ [b]Pendant le livre I :[/b] [i] Elle a juré de ne pas se venger, Ludivine, et sa nouvelle vie est au sein de la Guilde. Mais elle observe avec intérêt la prise de pouvoir de Gustave et la montée en puissance de l’Ordre du jugement. Être renseignée, elle le sait, c’est un atout incomparable.[/i]</div>


<center><div class="PV_sep"></div></center>
<table><tr><td  valign="top"><img src="http://www.spin-off.fr/images/acteurs/Tom-Burke.jpg" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Roland Forgeclair</b> • <i>Tom Burke</i></div><div class="PV_lien">Les femmes sont relativement rares au sein de la Guilde des Guerriers. Et lorsqu’est arrivée Ludivine, à la fois farouchement décidée à faire ses preuves et réservée à l’égard de ses compagnons, les commentaires sont allés bon train. Aucune marque d’irrespect flagrante mais de simples remarques, quelques sous-entendus. Qui n’ont pas tardé à insupporter Roland. Elle n’est pas un homme, et après ? Cela ne diminue en rien son habileté ! Très vite, ils ont pris l’habitude de s’entraîner ensemble, chacun appréciant le talent de l’autre et une belle amitié est venue les lier. Entre eux, pas de mots inutiles ou d’attentions superflues. Seulement un partage sincère et la certitude de pouvoir compter l’un sur l’autre en cas de besoin. </div></td></tr><tr><td><img src="http://i.imgur.com/OmFdWfr.png" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Abigaïl l’Embrasée</b> • <i>Deborah Ann Woll</i></div><div class="PV_lien">C’est Arnaud qui présenta Abigaïl et Ludivine. Et entre les deux jeunes femmes au tempérament volontaire, l’entente a été immédiate. Ludivine apprécie cette petite rousse flamboyante au caractère entier qui respecte tant son cousin. Abigaïl quant à elle admire les talents de la guerrière, assurant qu’elle n’a jamais vu personne qui soit si redoutable, aux poings ou lame à la main. Assistant à un énième combat de son amie, elle lui a demandé de lui apprendre à se battre comme elle – après tout, une Chevaucheuse peut toujours avoir besoin d’une corde supplémentaire à son arc. Ludivine a accepté avec plaisir et depuis, les deux jeunes femmes se retrouvent régulièrement pour des séances d'entraînement amicales mais impitoyables d’où Abigaïl ressort généralement ravie… mais couverte de bleus !</div></td></tr><tr><td><img src="http://illiweb.com/fa/pbucket.gif" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Arnaud le Sillon</b> • <i>Chris Hemsworth</i></div><div class="PV_lien">Cousin-cousine, cousine et cousin. Si Ludivine n’apprécie guère le dégoût d’Arnaud pour le travail de la terre qu’elle tient en haute estime, elle reconnaît qu’il a réussi à surpasser son handicap pour devenir quelqu’un de respectable. Lui, il l’aime bien, cette cousine un peu turbulente avec son ardeur de guerrière et ses airs bravaches : il reconnaît en elle la même volonté de bien faire qui le pousse en avant, et il garde un œil sur elle, de loin, s’assurant qu’elle ne manque de rien et que tout va bien. Elle, elle admire ce géant aux airs de colosse, qui n’hésite jamais à l’emmener faire un tour sur le dos de Sereine lorsque l’occasion se présente.</div></td></tr><tr><td><img src="http://kevinwilford.altervista.org/_altervista_ht/ForumEoin.jpg" class="PV_iconleft" /></td><td valign="top"><div class="PV_namelien"><b>Mayeul de Vifesprit</b> • <i>Eoin Macken</i></div><div class="PV_lien">Ludivine s’est déjà vue confier des missions par les différents escadrons et Voltigeurs et apprécie généralement de travailler avec eux. C’est ainsi qu’elle s’est retrouvée en mission avec Mayeul et leur tâche a bien failli tourner au désastre. Le Cielsombrois, sous l’emprise de ses drogues, a manqué de faire échouer toute l’opération et ce n’est que de justesse qu’ils s’en sont tirés vivants. Une mésaventure qui a affecté la réputation de Ludivine et elle ne le lui a jamais pardonné. Elle le méprise souverainement, ne comprenant pas que l’on puisse ainsi s’auto-détruire et mettre autrui en danger ; sentiment est largement réciproque, Mayeul jugeant la guerrière bien trop sérieuse et rigide. Et puis, elle ne vole même pas !</div></td></tr></table>
</div></center>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: ♜ Lorgol - Les Mille Tours   

Revenir en haut Aller en bas
 
♜ Lorgol - Les Mille Tours
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» demande conseille hornet prend des tours
» Campagne EMPIRE PLANETAIRE sur Tours
» OutRun2 SP - Special Tours
» Crom-A-Gnons IV - 26 & 27 Février 2011 (Tours, 37)
» Les plus hautes tours du monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zairisson :: Votre 1ère catégorie :: Votre 1er forum :: et on emboîte-
Sauter vers: